© Joël Kermabon - Place Gre'net

Syndicats, Gilets jaunes, fémi­nistes, mili­tants du cli­mat… Le 1er mai sous le signe de la diver­sité à Grenoble

Syndicats, Gilets jaunes, fémi­nistes, mili­tants du cli­mat… Le 1er mai sous le signe de la diver­sité à Grenoble

FOCUS – Convergence des luttes en pers­pec­tive ce mer­credi 1er mai à Grenoble. Si, comme l’an­née der­nière, Force ouvrière et la CFDT boudent l’u­nion syn­di­cale, nombre d’or­ga­ni­sa­tions et de mili­tants appellent à par­ti­ci­per à la mani­fes­ta­tion gre­no­bloise. Parmi les­quels les Gilets jaunes, les fémi­nistes ou les défen­seurs du climat.

Une Fête du Travail du 1er mai sous le signe de la conver­gence des luttes ? Tel est en tout cas le mes­sage porté par la CGT Isère, qui invite dans son tract les tra­vailleurs comme les « pri­vés d’emploi » ou les retrai­tés à par­ti­ci­per à la mani­fes­ta­tion gre­no­bloise. Rendez-vous est donné à 10 heures place de la gare, avant une marche en direc­tion du Jardin de Ville*. Marche obli­ga­toire au demeu­rant : comme tous les ans, aucun bus ni tram­way ne cir­cu­lera ce 1er mai.

Défilé du 1er mai 2018 à Grenoble © Joël Kermabon - Place Gre'net

Défilé du 1er mai 2018 à Grenoble © Joël Kermabon – Place Gre’net

Mais conver­gence des luttes ne signi­fie pas unité. Six syn­di­cats appellent à la mani­fes­ta­tion com­mune : la CGT, Solidaires, FSU, Unsa, les étu­diants de l’Unef et les lycéens de l’UNL. Quid de Force ouvrière et de la CFDT ? Tout comme l’an­née der­nière, les deux orga­ni­sa­tions ne font pas par­tie de l’in­ter­syn­di­cale. Et n’ap­pellent pas, sur leurs canaux res­pec­tifs, à par­ti­ci­per à ce mou­ve­ment pour­tant hau­te­ment symbolique.

Les Gilets jaunes dans le cortège

Les reven­di­ca­tions ? Les syn­di­cats exigent une hausse des salaires, des pen­sions et des minima sociaux de 300 euros, ainsi que des semaines de 32 heures payées 35. Mais aussi la mise en place d’un « droit à l’é­ga­lité sala­riale oppo­sable », une « pro­tec­tion sociale soli­daire » et de la « jus­tice fis­cale ». Autrement dit, le réta­blis­se­ment de l’im­pôt de soli­da­rité sur la for­tune (ISF), l’ins­tau­ra­tion d’un impôt sur le revenu « vrai­ment pro­gres­sif » ou encore une TVA à 0 % pour les pro­duits de pre­mière nécessité.

Les Gilets jaunes sont appelés à se mobiliser pour la journée du 1er mai, au cours de la manifestation comme d'un festival au Jardin de Ville © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les Gilets jaunes sont appe­lés à se mobi­li­ser pour la jour­née du 1er mai, au cours de la mani­fes­ta­tion comme d’un fes­ti­val au Jardin de Ville. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Si des syn­di­cats boudent le ras­sem­ble­ment, ce n’est pas le cas des Gilets jaunes qui res­tent mobi­li­sés et étaient encore envi­ron 150 à s’être ras­sem­blés en ordre dis­persé dans Grenoble ce dimanche 28 avril. Ils lancent même un appel sur les réseaux sociaux pour prendre part à la mani­fes­ta­tion. « En ces heures dif­fi­ciles, nous avons besoin plus que jamais de nous réunir pour faire front com­mun, tout en gar­dant bien évi­dem­ment notre iden­tité et nos reven­di­ca­tions », écrit ainsi sur Facebook l’une des figures du mou­ve­ment, le gre­no­blois Julien Terrier.

Celui-ci appelle à un « moment d’u­nion et de par­tage [qui] doit se dérou­ler dans le paci­fisme afin de ral­lier le plus de monde pos­sible ainsi que l’o­pi­nion public (sic) ». La des­ti­na­tion du Jardin de Ville ne doit, pour sa part, rien au hasard : les Gilets jaunes de Grenoble y orga­nisent en effet un fes­ti­val dès le début d’a­près-midi. Au pro­gramme : des « ate­liers phi­lo­so­phiques », des jeux, des concerts ainsi que des spec­tacles d’humour.

Une « mise en scène » fémi­niste sur le par­cours du rassemblement

Autres participant(e)s ? Le mou­ve­ment Nous Toutes 38 et la Plateforme du Droit des femmes appellent éga­le­ment à (se) mani­fes­ter à l’oc­ca­sion de la Fête du tra­vail et reven­diquent un « 1er mai fémi­niste à Grenoble ». Les mili­tantes orga­ni­se­ront ainsi une mise en scène « des inéga­li­tés et des vio­lences que peuvent subir les femmes » dans le monde du tra­vail. Cela devant l’ar­rêt de tram Condorcet, afin d’être visible durant le pas­sage du cor­tège syndical.

