Un candidat isérois sur la liste Debout la France aux européennes… mais simple « sympathisant »

sep article

Notre indépendance c

Nicolas Dupont-Aignan n’aura pas fait escale en Isère pour la campagne des européennes. Pourtant, si la section iséroise de son mouvement Debout la France a souffert de démissions en série après les présidentielles de 2017, la liste du candidat souverainiste compte tout de même un isérois dans ses rangs : Jean-Michel Drevet , maire de Tramolé… et simple « sympathisant ».

 

 

Quelle impli­ca­tion de Debout la France 38, sec­tion isé­roise du parti de Nicolas Dupont-Aignan, à l’oc­ca­sion des Élections euro­péennes ? En 2017, le ral­lie­ment (presque) sur­prise du can­di­dat Dupont-Aignan à Marine Le Pen pour le second tour des Présidentielles n’é­tait pas passé auprès de cer­tains membres de DLF 38. Et avait pro­vo­qué, après tout de même plu­sieurs mois d’atermoiements, une véri­table hémor­ra­gie dans les rangs du mou­ve­ment.

 

Si Nicolas Dupont-Aignan n'a pas passé par l'Isère dans sa campagne, la numéro 2 de la liste DLF Stéphanie Gibaud tenait meeting à Grenoble le lundi 20 mai © Debout la France 38

Si Nicolas Dupont-Aignan n’a pas passé par l’Isère dans sa cam­pagne, la numéro 2 de la liste DLF Stéphanie Gibaud tenait mee­ting à Grenoble, lundi 20 mai. © Debout la France 38

 

En octobre 2017, pas moins de cinq cadres du parti cla­quaient ainsi la porte, tan­dis qu’un can­di­dat aux légis­la­tives pre­nait ses dis­tances dès le mois de mai. Le comité DLF isé­rois avait pour­tant mani­festé son sou­tien préa­lable à Nicolas Dupont-Aignan. Le secré­taire dépar­te­men­tal Edmond Damais esti­mait même que le Front National n’é­tait « plus un parti d’extrême droite ». Cinq mois plus tard, il comp­tait parmi les démis­sion­naires…

 

 

Un candidat isérois… non encarté DLF

 

Jean-Michel Drevet, maire de Tramolé © Debout la France 38

Jean-Michel Drevet, maire de Tramolé © Debout la France 38

Autre figure his­to­rique de la sec­tion isé­roise, Alain Bonnet quit­tait éga­le­ment le parti pour rejoindre plus tard les Patriotes de Florian Philippot, aux côtés de l’ex-FN et dépu­tée euro­péenne Mireille d’Ornano.

 

La droite sou­ve­rai­niste en Isère n’est donc pas sor­tie indemne des Élections pré­si­den­tielles comme légis­la­tives. Debout la France, peut-il reprendre des cou­leurs à l’oc­ca­sion des Européennes ?

 

La liste menée par Nicolas Dupont-Aignan compte en tout cas un élu isé­rois. En l’oc­cur­rence, Jean-Michel Drevet, maire de Tramolé (can­ton de L’Isle-d’Abeau), qui figure en 35e posi­tion.

 

Autant dire que, sauf extra­or­di­naire retour­ne­ment de situa­tion, l’é­dile isé­rois n’a aucune change d’al­ler sié­ger à Strasbourg. Et ceci d’au­tant plus que les pré­vi­sions de vote pour DLF ne sont, pour l’heure, pas sus­cep­tibles d’oc­troyer au parti le moindre député euro­péen.

 

Signe des temps ? Jean-Michel Drevet est can­di­dat DLF… sans être encarté DLF. Le maire de Tramolé se défi­nit, auprès du Dauphiné Libéré, comme un « sym­pa­thi­sant » pour qui « l’i­dée n’est pas de quit­ter l’Europe mais d’a­voir des états sou­ve­rains qui s’u­nissent des grands pro­jets ». En phase avec le dis­cours géné­ral de Nicolas Dupont-Aignan qui, pour autant, n’a pas fait halte en Isère durant sa cam­pagne pour les Européennes.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1292 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.