Accusations de salafisme : l’école Philippe-Grenier d’Échirolles annonce porter plainte pour diffamation contre Jean-Michel Blanquer

sep article



FIL INFO – L’école musulmane privée d’Échirolles Philippe-Grenier a annoncé sur les ondes de RTL porter plainte pour diffamation contre le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. Deux semaines plus tôt, sur France Inter, le ministre avait désigné l’école comme « d’inspiration salafiste », ce que contestent fermement ses responsables.

 

 

Son avo­cat avait envi­sagé cette pos­si­bi­lité et confirme à pré­sent la démarche : l’as­so­cia­tion Unicité, ges­tion­naire de l’é­cole pri­vée musul­mane Philippe-Grenier d’Échirolles, annonce por­ter plainte en dif­fa­ma­tion contre le ministre de l’Éducation natio­nale Jean-Michel Blanquer. En cause ? Les pro­pos tenus par le repré­sen­tant de l’État sur l’an­tenne de France Inter, dési­gnant l’é­cole hors contrat comme « d’ins­pi­ra­tion sala­fiste ».

 

L'école Philippe-Grenier d'Échirolles porte plainte contre le ministre de l'Éducation nationale.© Page Facebook de l'école Grenier

Cour de récréa­tion de Philippe Grenier. © Page Facebook de l’é­cole Grenier

 

Une décla­ra­tion qui heurte l’as­so­cia­tion à deux titres. En pre­mier lieu, si le tri­bu­nal de grande ins­tance de Grenoble a bien décidé la fer­me­ture de l’é­cole, la déci­sion a été ren­due sur la base d’un rap­port du rec­to­rat de Grenoble s’in­quié­tant du niveau de l’en­sei­gne­ment dis­pensé. Les accu­sa­tions de « sala­fisme » figu­rant dans les réqui­si­tions du pro­cu­reur ne sont quant à elles pas men­tion­nées dans le juge­ment. Et l’é­cole conteste, pour sa part, tout extré­misme ou obs­cu­ran­tisme reli­gieux.

 

 

L’école a ouvert normalement le lundi 29 avril

 

Deuxième motif de colère : le ministre n’a pas « fait fer­mer » l’é­cole, ainsi qu’il l’a pour­tant pré­tendu sur France Inter. La déci­sion de jus­tice n’é­tant pas assor­tie d’une exé­cu­tion immé­diate, le dépôt d’un appel par l’as­so­cia­tion Unicités se veut sus­pen­sif. Ce qui n’a­vait pas empê­ché le rec­to­rat d’a­dres­ser un cour­rier aux familles des élèves de l’é­ta­blis­se­ment leur enjoi­gnant de sco­la­ri­ser leurs enfants dans une autre école.

 

Salle de classe de CE2 de l'école Philippe-Grenier © Page Facebook de l'école Grenier

Salle de classe de CE2 de l’é­cole Philippe Grenier. © Page Facebook de l’é­cole Grenier

 

« Monsieur Blanquer a dou­ble­ment tenu des pro­pos exces­sifs. D’une part, en taxant cette école de “sala­fiste¨ ce qui est par­fai­te­ment erroné et, d’autre part, en pré­ten­dant pou­voir la fer­mer alors qu’il n’en a pas le pou­voir », a de nou­veau déclaré l’a­vo­cat Michaël Bendavid au micro de RTL. Avant d’a­jou­ter : « Les res­pon­sables de l’é­cole m’ont demandé d’a­gir en dif­fa­ma­tion contre toutes les per­sonnes, y com­pris le ministre qui a tenu les pro­pos dif­fa­ma­toires. »

 

Quant à l’é­cole Philippe-Grenier, sa direc­tion indique à Place Gre’net avoir nor­ma­le­ment ouvert le lundi 29 avril au matin, après deux semaines de fer­me­ture pour les vacances de Pâques. La quasi-tota­lité de la qua­ran­taine d’é­lèves sco­la­ri­sés dans l’é­ta­blis­se­ment serait pré­sente. Et pour cause : le rec­to­rat de Grenoble avait lui-même reconnu ne pas être en mesure de fer­mer phy­si­que­ment l’é­cole, en rap­pe­lant que « la rec­trice n’a pas de pou­voir de police ».

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2021 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.