©Joël Kermabon - Place Gre'net

Portrait d’Emmanuel Macron « réquisitionné » à Poisat : rappel à la loi pour neuf activistes d’ANV-Cop21

Portrait d’Emmanuel Macron « réquisitionné » à Poisat : rappel à la loi pour neuf activistes d’ANV-Cop21

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le délégué du procureur a convoqué, ce mardi 7 mai, neuf activistes d’ANV-Cop21 auteurs de la “réquisition” du portrait d’Emmanuel Macron à Poisat. Une action visant à symboliser le « vide de la politique climatique et sociale du gouvernement ». Après les avoir tous entendus, le délégué leur a signifié un simple rappel à la loi. Les militants, qui risquaient cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, n’ont toutefois pas consenti à rendre le portrait. 

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Une dizaine d’ac­ti­vistes d’Action non vio­lente – Cop21 (ANV-Cop21) avaient décro­ché, le 3 avril der­nier, le por­trait d’Emmanuel Macron dans la salle du conseil muni­ci­pal de Poisat. Après enquête, la gen­dar­me­rie d’Eybens les avaient pla­cés en garde à vue entre les 4 et 9 avril pour « vol en réunion ». Non sans avoir per­qui­si­tionné leurs domi­ciles res­pec­tifs dans l’es­poir de retrou­ver le portrait.

 

L’objectif de cette opé­ra­tion coup de poing inti­tu­lée « Sortons Macron » ? Interpeller le gou­ver­ne­ment afin qu’il prenne des mesures radi­cales contre le réchauf­fe­ment climatique.

 

Ce mardi 7 mai, neuf des dix acti­vistes inter­pel­lés ont répondu à une convo­ca­tion du délé­gué du pro­cu­reur de la République, en vue d’un rap­pel à la loi. Mais ces der­niers n’ont pas dévié de leurs pre­mières décla­ra­tions, refu­sant d’une seule voix de rendre le por­trait du président.

 

 

« Si c’était à refaire, je le referais ! »

 

« Nous lui avons dit que c’é­tait une action non vio­lente sym­bo­lique et que nous ne recon­nais­sions pas le vol du por­trait », relate Philippe, l’une des per­sonnes convo­quées. « Quand comp­tez-vous le rap­por­ter ? », leur a demandé le délé­gué du pro­cu­reur. « C’est une réqui­si­tion, pas un vol. Nous le ramè­ne­rons quand M. Macron pren­dra des mesures effec­tives pour lut­ter contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Les acti­vistes ris­quaient pour­tant gros, selon les termes de la loi. De fait, pour la qua­li­fi­ca­tion de « vol en réunion » le légis­la­teur a prévu cinq ans d’emprisonnement et une amende de 75 000 euros. Pas de quoi démon­ter Philippe, qui assure n’a­voir aucun regret. « Je suis très content d’a­voir par­ti­cipé à cette action. Si c’é­tait à refaire, je le refe­rais », déclare-t-il.

 

Au nombre des per­sonnes convo­quées, Stéphane Poulle, un jour­na­liste qui a notam­ment tra­vaillé pour Thalassa. « J’ai dit que je ne com­pre­nais pas pour­quoi j’é­tais convo­qué alors que je n’ai fait que le métier que je fais depuis trente ans », relate-t-il. Et ce d’au­tant plus, fait-il remar­quer, « que d’autres confrères étaient pré­sents au moment de cette action et que eux n’ont pas été convo­qués ». Pour Stéphane Poulle, la cause est enten­due. Il était là pour faire des images de l’ac­tion qui se dérou­lait, pour infor­mer, ni plus ni moins.

 

 

« C’est de la communication de masse, nous essayons juste de parler aux gens »

 

« Nous avons mené l’ac­tion à visages décou­verts. Il n’é­tait pas ques­tion pour nous de refu­ser de signer le rap­pel à la loi », explique Valentin. Tout comme Philippe, il reste déter­miné à ne pas céder. « Nous serons heu­reux de rendre le por­trait le jour où il y aura plus de jus­tice sociale et cli­ma­tique », assure le militant.

 

Quant à l’en­tre­vue, « elle est res­tée bon­homme », décrit-il. Point de morale sur la forme de l’ac­tion ou ses rai­sons. « Il [le délé­gué du pro­cu­reur, ndlr] serait sorti de son rôle en fai­sant cela, fait remar­quer Valentin. Et, nous, nous étions dans le nôtre. » 

 

Neuf auteurs de la “réquisition” du portrait d’Emmanuel Macron à Poisat étaient convoqués, ce 7 mai, par le délégué du procureur pour un rappel à la loi.Les activistes d'ANV - Cop21 convoqués accompagnés de sympathisants. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les acti­vistes d’ANV – Cop21 convo­qués accom­pa­gnés de sym­pa­thi­sants. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Avec le recul, cette réqui­si­tion valait-elle le coup ? « Oui ! », rétorque Valentin. « Elle par­ti­cipe d’un mou­ve­ment où nous essayons de faire prendre conscience aux gens. » Le mili­tant ne se berce pas d’illu­sions. « Il est évident que cette action par elle-même n’aura pas un grand impact. C’est de la com­mu­ni­ca­tion de masse, nous essayons juste de par­ler aux gens. »

 

Actions non vio­lentes, marches pour le cli­mat, rap­port du Giec… Autant de signes d’une prise de conscience que les mili­tants sou­haitent mas­sive. « Cette action en est une parmi beau­coup d’autres. Par ailleurs, d’autres mou­ve­ments de déso­béis­sance civile émergent et des scien­ti­fiques s’en­gagent », s’en­flamme Valentin. « Tout ça fait par­tie d’un tout. Alors, oui, ça vaut le coup ! On peut regret­ter que ça arrive tard, mais néan­moins c’est bien là ! », assure-t-il.

 

 

Une cinquantaine de portraits “réquisitionnés” dans les mairies de France

 

Toujours est-il que les mili­tants ont tout inté­rêt à se tenir à car­reau pen­dant au moins six ans ! En effet, le rap­pel à la loi, loin d’être un clas­se­ment sans suite, consti­tue une mise en garde sur le carac­tère répré­hen­sible des agis­se­ments constatés.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

En cas de réci­dive, le pro­cu­reur de la République est en droit, sauf élé­ment nou­veau, de mettre en œuvre une com­po­si­tion pénale ou d’en­ga­ger des pour­suites. Ce qui n’a pas empê­ché les acti­vistes de pour­suivre leurs actions depuis le 21 février. Ils ont ainsi déjà “réqui­si­tionné” plus de trente-neuf por­traits dans des mai­ries de France.

 

Ces pho­to­gra­phies d’Emmanuel Macron, tenues en lieu sûr, sont par­fois exhi­bées au cours d’ac­tions coup de poing. Pourquoi avoir choisi cette forme d’ac­tion ? « En lais­sant des murs vides à la place des por­traits que nous décro­chons, nous illus­trons sym­bo­li­que­ment le vide de la poli­tique cli­ma­tique et sociale du gou­ver­ne­ment », expliquent les acti­vistes d’ANV – Cop21.

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Des places d'hébergement pérennes pour les squatteurs de l'Abbaye. Conférence de presse des occupants de l'Abbaye ce mercredi 10 février 2021. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Squat de l’Abbaye à Grenoble : les occupants de l’immeuble et le Dal proposent « un plan de sortie de crise »

  FOCUS – Des occupants de l'immeuble squatté quartier de l'Abbaye et l'association Droit au logement (Dal 38) donnaient une conférence de presse ce mercredi Lire plus

La façade du bâtiment squatté dont Go citoyenneté demande le rétablissement des fluides. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Immeuble squatté à l’Abbaye : Alain Carignon, Go citoyenneté et le PS grenoblois dénoncent la situation

  FOCUS - La situation des personnes squattant depuis décembre 2020 un immeuble du quartier de l'Abbaye suscite de plus en plus de réactions politiques. Lire plus

Rassemblement sur le pont Saint-Laurent en soutien aux occupants de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Squat de l’Abbaye à Grenoble : une centaine de manifestants ont réclamé le rétablissement des fluides

  FLASH INFO – Ce samedi 2 janvier 2021 à Grenoble, à l'appel du Dal 38, près d'une centaine de manifestants se sont rassemblés sur Lire plus

Des coupures d'électricité et de chauffages imminentes à l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Début de négociations entre les sans-abri occupant des logements à l’Abbaye et la Ville de Grenoble

  FOCUS - Ce jeudi 17 décembre 2020 à 13 h 30, l'association Droit au logement de l'Isère (Dal 38) organisait un rassemblement devant la Lire plus

La façade côté cour de l'immeuble réquisitionné par le Dal. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Les sans-abri de l’Abbaye demandent au maire de Grenoble et au préfet d’user de leur pouvoir de réquisition

  EN BREF - Ce lundi 14 décembre 2020, des occupants d'un immeuble réquisitionné quelques jours plus tôt à l'Abbaye par  l'association Droit au logement Lire plus

Prise de parole quartier de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Des militants soutenant les mal-logés à Grenoble ont manifesté et réquisitionné des logements vides

  FOCUS – Plus d'une centaine de soutiens aux mal-logés ont manifesté à Grenoble ce samedi 12 décembre 2020. Une initiative de l'Assemblée des mal-logés, Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

24/09

22h40

|

|

24/09

14h42

|

|

24/09

9h18

|

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin