École Philippe-Grenier : le ministre Jean-Michel Blanquer persiste dans ses accusations de « salafisme »

sep article

Grenoble Voisins Voisines : la plateforme des solidarités pour faire face ensemble au coronavirus tout en restant chez soi !

FIL INFO – Attaqué en justice pour diffamation contre l’école Philippe-Grenier, le ministre de l’Éducation nationale persiste et signe en qualifiant de nouveau sur Twitter l’établissement privé « d’inspiration salafiste ». Et en affirmant que tous les élèves seront « rescolarisés » dans la semaine.

 

 

Le feuilleton continue, et Jean-Michel Blanquer persiste et signe. Jeudi 11 avril, le ministre de l’Éducation nationale annonçait en fin d’émission sur France Inter « faire fermer » l’école « d’inspiration salafiste » Philippe-Grenier d’Échirolles. En réponse, l’avocat de l’association Unicité, gestionnaire de l’établissement, faisait savoir son intention de porter plainte en diffamation. Une plainte confirmée le 29 avril, à l’occasion de la rentrée des classes.

 

 

C’est sur Twitter le jour même que Jean-Michel Blanquer répondait. « Une école d’inspiration salafiste m’attaque en diffamation pour l’avoir qualifiée ainsi et pour procéder à sa fermeture. Ma priorité est de protéger les enfants. Les élèves de cette école seront rescolarisés dans d’autres écoles de Grenoble dès cette semaine », écrivait ainsi le ministre, suscitant nombre de commentaires d’approbation dans les commentaires.

 

 

Des effectifs quasiment au complet dans l’école, selon la direction

 

Rescolariser les élèves ? Si la justice a bien décidé de la fermeture de l’école privée musulmane hors contrat, cette décision reste suspendue à l’aune de la procédure en appel lancée par l’association. De plus, insiste à l’envi l’avocat de l’école Michael Bendavid, le tribunal correctionnel de Grenoble s’est prononcé sur la qualité jugée insuffisante de l’enseignement dispensé. Et ne fait pas mention dans son jugement de faits de « salafisme », affirme-t-il.

 

Jean-Michel Blanquer. © France Inter

Jean-Michel Blanquer. © France Inter

 

De fait, l’avocat estime que les courriers adressés aux familles des élèves de l’école, leur demandant de prendre contact avec le rectorat pour scolariser leurs enfants dans d’autres établissements, est une tentative de « contournement » d’une décision de justice. Ainsi que de pression sur les parents d’élève. La direction de l’école indique cependant que les effectifs étaient presque au complet à l’occasion de la rentrée du 29 avril.

 

 

Audience en appel prévue le 1er juillet

 

Dans un communiqué publié sur Facebook, l’école dénonce par ailleurs un « acharnement politique et médiatique ». Ainsi que des « calomnies » émanant notamment des services du rectorat, qui refuseraient de reconnaître « un projet pédagogique revu et valorisant désormais les manquements soulignés ». Mise en ligne, une pétition pour « faire cesser l’acharnement de l’académie et des médias » a recueilli à ce jour un millier de signatures.

 

Salle de classe CE2 de l'école Philippe-Grenier © Page Facebook de l'école Grenier

Salle de classe CE2 de l’école Philippe-Grenier. © Page Facebook de l’école Grenier

 

« Il y a urgence. Pour un enfant de six ans on ne peut attendre trois ans », déclare pour sa part à France 3 Aymeric Meiss, directeur de cabinet de la rectrice de Grenoble. Quitte à faire appliquer une décision de justice en suspens ? Le même Aymeric Meiss a reconnu auprès de Place Gre’net que la rectrice n’avait pas de « pouvoir de police ». Possible fin de bras de fer le 1er juillet, à l’occasion de l’audience en appel.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1476 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.