Manifestation de la Journée internationale des Droits des femmes 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Manifestation de la Journée inter­na­tio­nale des Droits des femmes 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Les reven­di­ca­tions des fémi­nistes ? Entre autres, « la fin des vio­lences et de l’impunité des agres­seurs », « l’ouverture de la PMA pour toutes les per­sonnes qui le sou­haitent », « une véri­table édu­ca­tion non sexiste, non gen­rée et pre­nant en compte la mul­ti­tude des iden­ti­tés de genre », ou encore un libre-accès garan­tie à l’IVG et la contra­cep­tion. Pour mieux por­ter leurs reven­di­ca­tions, les mili­tantes appellent à por­ter un fou­lard vio­let durant le rassemblement.

Les défen­seurs du cli­mat, eux aussi de la partie

La défense de l’en­vi­ron­ne­ment s’im­pose elle aussi au sein du cor­tège : le col­lec­tif Citoyens pour le cli­mat entend ainsi s’ins­crire dans le mou­ve­ment inter­syn­di­cal à l’oc­ca­sion de la Fête du tra­vail. Et por­ter ses reven­di­ca­tions : le main­tien d’un ser­vice public de proxi­mité, la gra­tuité des trans­ports en com­mun de ville, de même que des inves­tis­se­ments pour assu­rer la péren­nité de la ligne TER Grenoble-Gap et la moder­ni­sa­tion de la ligne Grenoble-Lyon.

Marche pour le climat à Grenoble © Joël Kermabon - Place Gre'net

Marche pour le cli­mat à Grenoble © Joël Kermabon – Place Gre’net

Participer à la Fête du tra­vail coule de source pour le col­lec­tif. « Le mou­ve­ment de défense du cli­mat a débuté depuis main­te­nant plus de six mois à Grenoble. La mobi­li­sa­tion s’est ins­tal­lée par­fois en paral­lèle, par­fois en syner­gie, avec les nom­breux mou­ve­ments sociaux qui se sont dérou­lés dans ce laps de temps », écrit-il dans un com­mu­ni­qué. Avant d’a­jou­ter que « la jus­tice sociale et le cli­mat sont un même com­bat ».

Un rap­pro­che­ment d’au­tant plus sou­hai­table à ses yeux que la défense de l’en­vi­ron­ne­ment peut appa­raître en contra­dic­tion avec d’autres reven­di­ca­tions. « Le mou­ve­ment éco­lo­giste s’isole trop sou­vent des tra­vailleurs, et la tran­si­tion éco­lo­gique sou­lève des inquié­tudes. Sur l’emploi, sur notre sys­tème pro­duc­tif, sur le pou­voir d’achat », écrit encore le Collectif. Qui appelle à se « ques­tion­ner sur le sens du tra­vail » autant qu’à « pen­ser les solu­tions de demain ».

Florent Mathieu

* Deux autres mani­fes­ta­tions sont pré­vues en Isère. À Roussillon, un ras­sem­ble­ment est orga­nisé à 10 heures devant le foyer muni­ci­pal. Tandis qu’à Vienne, une « bra­de­rie reven­di­ca­tive » se déroule de 6 h 30 à 18 heures à l’Espace Saint-Germain.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Changement cli­ma­tique : la métro­pole de Grenoble dédie un fonds d’aide à l’in­ves­tis­se­ment des communes

FLASH INFO - Le conseil métropolitain vient de voter un Pacte financier et fiscal de solidarité, permettant l'aide à l'investissement des communes. Ce fonds d'aide Lire plus

RER grenoblois: après l'engagement d'Emmanuel Macron, la Région dit attendre des "annonces concrètes"
RER gre­no­blois : après l’en­ga­ge­ment d’Emmanuel Macron, la Région dit attendre des « annonces concrètes »

EN BREF - Suite à l'annonce d'Emmanuel Macron sur les projets de RER métropolitains définis comme "grande ambition nationale", Éric Piolle fait preuve d'optimisme... et Lire plus

La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 millions d'euros pour un "pack sécurité écoles"
La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 10 mil­lions d’eu­ros pour un « pack sécu­rité écoles »

FLASH INFO - Après le soutien à l'équipement des villes en vidéo-surveillance, la Région Auvergne-Rhône-Alpes annonce adopter un "pack sécurité écoles" doté de 10 millions Lire plus

Les associations de lutte contre le VIH portent un message en faveur de l'égalité à l'occasion du 1er décembre
Lutte contre le VIH : les chiffres de conta­mi­na­tion en baisse depuis 2018 sur l’arc alpin

FOCUS - Comme chaque année, le 1er décembre marque la Journée mondiale de lutte contre le VIH. Un temps que les associations et la Ville Lire plus

Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen et syndicaliste au Snes-FSU, était jugée pour injure et diffamation, ce lundi 28 novembre 2022, à Grenoble, pour des tweets visant l'enseignant de Sciences Po Grenoble Vincent Tournier, qu'elle nie avoir écrits. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : une pro­fes­seur de Rouen jugée pour des tweets visant Vincent Tournier, l’un des deux ensei­gnants de l’IEP accu­sés d’islamophobie

FOCUS - Claire Guéville, professeur d'histoire-géographie à Rouen, comparaissait ce lundi 28 novembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Grenoble pour des soupçons d'injure et Lire plus

Le Département de l’Isère s’en­gage avec l’EFS pour mobi­li­ser et for­mer des « ambas­sa­deurs du don de sang »

FLASH INFO - "Mobiliser et former des “ambassadeurs du don” pour dynamiser les collectes de sang". Tel est l'objectif de la convention signée le 25 Lire plus

Flash Info

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !