La « Raboterie » d’Eybens fait peau neuve et se met à la charpente

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE VIDÉO – Un nouveau logo, de nouveaux associés, un nouveau site internet… La Raboterie d’Eybens, entreprise qui réalise des constructions en bois sur mesure, a fêté sa mue vendredi 10 et samedi 11 mai. Elle étend désormais son activité à la charpente. Pour l’occasion, elle a présenté au public l’une de ses dernières créations : une grande roue entièrement fabriquée en bois, qu’ont pu tester petits… et grands.

 

 

Ils sont nom­breux, ce samedi 11 mai, à être venus à l’i­nau­gu­ra­tion de l’ate­lier de menui­se­rie-char­pente La Raboterie d’Eybens pour admi­rer sa créa­tion la plus inso­lite : une grande roue, entiè­re­ment en bois, à l’ex­cep­tion de l’axe de rota­tion, en acier. Une com­mande de l’as­so­cia­tion L’Art des show, située à Aubenas, qui sera livrée, puis posée pro­chai­ne­ment.

 

 

 

Cette roue a néces­sité « 200 heures de tra­vail et deux mètres cubes de bois », explique Anthony Marcon, qui a cha­peauté sa construc­tion. Et le menui­sier n’en est pas à son coup d’es­sai. C’est la deuxième qu’il réa­lise.

 

Ils seront désor­mais neuf à tra­vailler le bois dans ce grand ate­lier de menui­se­rie. Fabien Fontanel, menui­sier, et Mathieu Dordain, char­pen­tier de pro­fes­sion et gérant de la SAS Les Charpentiers, viennent en effet de rejoindre l’é­quipe d’o­ri­gine. Et c’est grâce à l’ar­ri­vée de ce der­nier que la Raboterie peut désor­mais pro­po­ser des tra­vaux de char­pente.

 

 

Un salarié, une voix

 

Une roue pouvant accueillir jusqu'à 8 personnes à fois.

Une roue pou­vant accueillir jus­qu’à huit per­sonnes à fois. DR

Ici, la voix de cha­cun compte car La Raboterie est une société coopé­ra­tive et par­ti­ci­pa­tive (Scop). Un sta­tut choisi par seule­ment onze entre­prises du BTP en Isère.

 

La Raboterie, pri­vi­lé­gie éga­le­ment les cir­cuits courts. « Pratiquement tous les bois que nous tra­vaillons dans l’a­te­lier viennent de la région. On ne tra­vaille pas de bois exo­tiques, par exemple, pour limi­ter l’im­pact car­bone lié aux trans­port et la logis­tique », jus­ti­fie Fabien Fontanel.

 

Et l’en­tre­prise connaît un cer­tain suc­cès. Elle réa­lise ainsi en moyenne 300 000 euros de chiffre d’af­faires chaque année.

 

En ce moment, elle a d’ailleurs du pain sur la planche : l’é­quipe tra­vaille actuel­le­ment sur la réno­va­tion de plu­sieurs refuges situés en haute mon­tagne, qui seront livrés en juin pro­chain, en plus de com­mandes de par­ti­cu­liers.

 

Texte et vidéo : Mohamed Benmaazouz

 

commentez lire les commentaires
1812 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.