Un an de prison ferme et deux avec sursis pour le chasseur responsable de la mort d’un randonneur à Revel en 2015

sep article

Creative Mobilities Mou

FIL INFO — Épilogue (ou non) de l’accident de chasse mortel de Revel, survenu le 10 octobre 2015. Le chasseur responsable de la mort d’un randonneur de 20 ans a été condamné par la justice à trois ans de prison, dont un ferme et deux avec sursis. Le sexagénaire aura nié jusqu’au bout avoir directement tiré en direction du chemin où se trouvait le jeune homme.

 

 

Le chasseur responsable d’un tir mortel à Revel le 10 octobre 2015 ira en prison, s’il ne fait pas appel. Ainsi en a décidé le tribunal correctionnel de Grenoble mardi 30 avril, en condamnant le sexagénaire à un an de prison ferme et deux ans avec sursis. Un procès au cours duquel la famille de la victime, la personne qui l’accompagnait, mais aussi la Fédération départementale des Chasseurs de l’Isère, se portaient partie civile.

 

Chien de chasse @ FDCI

Chien de chasse. @ FDCI

 

Tout au long de son procès, rapporte France Bleu Isère, le chasseur n’aura pas dévié de sa ligne de défense : il a cru voir passer un chevreuil et a tiré, non en direction de la route en surplomb mais vers un talus. Pour lui, la balle a ricoché avant d’atteindre au thorax le randonneur de 20 ans. « On aurait aimé entendre des paroles de responsabilité et cela n’a pas été le cas », a rétorqué l’avocate du jeune homme qui accompagnait la victime, citée par le Dauphiné libéré.

 

 

Création d’un « groupe technique de la sécurité à la chasse »

 

Un chasseur à l'affut. © Gest / Fédération de chasse de l'Isère

Un chasseur à l’affut. © Gest – Fédération de chasse de l’Isère

L’accident de chasse de Revel avait relancé la question du partage de l’espace entre chasseurs et autres “usagers” de la nature. « Si la chasse est autorisée, il est intolérable que cela soit au détriment de la sécurité et de la quiétude des non-chasseurs », avaient notamment dénoncé dans un communiqué commun la Frapna Isère et la Ligue protectrice des oiseaux (LPO).

 

L’accident avait aussi mené à la création, par la préfecture de l’Isère, d’un « groupe technique sur le sujet de la sécurité à la chasse ». Mais n’avait pas empêché le préfet d’autoriser en 2018 l’ouverture de la chasse dès le 1e juillet, malgré une consultation publique largement hostile à la mesure.

 

Quelques mois plus tard, et quasiment trois ans jour pour jour après l’accident de Revel, un vététiste sera alors à son tour fauché par une balle de chasseur en Haute-Savoie.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1293 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Sachant qu’en dessous de 3 ans il n’y a pas d’incarcération systématique, les peines sont aménageables ça fait peu cher la vie humaine…
    On parle quand même de quelqu’un qui se ballade avec une arme à feu et tire.
    Même si le risque est infinitésimal, il existe= il faut interdire l’accès les jours de chasse aux autres population et avoir une séparation stricte. Un ricochet est plausible, ce qui rend de facto dangereux le tir quelque soit la direction.
    Le jour où les parents de la victime tirerons par mégarde sur les enfants /petits enfants du chasseur que dira t on? la peine et la douleur seront les mêmes….

    sep article
    • Il faudrait plutôt interdire la chasse le mercredi et le week-end.

      sep article
      • @glice interdire chasse mercredi et WE c’est déjà proposer une solution.
        si on part déjà constat qu’une balle peut ricocher,
        Avec ceci que la densité de population augmentant l’espace commun se réduit donc; il y a des conclusions évidentes à avoir pour éviter les accidents.

        sep article