« Voter pour “Envie d’Europe”, c’est voter efficace » assurent Sylvie Guillaume et Pierre Larrouturou, à Grenoble

sep article

Fête comme chez vous Ville de Grenoble

 

REPORTAGE VIDÉO – À trois jours des élections européennes, deux ténors de la liste Envie d’Europe écologique et sociale étaient en visite à Grenoble, et en meeting le soir à Fontaine : Sylvie Guillaume (PS), numéro 2 sur la liste et actuelle vice-présidente du Parlement européen, et Pierre Larrouturou fondateur de Nouvelle Donne et cinquième sur la liste. Leur défi pour dimanche 26 mai ? Dépasser le seuil des 5 % de votes.

 

 



Sylvie Guillaume et Pierre Larrouturou, respectivement deuxième et cinquième sur la liste envie d'Europe, avec Marie Josée Salat, vice présidente de la Métropole et Guillaume Lissy conseiller départemental et métropolitain, jeudi 23 mai 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Sylvie Guillaume (en noir) et Pierre Larrouturou (chemise bleue), 2e et 5e sur la liste Envie d’Europe, avec notamment Marie-Josée Salat, vice-présidente de la Métropole de Grenoble, et Guillaume Lissy, conseiller départemental et métropolitain, jeudi 23 mai 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net



Ce jeudi 23 mai, Sylvie Guillaume (PS), numéro 2 de la liste Envie d’Europe écologique et sociale, a fait escale à Grenoble dans le cadre de la campagne des européennes.

 

La vice-présidente du Parlement européen était pour l’occasion en compagnie de Pierre Larrouturou, fondateur de Nouvelle Donne et cinquième sur la liste. Seule liste, à gauche, à avoir joué la carte du rassemblement pour les élections européennes du dimanche 26 mai.

 

Lancée par l’essayiste et journaliste Raphaël Glucksman, fondateur de Place publique, la liste a été rejointe par le Parti socialiste (PS), le Parti radical de gauche (PRG) et Nouvelle Donne (ND). Un rassemblement que le Raphaël Glucksman aurait voulu beaucoup plus large, mais les Verts, Génération.s ou La France insoumise ont préféré faire cavaliers seuls.

 

D’aucuns, à quelques jours de la ligne d’arrivée, s’en mordraient les doigts, d’après les informations de première main de Pierre Larrouturou : « Les gens qui n’ont pas voulu de ce rassemblement se sentent en faute depuis une semaine ! »

 

 

« Les anciens socialistes reviennent nous voir »

 

Entourés de militants et d’élus locaux, Pierre Larrouturou et Sylvie Guillaume affichent une relative bonne humeur, en dépit des sondages peu mirobolants. C’est le moins que l’on puisse dire. La liste PP-PS n’atteindrait pas la barre des 5 % de suffrages. Un pronostic bien sûr à prendre avec des pincettes.

 

Sylvie Guillaume, Pierre Larrouturou, respectivement deuxième et cinquième sur la liste envie d'Europe, avec Marie Josée Salat, vice présidente de la Métropole et Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, jeudi 23 mai 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pierre Larrouturou et Sylvie Guillaume, respectivement deuxième et cinquième sur la liste envie d’Europe, avec notamment Marie-Josée Salat, vice présidente de la Métropole, et Christophe Ferrari (bras croisés), président de la Métropole de Grenoble, jeudi 23 mai 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Toutefois, si cette tendance se maintient, la liste ne remporterait aucun des 79 sièges réservés aux parlementaires français sur les 705 que compte le Parlement européen. Pour le Parti socialiste, la claque serait magistrale, même si l’érosion de ses parlementaires ne date pas d’aujourd’hui. Aux européennes de 2014, le PS (avec le PRG) remportait en effet seulement 13 sièges avec 13,98 % des voix, contre 16 % en 2009 et 28,9 % en 2004.

 

 

Pierre Larrouturou épingle sévèrement Yannick Jadot

 

Faisant fi des sondages, Sylvie Guillaume et Pierre Larrouturou regardent plutôt le verre à moitié plein. « Les gens nous reçoivent bien, la campagne est agréable à faire, commente Sylvie Guillaume. « Les anciens socialistes reviennent nous voir, poursuit-elle. Les salles de meeting sont pleines. » Et Pierre Larrouturou d’ajouter : « Les gens sentent que nous sommes dans une démarche dynamique. »

 

Sylvie Guillaume, numéro 2 de la liste envie d'Europe, en campagne à Grenoble pour les élections européennes, jeudi 23 mai 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Sylvie Guillaume, numéro 2 de la liste Envie d’Europe, en campagne à Grenoble pour les élections européennes, jeudi 23 mai 2019 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Quant aux militants locaux, Marie-Josée Salat ou encore Guillaume Lissy, ils disent aussi observer de bons retours des électeurs. « On travaille quoi qu’il en soit pour l’après 26 mai, considèrent Pierre Larrouturou et Sylvie Guillaume, parce qu’il faudra bien refonder la gauche. » Non, les dés ne sont pas jetés, assurent-ils… Les deux candidats se plaisent même à penser que nombre d’électeurs vont changer au dernier moment leur fusil d’épaule.

 

Des militants écologistes, « y compris grenoblois », ne comprennent déjà plus Yannick Jadot, tête de liste d’Europe Écologie – Les Verts, croit savoir Pierre Larrouturou, sans vouloir « faire de procès d’intention ». On ne pardonnerait pas à Yannick Jadot de se considérer « ni de droite, ni de gauche ». Pierre Larrouturou lui reproche, pour sa part, son silence sur « la régulation financière et la défense des services publics ».

