Éléonore Saintagnan, lauréate du premier Prix d’art contemporain du Département de l’Isère, expose sa création au Musée Hébert

sep article



 

FIL INFO — La création d’Éléonore Saintagnan, lauréate du premier Prix d’art contemporain du Département de l’Isère, est désormais exposée au Musée Hébert. Prix comportant une bourse et un séjour au sein de la résidence d’artiste Moly-Sabata (Sablons), le Prix d’art contemporain de l’Isère accompagne des artistes ayant un lien avec le département isérois, autour d’un projet pédagogique ancré dans le territoire.

 

 

Eléonore Saintagnan © Musée Hébert

Éléonore Saintagnan © Musée Hébert

Alors que la deuxième édi­tion du Prix d’art contem­po­rain du Département de l’Isère est d’ores et déjà sur les rails, sa toute pre­mière lau­réate expose sa réa­li­sa­tion dans la « petite gale­rie » du Musée Hébert.

 

Baptisées La potière, la tis­se­rande et le chat Mowgli, les trois céra­miques émaillées signées Éléonore Saintagnan rendent hom­mage à la potière aus­tra­lienne Anne Dangar (1885−1951) et à la tis­se­rande Lucie Deveyle (1908−1956).

 

Pourquoi ces deux artistes ? Parce que toutes deux ont mar­qué l’his­toire de l’Isère en rési­dant à Sablons. Et en incar­nant l’es­prit de la rési­dence d’ar­tistes Moly-Sabata, fon­dée en 1927 sur le ter­ri­toire de la com­mune, aujourd’­hui par­te­naire du Prix du Département.

 

L’œuvre entre donc en réso­nance directe avec le « pro­jet péda­go­gique » et l’an­crage ter­ri­to­rial attendu de la part des artistes lau­réats.

 

 

Un prix en lien avec le territoire

 

Le prix d’art contem­po­rain « s’a­dresse à des artistes ayant un lien avec le dépar­te­ment : nés, ayant vécu, ayant suivi une for­ma­tion artis­tique ou rési­dant actuel­le­ment en Isère », explique le Musée Hébert. C’est le cas d’Éléonore Saintagnan, pari­sienne d’o­ri­gine mais diplô­mée d’un DESS docu­men­taire de créa­tion de Grenoble 3 et d’un SPEAP (pro­gramme d’ex­pé­ri­men­ta­tion en arts poli­tiques) auprès de Sciences-Po Grenoble.

 

Le Musée Hébert de La Tronche. DR

Le Musée Hébert de La Tronche. DR

 

La nature du prix ? Une bourse de 5 000 euros, accom­pa­gnée d’une rési­dence d’une durée de deux mois au sein de Moly-Sabata. Plus la pos­si­bi­lité – comme cela a été le cas cette année – que le Département de l’Isère fasse l’ac­qui­si­tion de la créa­tion issue de la rési­dence. Une rési­dence au cours de laquelle Éléonore Saintagnan a éga­le­ment par­ti­cipé à des ate­liers avec des col­lé­giens de Roussillon et des enfants d’un centre de loi­sir du dépar­te­ment.

 

Six artistes étaient en lice pour la pre­mière édi­tion du Prix d’art contem­po­rain de l’Isère. Ils seraient cette année trois fois plus, indique la direc­trice du Musée Hébert Laurence Nesme. Qui ajoute que le jury, dont elle fait par­tie aux côtés d’ar­tistes et d’é­lus, se réunira très pro­chai­ne­ment pour déci­der du lau­réat ou de la lau­réate du second prix. Date de l’an­nonce ? Avant l’été, espère la direc­trice, ou au plus tard au mois de sep­tembre.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1241 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.