Un nouveau marché ouvre à Grenoble dans le quartier Chavant les mercredis après-midi

sep article

FIL INFO – La Ville de Grenoble annonce la création d’un nouveau marché Chavant, spécifiquement ouvert les mercredis après-midi, à compter du 15 mai. Une mise en place qui s’inscrit dans le cadre de la politique des marchés de la municipalité, entre nouveau règlement et volonté de valoriser les différents points de vente du territoire grenoblois.

 

 

« En matière d’offre alimentaire, la Ville poursuit son objectif de diversification de l’offre et de recherche de qualité pour tous les Grenoblois », écrivent les services de la municipalité grenobloise. Dernier exemple en date ? La mise en place d’un nouveau marché quartier Chavant les mercredis après-midi. À compter du mercredi 15 mai, les Grenoblois pourront y faire leurs courses chaque semaine de 15 heures à 18 h 30.

 

Marché aux Halles à Grenoble. © Elodie Rummelhard - Place Gre'net

Marché aux Halles à Grenoble. © Élodie Rummelhard – Place Gre’net

 

Le marché se veut mixte, précise la Ville. Avec des produits pour la personne, vêtements et accessoires, savons et cosmétiques ou plants pour le balcon et le jardin. Et des produits alimentaires, depuis les fruits et légumes aux produits traiteurs, en passant par les viandes, la volaille, le miel ou le pain. Y compris, ajoute la municipalité, en vente directe de producteurs et issus de l’agriculture biologique.

 

 

Une politique des marchés diversement appréciée

 

Le nouveau marché Chavant s’inscrit dans la lignée de la politique des marchés de la Ville, via l’adoption d’un nouveau règlement (qui ne fait pas l’unanimité) et la création de deux autres marchés : celui du quartier Île Verte et celui du quartier Mistral. Sans oublier la récente mise en lumière nocturne des Halles Sainte-Claire, destinée à redynamiser le marché et le quartier en mettant en valeur sa dimension patrimoniale.

 

Un étal de primeur sur le marché Anatole France, quartier Mistral. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un étal de primeur sur le marché Anatole France, quartier Mistral. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Les marchés sont des lieux de vie, de rencontre et d’échange. Ils permettent une relation privilégiée entre le client et le commerçant, et complètent opportunément l’offre commerciale de proximité », insiste la municipalité. Tout en assurant miser sur « des marchés plus propres, plus avenants, et qui tiennent compte des enjeux de notre siècle ». Et de citer notamment un système de récolte des déchets organiques dans le centre-ville et à l’Abbaye.

 

Les commerçants de l'Estacade contraints de réduire l'amplitude de leurs étals pour la piste cyclable © Florent Mathieu - Place Gre'net

Commerçants de l’Estacade contraints de réduire la largeur de leurs étals pour la piste cyclable © Florent Mathieu – Place Gre’net

La Ville ne fait pourtant toujours pas l’unanimité parmi les commerçants non sédentaires. Dernier exemple en date : des tensions sur le marché de l’Estacade, où des commerçants aux produits similaires sont placés côte à côte ou face à face, contrairement aux usages.

 

Tandis que d’autres se voient contraints de réduire leurs étals pour ne plus déborder sur une petite partie de la piste cyclable du cours Jean-Jaurès… pourtant ramenée à une seule voie quelques mètres plus loin.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
4764 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Hallucinant le dernier paragraphe ! Les étals déborderaient sur une chaussée pour véhicules motorisés que ce serait des cris d’orfraie mais là, pour un aménagement cyclable (un axe important longeant le cours Jean Jaurès), ce ne serait pas grave ? Comme à Montpellier ou dans la bouche de Patrick Sébastien, on ne va pas s’embêter pour 2 personnes qui se déplacent à bicyclette.
    Tiens, qui peut me rafraîchir la mémoire sur l’expérience de coupure de la rue Joseph Rey aux véhicules motorisés pendant les heures de marché et pourquoi elle n’a pas été pérennisée…

    sep article
    • Simplement que ca a été un bazar sans nom dans le quartier.
      pour un bénéfice maigre,
      Il faut mieux rouler doucement en faisant attention que de créer des bouchons le dimanche.
      l’axe est trop important pour les détours que cela impose, pis les gens venaient et se garaient / sortaient leur voiture, bref, circulait
      Et les vendeurs s’en plaignaient aussi,
      Ya t il eu des études plus poussées? j’en serai curieux

      sep article
      • Voilà ! 😉
        Mais bloquer la piste cyclable complètement, comme j’ai pu le voir de nombreuses fois, ne posaient pas de souci, y compris quand des familles avec des enfants étaient obligés de passer sur la chaussée. On est bien dans le deux poids, deux mesures alors qu’on a des modes de déplacement dans les deux cas.

        sep article
  2. « Avec des produits pour la personne, vêtements et accessoires, savons et cosmétiques » un marché Saint Bruno bis quoi! Une fatalité pour ce quartier « social » aujourd’hui encore plus isolé depuis la fermeture de son accès bd Maréchal Lyautey? Un lieu qui n’à d’autre alternative que d’être un bis répetita du tristement célèbre quartier St Bruno à forte délinquance #Eric Piolle? Et bien non, un choix politique de toute évidence, malheureusement pour les habitants et #Grenoblois.

    sep article
    • Euh, sans blague, vous avez déjà parcouru le marché Saint-Bruno ? En quoi est-ce une fatalité pour le quartier ? Et je n’ai pas l’impression que ce soit un marché vide non plus.
      Contrairement à vous, je souhaite bonne chance à ce nouveau marché Hoche / Chavant et j’espère que les gens aux alentours prendront plaisir à s’y rendre.

      sep article