Au soir de la décision de la cour d'appel, le Postillon organise une « soirée dommages et intérêts ». L'entrée sera gratuite ou payante selon le verdict...

Attaqué par deux res­pon­sables d’Emmaüs Grenoble, Le Postillon est relaxé par la justice

Attaqué par deux res­pon­sables d’Emmaüs Grenoble, Le Postillon est relaxé par la justice

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO — La jus­tice a pro­noncé la relaxe du Postillon et de son rédac­teur en chef Vincent Peyret. Le jour­nal sati­rique gre­no­blois était atta­qué devant le tri­bu­nal par le pré­sident et le res­pon­sable d’Emmaüs Grenoble, suite à la paru­tion d’un article à l’au­tomne 2018. Ces der­niers sont, au final, condam­nés à ver­ser 1 000 euros cha­cun à la publi­ca­tion, au titre des dom­mages et intérêts.

« Avoir un pro­cès contre un grand élu ou patron, c’est presque glo­rieux. Contre Emmaüs, c’est assez dépi­tant », écrit Le Postillon. François Poton et Jean-Pierre Polidori, res­pec­ti­ve­ment pré­sident et res­pon­sable d’Emmaüs Grenoble, ont pour­tant bien porté plainte contre la paru­tion sati­rique gre­no­bloise, et plus pré­ci­sé­ment contre son rédac­teur en chef Vincent Peyret. Un pro­cès qui a abouti à une relaxe du jour­nal, mardi 14 mai.

Le Postillon, parution satirique « de Grenoble et sa cuvette ». © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le Postillon, paru­tion sati­rique « de Grenoble et sa cuvette ». © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les diri­geants d’Emmaüs Grenoble n’a­vaient pas appré­cié la publi­ca­tion d’un article les concer­nant à l’au­tomne 2018. Très docu­menté, le “papier” du Postillon don­nait la parole à des anciens d’Emmaüs décri­vant des pra­tiques de « mal­trai­tance des com­pa­gnons », d’hu­mi­lia­tions, voire de pres­sions sur des sans-papiers. Des élé­ments qua­li­fiés de « fausses infor­ma­tions » par les deux inté­res­sés, qui s’é­taient alors tour­nés vers la justice.

2 000 euros de dom­mages et intérêts

François Poton et Jean-Pierre Polidori n’ont guère été sen­sibles au cour­rier que leur a alors adressé Le Postillon. Assez logi­que­ment, le jour­nal pré­ve­nait les res­pon­sables d’Emmaüs qu’une plainte ne ferait que mettre en lumière l’ar­ticle et les pra­tiques qui leur sont reprochées.

La une du numéro 47 du Postillon, contenant l'article sur Emmaüs. © Le Postillon

La une du numéro 47 du Postillon, conte­nant l’ar­ticle sur Emmaüs. © Le Postillon

Un “effet Streisand” bien connu, mais que nombre d’é­lus ou de res­pon­sables de struc­tures n’ont pas encore inté­gré dans leur mode de fonctionnement.

Le jour­nal pro­po­sait même de ne pas publier son article sur Internet, peu dési­reux de mettre en dif­fi­culté une struc­ture sociale. De quoi ras­sé­ré­ner les esprits ?

Au contraire, les deux plai­gnants auraient perçu le cour­rier comme une « menace ». La jus­tice ne s’en est guère émue : non seule­ment Le Postillon est relaxé, mais le pré­sident et le res­pon­sable d’Emmaüs sont condam­nés à lui ver­ser 1 000 euros cha­cun, au titre de dom­mages et intérêts.

« Comme nous nous y étions enga­gés, nous rever­se­rons cette somme, une fois déduits nos frais de jus­tice, à Emmaüs », conclut le journal.

FM

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La solution technique retenue par l'OIRCT pour la réinstallation d'une première cabine téléphonique à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Remontada » des cabines télé­pho­niques : une pre­mière ins­tal­la­tion pérenne inau­gu­rée dans le parc Marliave de Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Le collectif Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques (OIRCT) a inauguré le retour d'une première cabine publique ce vendredi 25 Lire plus

En octobre 2021, l'OIRCT avait testé différents emplacements avec une cabine téléphonique mobile. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réinstallation d’une cabine télé­pho­nique à Grenoble ce ven­dredi 25 mars 2022 : une « pre­mière mondiale »

FLASH INFO - L'OIRCT[mfn]Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques.[/mfn] annonce la réinstallation d'une cabine téléphonique publique ce 25 mars 2022, au cœur du Lire plus

Action dans Grenoble pour la réinstallation des cabines téléphoniques.Installation éphémère d'une cabine téléphonique à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Allo ? Tu ne devi­ne­ras jamais d’où je t’ap­pelle » : une action dans Grenoble pour la réins­tal­la­tion des cabines téléphoniques

REPORTAGE VIDÉO - Les cabines téléphoniques feront-elles un jour leur retour? C'est en tout cas ce qu'espère l'Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques, Lire plus

Le Vide à moi­tié vert, un pam­phlet féroce du Postillon sur six ans de man­dat rouge-vert à Grenoble

  FOCUS - Dans Le Vide à moitié vert, ouvrage de deux-cents pages qui vient de paraître, le fondateur du journal satirique grenoblois Le Postillon Lire plus

Le Postillon condamné en appel pour diffamation contre le responsable d'Emmaüs Grenoble
Jugement en demi-teinte pour le pro­cès en appel de Ferrari contre Le Postillon

FOCUS - La cour d'appel de Grenoble a, ce lundi 30 janvier, relaxé partiellement des chefs d'injures et de diffamation le bimestriel Le Postillon dans Lire plus

Au soir de la décision de la cour d'appel, le Postillon organise une « soirée dommages et intérêts ». L'entrée sera gratuite ou payante selon le verdict...
Soirée « dom­mages et inté­rêts » orga­ni­sée par le Postillon lundi 30 janvier

Après un « vernissage judiciaire » ou le soutien affiché de « cent intellos à lunettes », Le Postillon n'a pas l'intention de déposer les armes, ni son sens Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin