« Prenons soin de la planète » : des élèves présentent des actions écoresponsables ce vendredi 12 avril à Grenoble

sep article



FIL INFO – Ce 12 avril, à Grenoble, l’association Monde Pluriel organise la conférence régionale point d’orgue du projet « Prenons soin de la planète ». À cette occasion, 63 élèves délégués vont exposer les actions écoresponsables à mettre en place dans leurs établissements respectifs. Le résultat d’un travail réalisé collectivement avec leurs camarades au cours de l’année 2018 – 2019. Mais aussi l’opportunité de débattre avec les élèves des autres établissements participants et d’échanger avec des grands témoins.

 

 

L’association Monde Pluriel orchestre, ce ven­dredi 12 avril à Grenoble, une confé­rence régio­nale de res­ti­tu­tion, en point d’orgue du pro­jet « Prenons soin de la pla­nète ». Son objec­tif ? Donner, comme chaque année depuis 2009, « l’opportunité aux jeunes de débattre et [de] s’engager sur des res­pon­sa­bi­li­tés par­ta­gées, du local au glo­bal », indique l’association.

 

Ce 12 avril, à Grenoble, Monde Pluriel organise la conférence régionale « Prenons soin de la planète » à laquelle six établissements rhônalpins participent.© Monde Pluriel

© Monde Pluriel

 

Lors de cette confé­rence, des élèves délé­gués vont res­ti­tuer les résul­tats des réflexions menées durant l’année écou­lée par leurs cama­rades. Le tout, dans le cadre des thèmes pro­po­sés par l’association. Quels sont-ils ? L’alimentation res­pon­sable et durable, les éco­no­mies d’énergie, la pol­lu­tion des déchets et la réduc­tion de la consom­ma­tion d’eau.

 

 

« Comment fédérer des acteurs autour de mon projet de toilettes sèches ? »

 

Pour cette ses­sion 2018 – 2019, six éta­blis­se­ments rhô­nal­pins – lycées et col­lèges – ont relevé le gant. Ainsi, 63 élèves – 10 à 12 par éta­blis­se­ment – élus par leurs cama­rades vont les repré­sen­ter au cours de cette res­ti­tu­tion. Parmi eux, d’an­ciens délé­gués ayant par­ti­cipé à la Conférence euro­péenne de la jeu­nesse qui s’est tenue à Lisbonne en mai 2018. Par ailleurs, douze ensei­gnants impli­qués toute l’année sur les divers pro­jets les accom­pagnent pour les sou­te­nir.

 

Les jeunes par­ti­ci­pants ont choisi cette année de plan­cher sur trois ques­tions pré­cises. « Comment fédé­rer des acteurs autour de mon pro­jet de toi­lettes sèches ? », « Comment com­mu­ni­quer sur l’impact de nos choix ali­men­taires ? » et enfin « Comment être per­cu­tant pour sen­si­bi­li­ser à la réduc­tion des déchets ? » Tout un pro­gramme.

 

 

Une conférence pour s’enrichir par l’échange et le débat

 

Mais là n’est pas le seul inté­rêt de cette confé­rence. Cette der­nière offre aussi la pos­si­bi­lité aux élèves de s’en­ri­chir par l’échange et le débat avec les repré­sen­tants des autres éta­blis­se­ments. Mieux, pour cocons­truire les outils d’amélioration et de valo­ri­sa­tion de leurs pro­jets, les délé­gués vont éga­le­ment dia­lo­guer avec de grands témoins. Tels des experts scien­ti­fiques et poli­tiques ou encore des ensei­gnants.

 

© Monde Pluriel

© Monde Pluriel

 

Parmi eux, Guillaume Gontard, séna­teur de l’Isère* et vice-pré­sident de la Commission de l’aménagement du ter­ri­toire et du déve­lop­pe­ment durable. Mais aussi, Stéphane Labranche, ensei­gnant-cher­cheur en socio­lo­gie du cli­mat au labo­ra­toire Pacte et membre du Groupe d’ex­perts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’é­vo­lu­tion du cli­mat (Giec). Sans oublier un repré­sen­tant de l’association Le fil rouge au titre de l’éducation aux médias et, enfin, Pascal Clouaire, adjoint à la démo­cra­tie locale de la Ville de Grenoble.

 

VM

 

 

* Groupe com­mu­niste répu­bli­cain citoyen et éco­lo­giste.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1321 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. dubi­ta­tif sur tout le tin­touin qu’amène ces marches pour le cli­mat et cette Greta sué­doise qui est pas neutre du tout niveau « éthique » de la démarche ( Parents déjà éco­lo­gistes avant sa nais­sance, pro­duc­teur de cinéma chan­teuse d’o­péra influent dans leur sec­teurs , les mar­ke­teux der­rière cette Greta pour pro­mou­voir cette grève sco­laire plus que dou­teux pour se faire du fric faci­le­ment l’un deux ayant vendu une société d’a­na­lyse bour­siere, monté un crown­fun­ding pour le site de Greta qui a atteint 1 petit mil­lions d’eu­ros , enfin y a rien de tous blanc sur cette action )

    Les marches des « éco­liers » sont une vaste blague, appor­tant plus de déchets qu’autre chose ( jets de pan­carte , mégots et autres durant les « marches » , ils sont là prin­ci­pa­le­ment pour péter les cours )

    Ensuite, la chine et les USA sont à 50% au niveau émis­sion CO2 , alors que la France doit repré­sen­ter 1%.
    Pour ce qui est du trai­te­ment des déchets .. il fau­drait déjà évi­ter la conne­rie faites que tous pro­fes­sion­nels doit aller vers des centres de tri pri­vés par­fois très loin selon le type de déchets , pour l’ag­glo gre­no­bloise , afin de jeter les déchets . Hors je pense pas que ce soit très malin pour des socié­tés hors du bâti­ments / arti­sans qui n’ont pas un volume impor­tant.

    Ensuite.. les déchet­te­ries pour la Métro avec leur chan­ge­ment d’heures faut prendre un jour de congé pour pou­voir jeter ses encom­brants .. moi je passe devant 2 déchet­te­ries le matin, je vois beau­coup de dépôts sau­vage devant depuis leur chan­ge­ments d’heures.

    Ensuite la ges­tion des déchets lors du rap­pa­trie­ment , que ce soit les camions de trans­ports de LELY envi­ron­ne­ment ( oui car je les vois beau­coup eux ) ou les petites camion­nettes de la ville de Grenoble, niveau  » je fais atten­tion à l’en­vi­ron­ne­ment  » mon oeil, le nombre de plas­tiques ou autres déchets vola­tile qui se barrent des camions et camion­nettes sont incroyable .. mettre un filet ça serait pas intel­li­gent pour évi­ter de se retrou­ver sur la route avec 1/10 de ce qu’ils ont ramassé ? Enfin pour les camion­nettes de la ville de Grenoble, pour les camions de Lely Environnement ils ont le filet / bache mais ne les mettent tous sim­ple­ment pas . Sympa quand ils trans­portent des gra­vats plus haut que leur bennes de rece­voir de la pous­sière ou pierre dans la tête ou sur la voi­ture .

    Je ne dis pas qu’il faut pas avan­cer, mais faut arrê­ter de faire culpa­bi­li­ser tous les Français ( oui il y en a aussi qui sont sale ) pour tous les mal­heurs du monde , notam­ment ce fameux conti­nent de plas­tique. Déjà on doit même pas avoir de nos plas­tiques dans ce « conti­nent » , l’Inde et pays limi­trophe n’y sont pas pour rien , en Inde les rues sont une pou­belle, et ramas­ser les déchets sont pour les castes éle­vées un non pro­blème seul la caste des pauvre doit tra­vailler pour ça ..

    Et si on a quelques déchets dans ce fameux conti­nent , il fau­drait peut être se retour­ner vers ceux qui traitent nos déchets pour évi­ter qu’ils les perdent sur la route et que ça s’en­volent dans les lits de rivières et finit dans l’o­céan

    sep article