Valérie Doubinsky (PS-PP) : « Nous allons continuer le combat du rassemblement de la gauche »

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – L’alliance PS – Place publique emmenée par Raphaël Glucksmann sauve les meubles en franchissant le seuil fatidique des 5 % aux élections européennes. Un soulagement, après la débâcle de 2017 puisque, avec 6,2 % des voix, le Parti socialiste (PS) associé à Place publique et Nouvelle donne peut envoyer des députés au Parlement européen. Mais le constat reste cruel, le parti social démocrate est resté un acteur mineur sur l’échiquier politique et ce malgré des velléités de rassemblement de la gauche.

 

 

Valérie Doubinsky lors de la soirée électorale à la préfecture de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Valérie Doubinsky lors de la soi­rée élec­to­rale à la pré­fec­ture de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

C’est un ouf de sou­la­ge­ment qu’ont dû pous­ser les colis­tiers de Raphaël Glucksmann, en tête de la liste por­tée par le Parti socia­liste, Place publique et Nouvelle donne pour ces élec­tions euro­péennes. Et pour cause. Le PS a senti le vent du bou­let de la relé­ga­tion, en cours de cam­pagne, avec des son­dages qui le don­naient en-des­sous des fati­diques 5 %.

 

Il n’en a rien été puisque l’alliance sociale démo­crate, en décro­chant fina­le­ment 6,2 % des voix, évite l’hu­mi­lia­tion et peut envoyer des euro­dé­pu­tés à Strasbourg. La cause de ce score, qui reste faible mal­gré tout ? Principalement une gauche dés­unie assurent les socia­listes, qui tirent les ensei­gne­ments de ce scru­tin et mettent tous leurs espoirs dans une future refon­da­tion.

 

Toujours est-il qu’au sein de la gauche, le PS en sixième place est lar­ge­ment dis­tancé par Europe Écologie – Les Verts, avec 12,7 % des suf­frages, et au coude-à-coude avec la France insou­mise (6,2 %), l’autre sinis­trée de ces élec­tions euro­péennes.

 

 

« Nous allons continuer le combat du rassemblement de la gauche », assure Valérie Doubinsky

 

Au niveau dépar­te­men­tal, la liste de Raphaël Glucksmann gagne une place par rap­port au natio­nal en se clas­sant cin­quième, avec 6,61 % des votes. Loin du trio de tête Jordan Bardella (RN), Nathalie Loiseau (LREM) et Yannick Jadot (Europe éco­lo­gie) mais immé­dia­te­ment der­rière l’Union de la droite et du centre de François-Xavier Bellamy (LR). Quant à ses résul­tats sur Grenoble, c’est encore un petit saut en avant qui hisse le PS en qua­trième place, avec un score de 9,23 % des voix.

 

Pour autant, pas de quoi fan­fa­ron­ner. Et les repré­sen­tants isé­rois du PS et de ses alliés n’é­taient guère nom­breux à s’être dépla­cés en pré­fec­ture pour la soi­rée élec­to­rale. L’occasion, tout de même, de ren­con­trer Valérie Doubinsky, 62e sur la liste de Raphaël Glucksmann. Bien que déçue, cette der­nière reste opti­miste, augu­rant le début d’une refon­da­tion et d’une recom­po­si­tion. « Nous allons conti­nuer le com­bat du ras­sem­ble­ment de la gauche », assure la colis­tière.

 

 

 

JK

 

commentez lire les commentaires
1294 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.