Élus locaux, politiques nationaux… et portrait d’Emmanuel Macron au barrage de Saint-Égrève samedi 15 juin

Élus locaux, politiques nationaux… et portrait d’Emmanuel Macron au barrage de Saint-Égrève samedi 15 juin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO — Des élus locaux, des personnalités politiques et des militants se sont rassemblés devant le barrage de Saint-Égrève, samedi 15 juin. Mais aussi des activistes, accompagnés d’un invité surprise : le portrait d’Emmanuel Macron. Objectif du mouvement organisé par des syndicats et collectifs ? Dénoncer la privatisation des barrages. Un terme que refuse la parlementaire iséroise Émilie Chalas, qui défend la nécessaire « ouverture à la concurrence du renouvellement des concessions ».

 

 

Les mani­fes­tants contre la pri­va­ti­sa­tion des bar­rages réunis à Saint-Égrève samedi 15 juin comp­taient dans leurs rangs un invité inat­tendu en la per­sonne d’Emmanuel Macron… ou plus pré­ci­sé­ment de son por­trait. Les acti­vistes d’ANV-Cop21 ont en effet pro­fité de l’oc­ca­sion pour bran­dir le por­trait décro­ché en avril 2019 des bureaux de l’Hôtel de Ville de Poisat, au cours d’une opé­ra­tion bap­ti­sée « Sortons Macron ».

 

Le portrait d'Emmanuel Macron brandi durant le rassemblement au barrage de Saint-Égrève © ANV Cop21

Le por­trait d’Emmanuel Macron brandi durant le ras­sem­ble­ment au bar­rage de Saint-Égrève. © ANV Cop21

 

Le sym­bole est double : les mili­tants écrivent vou­loir « faire sor­tir le pré­sident de sa tour d’Ivoire et lui mon­trer qu’un grand nombre de citoyens se mobi­lisent contre sa poli­tique sociale et envi­ron­ne­men­tale »… mais aussi rap­pe­ler les consé­quences de la “réqui­si­tion” du fameux por­trait. En l’oc­cur­rence, une garde à vue et un rap­pel à la loi pour neuf membres d’ANV-Cop21 et le jour­na­liste indé­pen­dant Stephan Pull.

 

 

L’occasion de dénoncer « une répression importante »

 

C’est suite à une plainte dépo­sée par Ludovic Bustos, maire de Poisat et vice-pré­sident de la Métro aux Espaces publics et à la Voirie, que les acti­vistes (et le jour­na­liste) avaient été convo­qués par les forces de l’ordre. Organisées dans 52 autres villes de France, l’o­pé­ra­tion « Sortons Macron » a conduit à 60 gardes à vue, 50 per­qui­si­tions et 10 pro­cès, dénombre le mou­ve­ment ANV-Cop21. Qui ne manque pas de dénon­cer « une répres­sion impor­tante ».

 

Éric Piolle protège Delphine Batho des gouttes en plein discours © Antoine Back - Facebook

Éric Piolle pro­tège Delphine Batho des gouttes en plein dis­cours © Antoine Back – Facebook

 

Outre le por­trait d’Emmanuel Macron, d’autres élus et poli­tiques par­ti­ci­paient au ras­sem­ble­ment, en chair et en os. À com­men­cer par le maire de Grenoble Éric Piolle, son adjoint Pascal Clouaire et son conseiller muni­ci­pal Antoine Back. Sans oublier le pré­sident du SMTC Yann Mongaburu, le séna­teur de l’Isère Guillaume Gontard. En pas­sant par le secré­taire dépar­te­men­tal du PCF Jérémie Giono, et même l’an­cienne ministre de l’Écologie Delphine Batho.

 

 

Pas de privatisation mais une ouverture à la concurrence, juge Émilie Chalas

 

Sans sur­prise, la dépu­tée LREM de l’Isère Émilie Chalas n’é­tait, elle, pas parmi les mani­fes­tants. La par­le­men­taire n’a tou­te­fois pas man­qué de se rap­pe­ler à leur bon sou­ve­nir via un com­mu­ni­qué émis pour dénon­cer « des pos­tures et des oppo­si­tions de prin­cipe ». Et affir­mer que « les bar­rages ne seront pas pri­va­ti­sés », mais sou­mis à une néces­saire « ouver­ture à la concur­rence du renou­vel­le­ment des conces­sions ». Tout en res­tant pro­priété de l’État.

 

Emilie Chalas, députée de l'Isère. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Émilie Chalas, dépu­tée de l’Isère. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

« Personne ne sou­haite dila­pi­der notre patri­moine hydro­élec­trique qui res­tera un pilier de la poli­tique éner­gé­tique de la France », écrit encore la dépu­tée de la 3e cir­cons­crip­tion du dépar­te­ment. Non sans oublier de men­tion­ner ceux qui, selon elle, « au tra­vers de leurs accu­sa­tions poli­ti­ciennes ou dog­ma­tiques, esquivent le débat de fond qui est celui des moyens néces­saires pour par­ve­nir à notre sou­ve­rai­neté éner­gé­tique, qui est euro­péenne et non franco-fran­çaise ».

 

FM

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La justice ordonne la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble
La justice ordonne la suspension de l’arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble

FIL INFO — Le tribunal administratif de Grenoble ordonne à la Ville de Grenoble la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations siglées Place(s) aux enfants. Lire plus

Conseil métropolitain : le groupe Une métropole d’avance demande au gouvernement de déclarer « l’état d’urgence climatique »

FOCUS - Le groupe Une métropole d'avance (Uma) a formulé un vœu demandant au gouvernement de déclarer l'état d'urgence climatique lors du conseil métropolitain de Lire plus

Place(s) aux enfants: nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble
Place(s) aux enfants : nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble

FOCUS - Alors que la Ville de Grenoble vient de présenter (de nouveau) le déploiement du dispositif Place(s) aux enfants, la colère contre la piétonnisation d'une dizaine Lire plus

Fermeture d'Esclangon: Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole?
Fermeture d’Esclangon : Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole ?

FOCUS - La décision de la Ville de Grenoble de ne pas rouvrir, comme attendu, le pont Esclangon dans son sens Grenoble-Fontaine provoque la colère Lire plus

Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition
Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition

FOCUS - Sept ans après leur disparition, les colonnes Morris JCDecaux refont leur apparition dans le paysage urbain grenoblois. De quoi susciter l'ironie du groupe Lire plus

Jugement du Tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier: une validation, ou un camouflet?
Jugement du tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier : une validation ou un camouflet ?

FOCUS - Saisi par un commerçant, le tribunal administratif de Grenoble a rendu son jugement sur la question de la piétonnisation de la rue Cuvier. Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin