Grenoble classée « zone difficile » pour les policiers, avec des primes annuelles à la clé

sep article

Nouvelles formations au centre de formation des Charmilles pour la rentrée 2020

FIL INFO — Le syndical Alliance Police nationale annonce le classement de la ville de Grenoble en « zone difficile ». Une dénomination qui octroie aux policiers une prime annuelle pouvant aller de 200 à 800 euros, en fonction de l’ancienneté de leur affectation sur le territoire.

 

 

La demande ne date pas d’hier, et le syndicat Unité SGP Police en faisait encore la demande par voie de communiqué en août 2017 : par voie de décret en date du vendredi 3 mai, la ville de Grenoble vient finalement d’être reconnue « zone difficile » pour les forces de l’ordre. C’est un autre syndicat, Alliance Police nationale, qui l’annonce sur son site Internet et les réseaux sociaux, non sans revendiquer l’arrêté comme une victoire.

 

Rassemblement de policiers en janvier 2018 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement de policiers en janvier 2018 à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Techniquement, que représente le passage de Grenoble en zone difficile ? « Les policiers actifs affectés à la CSP [circonscription de sécurité de proximité, ndlr] Grenoble bénéficieront désormais de l’indemnité de fidélisation en secteur difficile », indique le syndicat. Soit une prime annuelle, de 202 euros pour les policiers comptant deux ans d’affectation, mais pouvant aller jusqu’à 805 euros à partir de la sixième année de présence sur le territoire grenoblois.

 

 

Des policiers caillassés dans le quartier Mistral

 

« Pour être efficace, le service public doit travailler dans de bonnes conditions ! », salue sur Facebook Éric Piolle. Tout en évitant d’employer le terme « zone difficile » dans son message pour évoquer une « prime de fidélisation ». Le maire de Grenoble se félicite par ailleurs de la « mobilisation collective » avec Renzo Sulli, maire d’Échirolles, et David Queiros, maire de Saint-Martin-d’Hères, celle-ci ayant permis, à ses yeux, l’inscription de la ville dans le dispositif des quartiers de reconquête républicaine.

 

Le syndicat Alliance Police nationale annonce que Grenoble a été classée « zone difficile », avec à la clé des primes pour les forces de l'ordre.Police nationale à Grenoble © Patricia Cerinsek - Place Gre'net

Police nationale à Grenoble. © Patricia Cerinsek – Place Gre’net

 

La « zone difficile » ne semble pas qu’un vain mot. Dans la nuit du lundi 6 mai, une trentaine d’habitants du quartier Mistral auraient ainsi caillassé des véhicules des forces de l’ordre, ainsi que le relate France 3. Un nouvel épisode de tensions dans une ville que Jean-Yves Coquillat, le précédent procureur de la République, n’avait pas hésité à décrire en 2017 comme « pourrie et gangrenée par le trafic de drogue ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1563 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Finalement, le personnel politique de la ville de Grenoble doit être
    félicité. En effet,Grenoble est devenue une « ville difficile à vivre « .
    pour tous les citoyens .Cette situation a été construite année après
    année,sans que les responsables ne soient désignés.
    A toute dégradation d’une situation ,il y a une cause que l’on doit
    identifier .
    Il est affligeant de s’apercevoir,que ceux dont le travail est de protéger
    la ville,sont en incapacité à mettre un terme au chaos qui s’y installe …
    A quand de bonnes résolutions ,pour rendre à Grenoble son attractivité ?

    sep article
  2. Grenoble zone difficile, c’est géniale.
    Des dizaines d’années de politique sociale et laxiste des roses, verts et rouges à #Grenoble, et voilà le résultat, des citées gangrénées partout, et ça continu en pire avec #Eric Piolle avec 50% de social dans les nouveaux programmes et futures citées qui poussent comme des champignons.

    Il y en a assez de ces politiques qui flinguent notre ville, vivement 2020.

    sep article
    • Vous voulez sans doute parler de Sarko et de la disparition de la police de proximité qui était pourtant tellement utile pour savoir ce qui se passait dans les quartiers ?
      C’est vrai, il vaut mieux que les policiers manient la matraque plutôt que de jouer au foot avec les jeunes !

      sep article
  3. Ouppps ! J’ai cru que vous étiez un média libre de journalistes indépendantEs ! Pardon, votre impartialité vis à vis des forces aux ordres quand aux quartiers pop ne m’étonnent guère puisque nous avons des gènes de « barbares » et que nos enfants ont un cerveau bien plus petits que celleux des beaux quartiers. Ahhh l’époque des lumières ! Donc forcément, elleux finissent délinquantEs avec plus de police sur le dos, normal. La mise au banc de la société pour ces banlieues, les discriminations à l’embauche, à l’école, au logement, etc., l’ascenseur social saboté dès sa création, le racisme d’état « décomplexé », les lois islamophobes, etc. n’y sont pour rien. Nous avons effectivement besoin de plus de police et mieux payés. Normal ! Mais racontez des salades dans un contexte GJ ou s’arrachent en pagailles yeux, mains, liberté, argent (amendes) et même vie. Zineb Redouane, acte 3, une femme arabe et voilée en plus donc ça ne compte pas . 4 ème étage. Ces derniers mots  » il (le policier) m’a visé ! » Ok ! 15 morts par an entre les mains de la police chez nos jeunes de quartiers. Oui arabes et noirs, ça ne compte pas non plus. Ok ! Nous on nous met plus de police et on les paye mieux. Normal. Ok ! Police de reconquête, c’est pas guerrier ça ! Bon ! C’est hyper républicain face à son peuple ! Mais nous qui nous protège de la police ? En sus, vous ne vous interrogez pas sur le super pouvoir des forces du désordre en france ? Oui, des supers pouvoirs ! Elleux sont complétement invisibles au yeux de la loi ! Dans nos quartiers pop et GJ, ces gens ont ZERO peine de prison / amende / licenciement … Mais ils aiment bien l’argent gagné lié aux outrages invérifiables face à nos gamins de quartier uniquement sur leur bonne foi qui s’étalent sur les vidéos en pagailles de GJ ! Rien quand sur les GJ, les peines de prisons et passage au tribunal se fait en 48h. Là, la justice ne voit que jaune pas du tout le bleu ! Beau journal, j’aime bcp votre ligne éditoriale IMPARTIALE ! Signé : un barbare de la « zone difficile », vous qui habitez en « zone très très facile » vous devez TOUT savoir sur nous 😉 Quel beau métier journaliste !

    sep article