« L’ivresse des sommets », une exposition à déguster sans modération au Musée dauphinois de Grenoble

sep article



FOCUS – Le Musée dauphinois accueille jusqu’au 29 juin 2019 l’exposition « L’ivresse des sommets. Eaux-de-vie, liqueurs et autres breuvages des Alpes ». L’occasion de mieux connaître la culture des alcools, son évolution et ses modes de consommation au cours des siècles.

 

 

Chartreuse, gen­tiane, génépi… Autant de noms évo­ca­teurs de liqueurs des Alpes mises en lumière à tra­vers les col­lec­tions ras­sem­blées pour l’ex­po­si­tion « L’ivresse des som­mets. Eaux-de-vie, liqueurs et autres breu­vages des Alpes ».

 

« Cette expo­si­tion per­met d’é­vo­quer un patri­moine qui a rare­ment sa place dans les musées : celui des spi­ri­tueux, des liqueurs de notre ter­ri­toire […] Avec l’i­dée de pou­voir le trai­ter à tra­vers ses aspects arti­sa­naux, indus­triels et de savoir-faire », expli­quait ainsi Olivier Cogne, le direc­teur du Musée dau­phi­nois, lors de la pré­sen­ta­tion de la nou­velle expo­si­tion, le 5 avril der­nier.

 

Jusqu’au 29 juin, le musée convie le public à une visite dont la scé­no­gra­phie com­bine approche his­to­rique et pra­tiques cultu­relles. Un che­mi­ne­ment conçu pour cir­cu­ler, sans titu­ber, entre goûts et plai­sirs, tolé­rance et santé. En vedettes ? Des alcools, liqueurs pres­ti­gieuses et eaux-de-vie dont la renom­mée dépasse lar­ge­ment nos fron­tières.

 

 

L’alcool, omniprésent dans notre histoire culturelle

 

Chartreuse, absinthe, gen­tiane, cherry, génépi… Nous connais­sons tous ces liqueurs alpines accom­pa­gnant bien sou­vent célé­bra­tions ou fêtes fami­liales. De fait, « l’al­cool, pour le meilleur ou pour le pire, est omni­pré­sent dans notre his­toire cultu­relle », sou­ligne Chantal Spillemaecker, la com­mis­saire de l’ex­po­si­tion.

 

Ces dis­til­lats, résul­tats de l’al­chi­mie des savoir-faire ances­traux et de la flore alpine, sont au centre du chal­lenge que s’est fixé le Musée dau­phi­nois. Celui de faire la démons­tra­tion « que [l]es usages [de l’al­cool] témoignent de la diver­sité des socia­bi­li­tés rurales et cita­dines ». En somme, si l’on y regarde de plus près, ni plus, ni moins que l’ex­pres­sion du peut-être gal­vaudé « vivre-ensemble ».

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Ce pro­jet est le fruit de l’i­ma­gi­na­tion de Chantal Spillemaecker. Alors conser­va­trice en chef du patri­moine, celle-ci a pen­dant long­temps œuvré au sein du Musée dau­phi­nois. Notamment en tra­vaillant au mon­tage de nombre d’ex­po­si­tions trai­tant des patri­moines arti­sa­naux et indus­triels.

 

Après « L’ivresse des cimes » en 2016, la saga se pour­suit donc dans une intem­pé­rance qui n’est que cultu­relle. « Cette expo­si­tion s’ins­crit dans ce cadre de s’in­té­res­ser aux savoir-faire par­fois très anciens dans notre région puisque les pre­mières dis­til­le­ries datent d’il y a plu­sieurs siècles », explique Olivier Cogne.

 

 

Une exposition pour approfondir la connaissance de la culture des alcools

 

L’idée direc­trice ? « Approfondir la connais­sance de la culture des alcools, de leurs évo­lu­tions et de leurs modes de consom­ma­tion au cours de l’Histoire », indique le Musée dau­phi­nois. En l’oc­cur­rence, un patri­moine agroa­li­men­taire ancien mais bien vivant relancé par les sports d’hi­ver et le tou­risme mon­ta­gnard. Une chose est sûre, explique la bro­chure de l’ex­po­si­tion : « les dis­til­le­ries du Dauphiné et des Savoie consti­tuent l’un des fleu­rons de l’é­co­no­mie régio­nale ».

 

Exposition sur l'ivresse de sommets. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour preuve ? De nou­veaux dis­til­la­teurs trans­forment aujourd’­hui « l’eau pure et les céréales du Vercors ou du Trièves en un whisky de haute mon­tagne », indique le musée.

 

Afin de mettre en valeur ce patri­moine, le Musée dau­phi­nois a fouillé dans ses archives et fait appel aux contri­bu­tions d’en­tre­prises, aux fonds de par­ti­cu­liers et à l’ex­per­tise de spé­cia­listes des liqueurs.

