Le Grand Son de Saint-Pierre-de-Chartreuse n’aura pas lieu : l’association L’Éphémère jette l’éponge

sep article



EN BREF – Les têtes d’affiche prestigieuses qui devaient se rendre cet été au festival Le Grand Son, à Saint-Pierre-de-Chartreuse, peuvent revoir leur agenda. L’association L’Éphémère qui coorganise le festival a renoncé à maintenir l’événement… au grand dam de son partenaire Le Périscope. Explications.

 

 

Deluxe, Trois Cafés Gourmands, Cats on Trees… Pour sa 32année consé­cu­tive, le fes­ti­val Le Grand Son (ancien­ne­ment Les Rencontres Brel) devait à nou­veau faire venir de grands noms de la scène musi­cale à Saint-Pierre de Chartreuse. Las, il n’en sera rien. Alors que la rumeur cou­rait depuis plu­sieurs jours, l’association L’Éphémère, copro­duc­trice du fes­ti­val, a confirmé avoir jeté l’éponge ce samedi 15 juin dans un com­mu­ni­qué.

 

Concert au festival Le Grand Son © Titi Photographe

Concert au fes­ti­val Le Grand Son. © Titi Photographe

« Notre déci­sion est moti­vée par notre sou­hait de ne pas prendre de risques finan­ciers sup­plé­men­taires pour l’association », pré­cise le pré­sident de L’Éphémère, Jean-Pierre Godefroy. Il faut dire que l’association était « déjà for­te­ment endet­tée » et en « redres­se­ment judi­ciaire […] depuis le mois de novembre 2018 ».

 

 

Vers la liquidation judiciaire de l’Éphémère

 

Bien qu’« une demande de liqui­da­tion judi­ciaire [ait] été envi­sa­gée dès le mois d’avril 2019 », l’association, moti­vée par le sou­hait de son par­te­naire Le Périscope de « main­te­nir l’édition 2019 », avait demandé au tri­bu­nal de grande ins­tance d’étendre la période d’observation de trois mois sup­plé­men­taires.

 

Des efforts qui, à un mois de l’événement, n’ont pas été suf­fi­sants. « L’impossibilité aujourd’hui de par­ve­nir à un bud­get […] nous a conduits à prendre la déci­sion dif­fi­cile et dou­lou­reuse de l’annulation, dont nous mesu­rons les consé­quences », explique Jean-Pierre Godefroy. Ce der­nier pré­voit ainsi une assem­blée géné­rale extra­or­di­naire le 22 juin pro­chain, « avec à l’ordre du jour l’engagement d’une requête en conver­sion de la pro­cé­dure de redres­se­ment en liqui­da­tion judi­ciaire ».

 

 

Un évènement pour remplacer Le Grand son

 

De son côté, la société gre­no­bloise Le Périscope, à qui l’on doit notam­ment le fes­ti­val Holocène et qui repré­sente entre autres Jérémy Frérot, Fréro Delavega ou Trois cafés gour­mands, affirme regret­ter « vive­ment » la situa­tion.

 

Concert au festival Le Grand Son © Titi Photographe

Concert au fes­ti­val Le Grand Son © Titi Photographe

« Le Périscope cherche seul les solu­tions per­met­tant de ne pas tout annu­ler, par res­pect du public, des artistes, des tech­ni­ciens et des béné­voles impli­qués dans cette action cultu­relle », explique son gérant Sylvain Nguyen. Avant d’ajouter ne pas vou­loir « expri­mer une opi­nion sur les dif­fi­cul­tés rela­tives à la ges­tion de l’association ».

 

Qui plus est, le Périscope rap­pelle qu’il a apporté à L’Éphémère « un sou­tien finan­cier impor­tant (don struc­tu­rel de 20 000 euros) ». Sans comp­ter le paie­ment « pour l’édition 2018 des charges dues par l’association à hau­teur de plus de 60 000 euros ».

 

En atten­dant le dénoue­ment final, la com­mune de Saint-Pierre-de-Chartreuse a d’ores et déjà annoncé un « évé­ne­ment musi­cal et fes­tif » pour rem­pla­cer Le Grand Son, les 18, 19 et 20 juillet. Le pro­gramme de ce mini-fes­ti­val mêlant asso­cia­tions locales, habi­tants et com­mer­çants sera com­mu­ni­qué très pro­chai­ne­ment.

 

Alice Colmart

 

commentez lire les commentaires
6292 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. à Grenoble on a eu le Noise Fest (j’in­vente rien, c’est bien le nom et il cor­res­pond à ce que c’est) à l’Esplanade, au début du mois au com­men­ce­ment du Street Art Fest. Impossible de par­ve­nir à dor­mir, j’ai com­pris pour­quoi quand j’ai appris que ça s’é­tait entendu jus­qu’à Chamrousse !
    Le bruit est classé nui­sance numéro un mais à Grenoble il n’a pas d’im­pact sur la santé et la pol­lu­tion sonore n’est pas anti éco­lo­gique ?
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/03/isere-musique-festival-electro-bruit-grenoble-deux-jours-de-nuisances-sonores

    sep article