Le Postillon, journal satirique de Grenoble et sa cuvette, fête ses dix ans avec ses lecteurs le 1er mai

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE VIDÉO – Il y a dix ans, jour pour jour, sortait la première édition du journal Le Postillon. Le journal satirique grenoblois compte bien fêter l’évènement en compagnie de ses lecteurs. Avec pour l’occasion, une « journée d’anniversaire » et de nombreuses surprises à la sauce « Postillon ».

 

 

Une collection des "unes" du Postillon. ‹ Joël Kermabon - Place Gre'net

Collection des « unes » du Postillon. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Si nous sommes impar­faits, nous réa­li­se­rons donc un jour­nal impar­fait, sûre­ment incom­plet, sans doute trop irré­gu­lier et à l’hu­mour assu­ré­ment dou­teux, annon­çaient les fon­da­teurs du Postillon le 30 avril 2009. Nous n’au­rons pas d’autres pré­ten­tions que de trai­ter de sujets locaux avec esprit cri­tique et de lan­cer des pos­tillons dans la cuvette. » Dix ans plus tard, l’es­prit reste intact.

 

Depuis, cin­quante numé­ros du Postillon ont vu le jour. Journal qui bous­cule sou­vent les déci­deurs et acteurs éco­no­miques locaux, Le Postillon a fait l’ob­jet de 24 menaces de pro­cès, dont deux ont abouti. Sans comp­ter 72 mails d’in­sultes. Mais le jour­nal sati­rique a su trou­ver son lec­to­rat et se vante ainsi d’a­voir reçu dans le même temps 973 mails d’en­cou­ra­ge­ments et vendu 113 465 exem­plaires.

 

Le postillon

Sommaire du der­nier Postillon

Il fêtera sa pre­mière décen­nie d’exis­tence ce 1er mai, jour de la fête du tra­vail. Ses fon­da­teurs et sou­tiens seront d’ailleurs dans la mani­fes­ta­tion mati­nale à Grenoble pour vendre des exem­plaires du Postillon n° 50 qui vient de paraître et invi­ter pas­sants et mani­fes­tants aux fes­ti­vi­tés de la jour­née (cf. enca­dré).

 

 

Cuvetta 2.0, ou comment s’exercer à la langue de bois

 

Le Postillon vient par ailleurs tout juste de sor­tir la deuxième édi­tion de son jeu de société : Cuvetta. Dans ce jeu de rôles, les joueurs incarnent au hasard l’une des figures poli­tiques de la région : Eric Piolle, maire de Grenoble, Olivier Véran, député de la 1re cir­cons­crip­tion de l’Isère, Émilie Chalas, dépu­tée de la 3e cir­cons­crip­tion… ou bien encore Alain Carignon.

 

L’ancien maire de Grenoble qui fut suc­ces­si­ve­ment pré­sident du conseil géné­ral, ministre de l’Environnement et de la Communication, condamné en 1996 pour cor­rup­tion, abus de biens sociaux et subor­na­tion de témoins, ren­contre d’ailleurs un franc suc­cès auprès des joueurs.

 

 

 

PROGRAMME DU 1er MAI

 

14 heures : Rendez-vous devant la fon­taine du lion et du ser­pent, quar­tier Saint-Laurent, pour aller écou­ter dans un lieu magique un concert de la fan­fare des Garces embou­chées.

 

Les Garces Embouchées

Les Garces embou­chées, une fan­fare de quinze filles créée il y a sept ans. © Page Facebook Les Garces embou­chées

 

15 heures – 15 h 30 :  départ pour un jeu de piste dans l’ag­glo­mé­ra­tion. Le vélo est conseillé mais le par­cours, de 5 à 6 km, est pos­sible à pied.

 

18 heures : tour­noi de Cuvetta 2.0, jeu de société pour exer­cer sa langue de bois gre­no­bloise, au Ptit Vélo dans la tête, sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères (921, rue des rési­dences).

 

20 heures : dîner, puis soi­rée dan­sante ani­mée par DJ Tocsin & DJ Otto Disque.

 

À noter : des navettes à pédales seront affré­tées à par­tir de 22 heures pour rame­ner des pié­tons vers le centre-ville, faute de tram­ways cir­cu­lant ce jour-là.

 

commentez lire les commentaires
3263 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.