Fusion Actis / Grenoble Habitat : un rapport d’expertise confirme la volonté de la Ville de Grenoble de céder une partie de ses actions

sep article

FOCUS – La fusion annoncée entre les bailleurs sociaux Actis et Grenoble Habitat rencontre l’hostilité de certaines formations politiques et de collectifs de Droit au logement, qui dénoncent une « privatisation » du logement social. Sans leur donner nécessairement raison, un rapport d’expertise réalisé en mars 2019 acte de son côté la volonté de la Ville de Grenoble de céder une partie de ses actions Grenoble Habitat. Et fixe les conditions d’une fusion rapide, scénario aujourd’hui privilégié par les deux entités.

 

 

Les opposants à la fusion annoncée entre les bailleurs sociaux Actis et Grenoble Habitat (GH) comptent bien donner de nouveau de la voix. À l’occasion du conseil d’administration Actis du mercredi 29 mai, le Dal 38 (Droit au logement) comme le PCF Isère comptent bien manifester de nouveau leur refus de ce qu’ils considèrent comme une « privatisation » du logement social. Et donnent rendez-vous devant le siège d’Actis à partir de 15 h 30.

 

Rassemblement contre la fusion Actis - Grenoble Habitat le vendredi 3 mai 2019 devant le siège d'Actis © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement contre la fusion Actis – Grenoble Habitat le vendredi 3 mai 2019 devant le siège d’Actis. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Syndicats et associations de locataires dénoncent la précipitation de la Ville de Grenoble et de la Métro. Ils s’inquiètent, à juste raison, des conséquences de cette fusion pour les personnels et pour les locataires », écrit le PCF dans un communiqué. Si le parti admet que la Sem (société d’économie mixte, statut actuel de GH) n’est « pas une entreprise totalement privatisée », le service public n’en est pas moins clairement menacé à leurs yeux.

 

 

Les objectifs présentés par un rapport d’expertise

 

La constitution d’une Sem est, en effet, le scénario retenu pour la fusion entre les deux bailleurs sociaux de Grenoble. C’est du moins ce qui ressort d’un rapport établi par le cabinet d’expertises Sémaphores, en date du 8 mars 2019. Dans ce document d’une quarantaine de pages, les rédacteurs planchent sur les différents statuts envisageables pour la nouvelle entité. Et la société d’économie mixte ressort comme l’option la plus en phase avec les objectifs du projet.

 

Quel nom pour la future Sem issue de la fusion Actis - Grenoble Habitat ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Quel nom pour la future Sem issue de la fusion Actis – Grenoble Habitat ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
1532 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Non mais attendez, la cession des actions de la ville de Grenoble n’a que deux seuls objectifs: boucler le budget 2020 (sans ça, pas possible) et à présenter des comptes « en ordre » l’année de l’élection municipale (boucher le trou d’au moins 25 millions dans les comptes municipaux).

    En clair, on va faire payer aux autres communes de la Métro sa gestion calamiteuse depuis 2014n le tout en consommant le « capital » de la ville de Grenoble.

    https://groupedanalysemetropolitain.com/2019/05/19/cavalerie-la-tres-interessante-absorption-dactis-par-grenoble-habitat-une-histoire-de-gros-sous-pour-cacher-la-m-au-chat-comprendre-les-electeurs-grenoblois/

    sep article