 

Le résul­tat ? Un ras­sem­ble­ment de col­lec­tions excep­tion­nelles, sou­vent inédites, issues du fonds cultu­rel, ico­no­gra­phique et maté­riel conçu par les pro­duc­teurs pour vendre leurs pro­duits. Telles d’an­ciennes affiches publi­ci­taires « flam­boyantes » illus­trant la dimen­sion mon­ta­gnarde des alcools au temps où la publi­cité s’ap­pe­lait des “réclames”.

 

Sensibiliser à l’alcool et à ses dangers

 

La scé­no­gra­phie de l’ex­po­si­tion ne s’ar­rête pas à ces seuls visuels. Nombre de bou­teilles et de fla­cons mis en lumière rap­pellent « la diver­sité des occa­sions de boire ensemble ». Tout comme des objets usuels ou publi­ci­taires, par­fois inso­lites, en rela­tion avec les liqueurs. Ou encore des planches bota­niques ou des dis­po­si­tifs olfac­tifs pré­sen­tant les plantes emblé­ma­tiques des Alpes comme la gen­tiane, la vul­né­raire ou l’ab­sinthe.

 

Le musée Dauphinois accueille jusqu'au 29 juin 2019 l'exposition "L'ivresse des sommets" mettant en lumière le patrimoine hérité des liquoristes alpins.© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Au fil de l’ex­po­si­tion, le visi­teur peut décou­vrir des repor­tages don­nant la parole à des pro­duc­teurs, un pro­fes­seur d’œnologie ou à un bouilleur de crû ambu­lant. Des esprits cha­grins pour­raient objec­ter une cer­taine apo­lo­gie de l’al­coo­lisme. Mais un pro­fes­seur d’addictologie sen­si­bi­lise le public à ses dan­gers lors de l’une des der­nières séquences du par­cours.

 

L’occasion pour Olivier Cogne de rap­pe­ler les aspects ver­tueux et péda­go­giques sous-ten­dant ce voyage dans « L’ivresse des som­mets ».

 

 

 

Le China-china de Voiron, le quina bergusien, le Grand Olan, le vermouth de La Frette…

 

« L’ivresse des som­mets » pro­pose ainsi une plon­gée dans l’his­toire des liqueurs, de la gnôle aux dis­til­la­teurs ambu­lants, en pas­sant par les inven­teurs d’une kyrielle d’eaux-de-vie et de liqueurs aux noms sibyl­lins voire exo­tiques. Citons le China-china de Voiron, le quina ber­gu­sien, le Grand Olan, le ver­mouth de La Frette, l’eau s’ar­que­buse de Cularo… Quand ce ne sont pas la Chamberyzette, la liqueur de pucelle ou mieux encore, l’é­lixir d’a­mour.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Autour de ces noms par­fois oubliés, des arti­sans : ver­riers, faïen­ciers, ton­ne­lier, par­fois même des contre­ban­diers… L’exposition évoque cette indus­trie alors en plein essor qui a employé dès 1798 une abon­dante main d’œuvre, et ce jus­qu’à la fin du XIXe siècle, âge d’or des dis­til­le­ries, grâce au déve­lop­pe­ment des tech­niques et des sources d’éner­gie.

 

Une rétros­pec­tive qui se ter­mine avec la récente remise au goût du jour de ces alcools his­to­riques par des indus­triels des Alpes. Comment ? Grâce à la créa­tion de nou­veaux breu­vages, par­fois traitres, mélan­geant savam­ment sodas et alcools forts. Quelles bois­sons ori­gi­nales dégus­te­rons-nous demain ? Nul ne le sait encore. « Le cha­pitre de l’al­cool du futur est en train de s’é­crire », assure le Musée dau­phi­nois.

 

 

Des visites commentées, des dégustations et le livre de l’exposition

 

Autour de l’ex­po­si­tion ? Des visites com­men­tées par un guide de l’office de tou­risme de Grenoble-Alpes Métropole, ainsi que des dégus­ta­tions de liqueurs pro­po­sées par de pres­ti­gieux dis­til­la­teurs. Sans oublier la tra­di­tion­nelle publi­ca­tion col­lec­tive de l’ex­po­si­tion, un ouvrage réa­lisé sous la direc­tion d’Olivier Cogne et de Chantal Spillemaecker.

 

Prolongeant l’ex­po­si­tion, « ce livre [qui] ras­semble les contri­bu­tions des spé­cia­listes du “boire” » est, tout comme l’ex­po­si­tion, « à consom­mer sans modé­ra­tion », plai­sante la direc­tion du musée.

 

Le musée Dauphinois accueille l'exposition "L'ivresse des sommets". © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« L’ivresse des som­mets » est en effet une belle oppor­tu­nité de (re)découvir les savoirs eth­no­bo­ta­niques du ter­roir. Et de mieux connaître ceux qui per­pé­tuent ce riche patri­moine agroa­li­men­taire alpin. Le tout dans une ambiance feu­trée inci­tant à la flâ­ne­rie. Du spi­ri­tuel aux spi­ri­tueux, des “eaux ardentes” des alchi­mistes aux cock­tails contem­po­rains, qu’im­porte le fla­con, pourvu qu’on ait l’i­vresse…

 

Joël Kermabon

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
3474 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.