Un an de prison ferme et deux avec sursis pour le chasseur responsable de la mort d’un randonneur à Revel en 2015

sep article



FIL INFO — Épilogue (ou non) de l’accident de chasse mortel de Revel, survenu le 10 octobre 2015. Le chasseur responsable de la mort d’un randonneur de 20 ans a été condamné par la justice à trois ans de prison, dont un ferme et deux avec sursis. Le sexagénaire aura nié jusqu’au bout avoir directement tiré en direction du chemin où se trouvait le jeune homme.

 

 

Le chas­seur res­pon­sable d’un tir mor­tel à Revel le 10 octobre 2015 ira en pri­son, s’il ne fait pas appel. Ainsi en a décidé le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble mardi 30 avril, en condam­nant le sexa­gé­naire à un an de pri­son ferme et deux ans avec sur­sis. Un pro­cès au cours duquel la famille de la vic­time, la per­sonne qui l’ac­com­pa­gnait, mais aussi la Fédération dépar­te­men­tale des Chasseurs de l’Isère, se por­taient par­tie civile.

 

Chien de chasse @ FDCI

Chien de chasse. @ FDCI

 

Tout au long de son pro­cès, rap­porte France Bleu Isère, le chas­seur n’aura pas dévié de sa ligne de défense : il a cru voir pas­ser un che­vreuil et a tiré, non en direc­tion de la route en sur­plomb mais vers un talus. Pour lui, la balle a rico­ché avant d’at­teindre au tho­rax le ran­don­neur de 20 ans. « On aurait aimé entendre des paroles de res­pon­sa­bi­lité et cela n’a pas été le cas », a rétor­qué l’a­vo­cate du jeune homme qui accom­pa­gnait la vic­time, citée par le Dauphiné libéré.

 

 

Création d’un « groupe technique de la sécurité à la chasse »

 

Un chasseur à l'affut. © Gest / Fédération de chasse de l'Isère

Un chas­seur à l’af­fut. © Gest – Fédération de chasse de l’Isère

L’accident de chasse de Revel avait relancé la ques­tion du par­tage de l’es­pace entre chas­seurs et autres “usa­gers” de la nature. « Si la chasse est auto­ri­sée, il est into­lé­rable que cela soit au détri­ment de la sécu­rité et de la quié­tude des non-chas­seurs », avaient notam­ment dénoncé dans un com­mu­ni­qué com­mun la Frapna Isère et la Ligue pro­tec­trice des oiseaux (LPO).

 

L’accident avait aussi mené à la créa­tion, par la pré­fec­ture de l’Isère, d’un « groupe tech­nique sur le sujet de la sécu­rité à la chasse ». Mais n’a­vait pas empê­ché le pré­fet d’au­to­ri­ser en 2018 l’ou­ver­ture de la chasse dès le 1e juillet, mal­gré une consul­ta­tion publique lar­ge­ment hos­tile à la mesure.

 

Quelques mois plus tard, et qua­si­ment trois ans jour pour jour après l’ac­ci­dent de Revel, un vété­tiste sera alors à son tour fau­ché par une balle de chas­seur en Haute-Savoie.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2044 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Sachant qu’en des­sous de 3 ans il n’y a pas d’in­car­cé­ra­tion sys­té­ma­tique, les peines sont amé­na­geables ça fait peu cher la vie humaine…
    On parle quand même de quel­qu’un qui se bal­lade avec une arme à feu et tire.
    Même si le risque est infi­ni­té­si­mal, il existe= il faut inter­dire l’ac­cès les jours de chasse aux autres popu­la­tion et avoir une sépa­ra­tion stricte. Un rico­chet est plau­sible, ce qui rend de facto dan­ge­reux le tir quelque soit la direc­tion.
    Le jour où les parents de la vic­time tire­rons par mégarde sur les enfants /petits enfants du chas­seur que dira t on ? la peine et la dou­leur seront les mêmes.…

    sep article
    • Il fau­drait plu­tôt inter­dire la chasse le mer­credi et le week-end.

      sep article
      • @glice inter­dire chasse mer­credi et WE c’est déjà pro­po­ser une solu­tion.
        si on part déjà constat qu’une balle peut rico­cher,
        Avec ceci que la den­sité de popu­la­tion aug­men­tant l’es­pace com­mun se réduit donc ; il y a des conclu­sions évi­dentes à avoir pour évi­ter les acci­dents.

        sep article