Collecte de serviettes hygiéniques pour les femmes précaires : la Ville de Grenoble veut briser un tabou

Collecte de serviettes hygiéniques pour les femmes précaires : la Ville de Grenoble veut briser un tabou

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF — Du lundi 3 au samedi 8 juin, avec en point d’orgue un stand dédié durant la Fête de Tuiles, la Ville de Grenoble organise une collecte de serviettes hygiéniques à l’intention des femmes en situation de précarité. L’occasion, estime le maire Éric Piolle, de porter dans le débat public le tabou sociétal autour des menstrues, au-delà des clichés ou des non-dits.

 

 

Pour la Ville de Grenoble, l’i­ni­tia­tive est aussi pra­tique que sym­bo­lique. Du lundi 3 au samedi 8 juin, la muni­ci­pa­lité et des asso­cia­tions par­te­naires (l’Amicale du nid, l’Appart, Femmes SDF et le Planning fami­lial) pro­cède à une grande col­lecte de ser­viettes hygié­niques en faveur des femmes en situa­tion de précarité.

 

L’Hôtel de Ville, le CCAS et les Maisons des habi­tants seront ainsi équi­pés d’urnes où les citoyens pour­ront dépo­ser ces articles d’hy­giène rela­ti­ve­ment coûteux.

 

De gauche à droite, Alexia Choquet (Femmes SDF), Éric Piolle, Pauline Coiffard et Pilar de Bernardy (Planning familial) © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Alexia Choquet (Femmes SDF), Éric Piolle, Pauline Coiffard et Pilar de Bernardy (Planning fami­lial). © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Point d’orgue de l’o­pé­ra­tion : un stand spé­cia­le­ment dédié à la ques­tion durant la Fête des Tuiles du samedi 8 juin. Car, sou­ligne le maire de Grenoble Éric Piolle, la volonté de la Ville est « clai­re­ment de per­cer un tabou », en por­tant la ques­tion des mens­trues dans l’es­pace public. Et de contre­dire les repré­sen­ta­tions édul­co­rées des publi­ci­tés ou les idées reçues. Autrement dit, « faire un vrai tra­vail cultu­rel sur cette ques­tion », juge l’élu.

 

 

« Ce n’est que le début »

 

Les règles, un fac­teur de dis­cri­mi­na­tion ? « C’est une inéga­lité pour toutes les femmes, mais en par­ti­cu­lier pour les plus fra­giles », sou­ligne encore Éric Piolle. En France, une femme sur trois n’au­rait pas les moyens de se pro­cu­rer des ser­viettes périodiques.

 

Le Planning fami­lial a fait les comptes : « Une per­sonne mens­truée dépen­sera au cours de sa vie entre 3 000 et 20 000 euros », écrit-il. La somme englobe aussi les médi­ca­ments anti-dou­leurs, l’a­chat de nou­veaux sous-vête­ments, les arrêts de tra­vail en lien avec les dou­leurs mens­truelles, etc.

 

La gratuité des protections hygiéniques comptait parmi les revendications de la manifestation de Grenoble à l'occasion de la Journée des droits des femmes © Florent Mathieu - Place Gre'net

La gra­tuité des pro­tec­tions hygié­niques comp­tait parmi les reven­di­ca­tions de la mani­fes­ta­tion de Grenoble, lors de la Journée des droits des femmes. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Personne mens­truée », c’est en effet le terme que pré­fère employer le Planning fami­lial, qui juge visi­ble­ment le mot « femmes » trop res­tric­tif. Une manière encore pour ses repré­sen­tantes d’in­sis­ter sur la dimen­sion poli­tique comme socié­tale de la question.

 

Pour Pauline Coiffard et Pilar de Bernardy, il n’est pas nor­mal de « payer pour sai­gner ». Le Planning fami­lial attend ainsi de l’État la gra­tuité des pro­tec­tions pério­diques et des dis­tri­bu­teurs dans les lieux publics… mais aussi la trans­pa­rence sur la com­po­si­tion des protections.

 

Éric Piolle abonde : pour lui, l’i­ni­tia­tive de la Ville de Grenoble vient en réponse à un man­que­ment de l’État sur la ques­tion du coût des mens­trues. Et le maire de Grenoble d’as­su­rer que cette col­lecte de ser­viettes hygié­niques pré­fi­gure d’autres actions.

 

« Cette semaine-là c’est une pre­mière étape, c’est très impor­tant de pas­ser par là ! », confirme pour sa part Alexia Choquet.

 

 

Des coupes menstruelles au lieu de serviettes hygiéniques ?

 

La direc­trice de Femmes SDF espère par la suite voir naître des solu­tions plus pérennes, notam­ment via le groupe de réflexion consti­tué par sa propre association.

 

Des solu­tions plus pérennes et peut-être plus éco­lo­gique ou confor­table ? Si les pré­oc­cu­pa­tions envi­ron­ne­men­tales pèsent (par­fois) peu face à la pré­ca­rité, les ser­viettes hygié­niques n’en repré­sentent pas moins des tonnes de déchets. Et de plus en plus de femmes se tournent vers des tech­niques alter­na­tives, comme les coupes mens­truelles, répu­tées plus saines et plus confortables.

 

« Si on demande en prio­rité des ser­viettes, c’est parce qu’on s’a­dresse, dans un pre­mier temps, à un public de per­sonnes qui vivent dans la rue », explique Pauline Coiffard. Envisager des coupes mens­truelles pour les femmes SDF ? Pourquoi pas… à condi­tion que ces per­sonnes aient éga­le­ment accès à la pos­si­bi­lité de les net­toyer et les sté­ri­li­ser tous les jours. Soit, encore une fois, une nou­velle étape à franchir.

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

le physicien et Prix Nobel Klaus Von Klitzing distingué par la Grande médaille d'or de la Ville de Grenoble
le physicien et Prix Nobel Klaus Von Klitzing distingué par la Grande médaille d’or de la Ville de Grenoble

FLASH INFO — Le professeur Klaus Von Klitzing recevra la Grande médaille d'or de la Ville de Grenoble mardi 26 octobre, à l'occasion d'une réception Lire plus

Le Palais des Sports de Grenoble accueille l'édition 2021 des Rencontres Ciné Montagne du 2 au 6 novembre
Le Palais des Sports de Grenoble accueille l’édition 2021 des Rencontres Ciné Montagne du 2 au 6 novembre

FIL INFO — Après une édition 2020 en ligne, les Rencontres Ciné Montagne font leur retour au Palais des Sports de Grenoble. Au programme, de Lire plus

La voie dans le sens Grenoble - Fontaine du pont Esclangon toujours interdite aux véhicules motorisés. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Fermeture à la circulation du pont Esclangon : la Ville de Grenoble condamnée aux dépens par la justice administrative

FOCUS - La justice administrative a condamné, ce vendredi 22 octobre 2021, la Ville de Grenoble à verser 1 500 euros à la Métropole. Ce Lire plus

Franck Longo, maire de Fontaine, lors de sa prise de parole pendant le rassemblement contre la fermeture du pont Esclangon. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Fermeture du pont Esclangon : les élus de Fontaine « tous sur le pont » mais la Ville de Grenoble campe sur ses positions

REPORTAGE VIDÉO - La polémique entre la Ville de Fontaine, la Métropole et la Ville de Grenoble au sujet de la fermeture du pont Esclangon Lire plus

Fermeture du pont Esclangon: Fontaine appelle à manifester contre le "mépris des élus grenoblois"
Fermeture du pont Esclangon : Fontaine appelle à manifester contre le « mépris des élus grenoblois »

FLASH INFO — Les municipalités de Grenoble et de Fontaine sur le point de couper les ponts, au sens littéral du terme? Alors que la Lire plus

Des représentants du Collectif Île Verte devant la parcelle située quai Jongkind. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Construction à Île Verte : la Ville de Grenoble dit soutenir les riverains mais ne pas pouvoir « outrepasser le droit »

EN BREF - Nouvel épisode dans la lutte d'un collectif de riverains du quartier Île Verte de Grenoble contre un projet de construction jugé démesuré Lire plus

Flash Info

|

25/10

19h42

|

|

25/10

11h46

|

|

24/10

9h44

|

|

23/10

15h18

|

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin