Cohabitation piétons-cyclistes : la première délibération adoptée par Grenoble, inspirée d’un jury citoyen

sep article



 

DÉCRYPTAGE – C’est une première à Grenoble. Le conseil municipal vient d’adopter une délibération pour améliorer « la cohabitation piétons cycles » qui s’appuie sur les préconisations d’une trentaine de citoyens, dont la majorité tirée au sort, réunis dans un atelier de projet. Une nouvelle manière de donner du pouvoir d’agir aux habitants et d’infléchir les politiques publiques ? Vraisemblablement… mais jusqu’à un certain point.

 

 

Grenoble vient d'adopter une délibération sur la cohabitation piétons cycles basée sur les préconisations d'un jury citoyen. Une première.Paul-Emmanuel Dupuis, participant volontaire de l'atelier-projet "piéton-cycle", et Jocelyn Migdal, participante tirée au sort, tous deux porte-paroles du groupe, lors du conseil municipal du lundi 13 mai 2019 © Joël Kermabon - Place Gre'net

Paul-Emmanuel Dupuis, par­ti­ci­pant volon­taire de l’a­te­lier-pro­jet « pié­ton-cycle », et Jocelyn Migdal, par­ti­ci­pante tirée au sort, tous deux porte-parole du groupe lors du conseil muni­ci­pal du 13 mai 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Constitué d’une ving­taine de citoyens pour la plu­part tirés au sort, le pre­mier ate­lier de pro­jet mis en place par la Ville de Grenoble a pré­senté ses tra­vaux lors du conseil muni­ci­pal du 13 mai der­nier.

 

« Cette ins­tance, appe­lée éga­le­ment jury citoyen, existe dans de nom­breux pays. C’est une pre­mière pour la Ville de Grenoble ! », s’est féli­cité Pascal Clouaire, adjoint à la démo­cra­tie locale.

 

Le maire, Eric Piolle, a pour sa part approuvé « une nou­velle forme de par­ti­ci­pa­tion qui se met au ser­vice de l’intelligence col­lec­tive ». 

 

 

Des préconisations globalement suivies

 

La mis­sion de ce pre­mier ate­lier pro­jet ? Proposer des solu­tions pour mieux faire coha­bi­ter vélos et pié­tons dans l’espace public. « Le groupe a fourni un tra­vail de très haute qua­lité en seule­ment trois séances », a com­pli­menté Jacques Wiart, conseiller muni­ci­pal délé­gué aux dépla­ce­ments et à la logis­tique urbaine.

 

Jacques Wiart, conseiller municipal délégué Déplacements et Logistique urbaine, lundi 13 mai 2019 au conseil municipal © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jacques Wiart, conseiller muni­ci­pal délé­gué Déplacements et Logistique urbaine, le 13 mai 2019 en conseil muni­ci­pal. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Puis le conseiller a déroulé la déli­bé­ra­tion ins­pi­rée des tra­vaux de l’a­te­lier de pro­jet. Dans les grandes lignes, la Ville prend acte des efforts que lui demande ce groupe de citoyens. Elle va donc s’en­ga­ger à « ren­for­cer la sécu­rité des cyclistes et des pié­tons par des amé­na­ge­ments adé­quats (éclai­rage, mar­quage, mobi­lier) » et  à « pour­suivre le tra­vail par­te­na­rial de résorp­tion des points noirs cyclables ».

 

Les recom­man­da­tions de l’a­te­lier de pro­jet ont aussi décidé la Ville à entre­prendre « un tra­vail avec les vélo­cistes pour sen­si­bi­li­ser les cyclistes concer­nant l’équipement des vélos (éclai­rage notam­ment) » et « l’étude d’une appli­ca­tion smart­phone per­met­tant de signa­ler les acci­dents ou inci­dents de la cir­cu­la­tion ».

 

 

Une partie de l’opposition s’en prend au plan d’action de la majorité 

 

Dans l’opposition, on salue l’in­ves­tis­se­ment des habi­tants, avant de pas­ser à la cri­tique du plan d’ac­tions de la majo­rité. Pour Matthieu Chamussy (ex-LR), s’ex­pri­mant pour le groupe Réussir Grenoble, le plan pâtit d’un manque de « pers­pec­tives, de trans­for­ma­tions concrètes, même s’il y a des choses inté­res­santes ».

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2532 visites | 17 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 17
  1. La métro pré­voit 5000 vélos par jour sur la Chronovélo du centre ville. Comme les 2/3 du tra­fic sont aux heures de pointe (une heure le matin, une heure le soir), ça fait 1700 vélos par heure aux heures de pointes, c’est à dire un vélo toutes les 2 secondes. Bonne chance aux pié­tons du centre ville.
    Alors cette cau­se­rie au conseil muni­ci­pal sur la coha­bi­ta­tion pié­tons / vélos qui ne dit pas un mot sur ça, c’est de l’en­fu­mage (pour res­ter poli).

    sep article
    • Vous devriez vous rendre en Hollande, au Danemark, en Allemagne où il existe déjà, et même davan­tage, de flot de per­sonnes qui se déplacent à bicy­clette, sans que cela n’en­traîne des impos­si­bi­li­tés pour les pié­tons de tra­ver­ser la chaus­sée (au hasard à Copenhage sur Gothersgade).
      Vous tirez des plans sur la comète sans rien connaître de ce que sera la situa­tion, bref, vous affa­bu­lez. Vos pro­pos sont donc de l’en­fu­mage. Pour res­ter poli, bien entendu.

      Mais peut-être pré­fé­riez-vous les 15 000 véhi­cules moto­ri­sés pas­sant chaque jour par ce même centre-ville au niveau de Rey / Lyautey / Agutte Sembat ?

      sep article
      • Tous ces gens, dont cer­tains vivant à Amsterdam, qui com­mentent cette vidéo en disant qu’elle est réa­liste sont des affa­bu­la­teurs, évi­dem­ment. Qu’attendez vous pour leur faire la leçon ? Car vous avez rai­son, ça fait très envie d’a­voir ça cours Lafontaine et cours Berriat.
        https://www.youtube.com/watch?v=CLurEnjOeMo

        sep article
  2. C’est bien : l’en­semble du conseil muni­ci­pal est d’ac­cord pour que les amé­na­ge­ments cyclables ne soient plus réa­li­sés sur le trot­toir.
    Par consé­quent, il ne reste donc plus que la chaus­sée où cir­culent des véhi­cules moto­ri­sés pour y caser les per­sonnes qui se déplacent à bicy­clette. Évidemment, en sécu­rité, c’est encore mieux d’où la néces­sité de créer des infra­struc­tures cyclables dédiées et donc de fait de réduire l’emprise consa­crée à l’au­to­mo­bile soit au niveau de ses dépla­ce­ments soit au niveau de son sta­tion­ne­ment.
    Bravo !

    sep article
  3. Pouvez vous nous com­mu­ni­quer la liste nomi­na­tive des 30 per­sonnes par­ti­ci­pantes svp ?

    sep article
  4. Un jury citoyen ? Rien que la for­mule est drôle en pro­ve­nance d’une muni­ci­pa­lité Grenobloise rouge à l’in­té­rieur, ver­dâtre à l’ex­té­rieur.
    Donner du pou­voir aux habi­tants ? Mieux vaut lire ça qu’être aveugle ! Sinon, se moquer de Grenoblois ça ils savent faire les faux démo­crates.
    Quand au soit disant inté­rêt d’Eric Piolle pour tous ceux qui ne sont pas sont élec­to­rat, après avoir pri­va­tisé les rues de Grenoble au pro­fit de ses amis pri­vi­lé­giés que sont les velo’­taf­feurs et autres cyclistes tout en pol­luant des quar­tiers entiers ou se déversent les reports de cir­cu­la­tion de Cvcm qu’il a sou­haité avec sa majo­rité métro­po­li­taine, avec son lot de nui­sances, lais­sez nous rire vert de rage une fois de plus.

    sep article
    • Hahahahahaha, mort de rire ! Mais ce sont les voi­tures qui acca­parent les 3/4 de l’es­pace public, ni les per­sonnes qui se déplacent à vélo ni les pié­tons !
      Que les per­sonnes qui prennent leur voi­ture pour faire des dis­tances fai­sables à vélo, à pied ou en TC laissent tom­ber leur engin d’une tonne et 1/2, de 10 m², qui pol­lue, qui pue et qui crée de l’in­sé­cu­rité pour les autres !
      En atten­dant, à vélo ou à pied, on rigole de voir des bou­chons sur la rue Pierre Sémard entre le cours Berriat et la rue Abbé Grégoire avec… moins de 20 voi­tures et une per­sonne par voi­ture. Tout ça pour ça… Réfléchissez !

      sep article
  5. C’est effec­ti­ve­ment une pre­mière, mais pour l’inversion com­plète de la façon de pro­cé­der : je décide, j’impose sans concer­ta­tion, j’interroge un peu après coup, j’utilise le conseil muni­ci­pal pour faire une opé­ra­tion de com’.
    Rappel des faits :
    2014 : vote des auto­routes à vélos. Si, si c’est bien ça, c’est même répété trois fois.
    https://www.lametro.fr/cms_viewFile.php?idtf=1715&path=DP-La-politique-cyclable-au-service-d-une-metropole-apaisee-Juin-2015.pdf
    2018 : le rideau tombe, il appa­rait qu’une auto­route à vélos pas­sera dans des rues à très forte pré­sence pié­tonne, et même car­ré­ment devant les portes du lycée Champollion !
    https://www.placegrenet.fr/2018/10/15/chronovelo-les-unions-de-quartier-reclament-une-reunion-publique-de-concertation-dans-les-plus-brefs-delais/211285
    2019 : cau­se­rie sur la coha­bi­ta­tion entre pié­tons et vélos au conseil muni­ci­pal, sans un mot sur le point majeur qu’est l’absurde pas­sage d’autoroutes à vélos en plein centre-ville ! Belles envo­lées lyriques en prime sur la démo­cra­tie citoyenne, après zéro concer­ta­tion pen­dant 4 ans …

    sep article
    • Cela vous reste tou­jours en tra­vers de faire pas­ser une piste cyclable bidi­rec­tion­nelle devant le lycée Champollion alors que pen­dant des années on a eu 2 files de cir­cu­la­tion auto­mo­biles à 50 km/h sans que vous n’ayez jamais rien dit.
      Laissez-moi rire de votre réac­tion outrée !
      En ville, la roue tourne et ce n’est plus celle de la voi­ture !

      sep article
      • Moquez vous des pié­tons, Monseigneur sur 2 roues de l’ADTC.

        sep article
        • Tiens, tou­jours avec cette lubie de me confondre avec l’ADTC. C’en est vrai­ment risible à la fin.
          Et au risque de vous éton­ner, je suis éga­le­ment pié­ton.

          Par contre, où est-ce que je me moque des pié­tons ? Je veux bien avoir quelques cla­ri­fi­ca­tions sur le sujet. Est-ce que deman­der davan­tage de zones pié­tonnes est se moquer des pié­tons ? Est-ce que deman­der des trot­toirs élar­gis est se moquer des pié­tons ? Est-ce que deman­der une dimi­nu­tion de la place de la voi­ture en ville pour moins de bruit, moins d’in­sé­cu­rité est se moquer des pié­tons ? Est-ce que deman­der le res­pect du 30km/h est se moquer des pié­tons ? Est-ce que deman­der la fin du tra­fic de tran­sit dans les quar­tiers est se moquer des pié­tons ? Est-ce que deman­der la mise en place de davan­tage de zones de ren­contre est se moquer des pié­tons ?

          Et vous, vous faites quoi pour les pié­tons ? Parce qu’à entendre votre dis­cours, vous êtes plu­tôt du style Pompidollien : « on touche pas à ma voi­ture ». Mais je pense que per­sonne n’est dupe de votre pos­ture.

          sep article
          • Que vous soyez acces­soi­re­ment pié­ton, per­sonne n’en doute. Que le pié­ton soit essen­tiel­le­ment pour vous un outil dia­lec­tique contre la voi­ture non plus. Pour la pos­ture pom­pi­dol­lienne, je connais pas, c’est de votre inven­tion ?

            sep article
            • Diantre ! Alors que le pié­ton est au som­met de la pyra­mide (le plus impor­tant donc) dans les dépla­ce­ments en ville, les per­sonnes à vélo ensuite, puis les TC et en der­nier les véhi­cules moto­ri­sés, le réduire à un outil dia­lec­tique démontre votre pro­fonde mécon­nais­sance du sujet, accen­tuée par votre incul­ture sur les années Pompidou, Président de la République Française, est qui sou­te­nait sans cil­ler au début des années 1970 qu’il fal­lait adap­ter la ville à l’au­to­mo­bile, pos­ture dans laquelle vous êtes tou­jours, près de 50 ans après.

              sep article
              • Monseigneur sur 2 roues de l’ADTC, excu­sez mon igno­rance bla­farde, je croyais que vous par­liez d’une pos­ture du kama­su­tra.

                sep article
                • Tiens, l’as­so­cia­tion avec l’ADTC revient sur le tapis…
                  Vous êtes pathé­tiques et j’i­ma­gine que c’est une forme de lâcheté, une fois que vous avez ter­miné d’é­clu­ser toute la pano­plie de pseudo-argu­ments que vous ten­tez vai­ne­ment d’ex­po­ser.

                  sep article
  6. Ne serait-il pas oppor­tun de don­ner des notions du code de la route
    à tous les per­sonnes , à qui on confie une bicy­clette ?

    sep article
    • Même les pié­tons devraient se voir rap­pe­ler des règles élé­men­taires de sécu­rité et de cour­toi­sie.
      Etant moi-même auto­mo­bi­liste (par néces­sité), cycliste (par choix et par plai­sir) et pié­ton (car l’hu­main se carac­té­rise par sa faculté à se dépla­cer sur ses deux jambes), je suis atterré par le fré­quent mau­vais com­por­te­ment des 3 caté­go­ries sus-nom­mées.
      Je ne me pose pas en être par­fait et com­mets sans doute bêtises voire infrac­tions, mais le pro­blème est sou­vent moins le type de loco­mo­tion uti­lisé que l’in­di­vi­dua­lisme for­cené et irres­pec­tueux de nombre de nos contem­po­rains.

      sep article