 

 

« Macron prend vraiment les électeurs pour des imbéciles »

 

Les sondages pour la liste Envie d’Europe ne sont pas folichons, mais la messe est-elle dite pour autant ?  Est-ce que les deux gagnants seront Marine Le Pen et Macron ? Loin s’en faut, rétorque la vice-présidente du Parlement européen, Sylvie Guillaume. Et celle-ci d’inviter, les électeurs à « dézoomer » pour comprendre.

 


Reportage : Joël Kermabon
 

La numéro 2 de la liste rappelle à toutes fins utiles, qu’ « il n’y a que deux forces politiques majeures qui vont peser dans la politique européennes pour les cinq ans à venir » : les socialistes avec le S&D (Socialistes et Démocrates) et la droite avec le parti EPP (le Parti populaire européen).

 

Sylvie Guillaume, Pierre Larrouturou, respectivement deuxième et cinquième sur la liste envie d'Europe, avec Marie Josée Salat, vice présidente de la Métropole et Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, jeudi 23 mai 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Sylvie Guillaume, Pierre Larrouturou, respectivement deuxième et cinquième sur la liste Envie d’Europe, jeudi 23 mai 2019 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

« Par conséquent ni le Rassemblement nationale de Marine Le Pen, ni la liste de Macron ne pèseront dans l’hémicycle », tacle Sylvie Guillaume. « Macron prend vraiment les électeurs pour des imbéciles, fustige-t-elle, en rejouant le coup de la présidentielle, et en disant aux Français de voter pour lui pour faire barrage au Rassemblement national ! »

 

L’enjeu dans tout cela pour les électeurs de gauche ? Sylvie Guillaume y vient : c’est de mettre le S&D en tête. La place de premier groupe au Parlement va se jouer à une vingtaine de parlementaires près. « En votant pour notre liste, les électeurs poussent le S&D en tête, argue-t-elle. Nous pourrons alors mettre en œuvre notre programme de gauche progressiste en Europe, et prendre la tête de la Commission européenne », poursuit Sylvie Guillaume. Et de conclure : « Voter pour nous, c’est voter efficace car ni France insoumise, ni les Verts, ni Génération.s ne feront le poids pour infléchir la conduite de l’Europe. »

 

 

Un programme qui rapporte 450 milliards

 

« Nous sommes les seuls à proposer un programme aussi complet, avec des réponses en corrélation à la fois à l’urgence climatique, sociale et migratoire », assène Sylvie Guillaume. Quid du financement ? Tout est calé au millimètre près, à entendre Pierre Larrouturou, fondateur de Nouvelle Donne.

 

Pierre Larrouturou, fondateur de Nouvelle Donne, auteur du Pacte Climat Finance, 5ème sur la liste envie d'Europe, jeudi 23 mai à Grenoble© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pierre Larrouturou, fondateur de Nouvelle Donne, auteur du Pacte climat finance, 5e sur la liste envie d’Europe, jeudi 23 mai à Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

L’économiste a tout balisé dans son Pacte finance climat, mis au point avec le climatologue Jean Jouzel.

 

« Nous, on montre comment on peut trouver 450 milliards pour cinq ans, pour l’Europe. C’est concret, avec plusieurs sources de financement comme un impôt européen sur les bénéfices des sociétés. Rien qu’en France, on aurait 50 milliards chaque année », explique-t-il.

 

Et de compléter son propos par un argument massue : « Cela veut dire qu’à Grenoble, à Voiron, on va créer aussi des emplois. » Un projet, poursuit l’économiste, « quatre fois plus ambitieux que celui de la liste des écologistes de Yannick Jadot, dont la seule façon de financer est la taxe carbone ».

 

Miltants PS et PP s'apprêtant à diffuser des tracts dans le cadre des élection européennes. Valérie Doubinky (Kway rouge), candidate du sillon alpin, est placée 62ème sur la liste envie d'Europe. DR

Miltants PS et PP s’apprêtant à diffuser des tracts dans le cadre des élections européennes. Valérie Doubinsky (Kway rouge), candidate du sillon alpin, est 62e sur la liste Envie d’Europe. DR

Sur la liste à la 62e place, Valérie Doubinsky, militante à Place publique, représente le sillon alpin. Elle aussi considère que le projet politique qu’elle défend est « le plus abouti de tous ».

 

Le volet économique et social n’est pas en reste, tient-elle à souligner, avec « la mise en place d’un salaire minimum européen à 65 % du salaire médian national, des mesures pour permettre la portabilité des droits et faciliter la mobilité, pour lutter contre le dumping social, l’harmonisation des congés maternité et paternité, des programmes de lutte contre la pauvreté (…) »

 

Séverine Cattiaux

 

 

 

commentez lire les commentaires
3073 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Leur solution? “ Impôt sur les bénéfices des sociétés ”!
    Au secours! SAMU psychiatrique!

    sep article
  2. Voici ma préférence, une vision renouvelée, des acteurs neufs, un programme qui se tient.

    sep article
  3. D’après les derniers sondages (si on y croit …) la liste serait à 5,5 %
    Ca monte … ça monte. Ca veut dire que les frais de campagne seraient remboursés et qu’il y aurait des élus. C’est vrai que le programme est intéressant, balayant les différents domaines dans lesquels le parlement européen peut agir. Dommage que leur affiche soit si moche !

    sep article