Les opposants à l’élargissement de l’A480 appellent à une « haie d’honneur » devant la CCI de Grenoble

sep article

FIL INFO – Déboutés de leur recours en référé, les opposants à l’élargissement de l’A480 dans la traversée de Grenoble n’en poursuivent pas moins leurs actions. Jeudi 11 avril, ils appellent à une “haie d’honneur” devant la chambre de commerce et d’industrie, où le PDG d’Area vient présenter son projet.

 

 

Lundi 18 février, une vingtaine d'opposants au projet d'élargissement de l'A480 ont tenté de bloquer les travaux de défrichement dans le parc Vallier-Catane. Avant d'être délogés par la police. © Alternatiba

Lundi 18 février, une vingtaine d’opposants ont tenté de bloquer les travaux dans le parc Vallier-Catane. © Alternatiba

Alors que les travaux d’élargissement et de réaménagement de l’A480 dans la traversée de Grenoble sont lancés, les opposants à ce projet porté par la société Area ne désarment pas. Ils poursuivent ainsi leurs actions, malgré le rejet par le tribunal administratif de leur recours en référé demandant l’arrêt du chantier pour que soient étudiées des solutions alternatives.

 

Jeudi 11 avril à 18 h 30, emmenés par le collectif Pour des alternatives à l’aménagement de l’A480, les opposants appellent à venir faire une « haie d’honneur » aux promoteurs du projet devant la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Grenoble.

 

Ce jour-là, la CCI a en effet convié Philippe Nourry, le PDG d’Area, à venir présenter son projet, aux côtés du secrétaire général de la préfecture Philippe Portal, du vice-président de la Métropole de Grenoble Ludovic Bustos et du vice-président du Département de l’Isère Jean-Claude Peyrin.

 

 

Le recours au fond pas encore examiné

 

« Face à la gravité de la situation, nous leur ferons comprendre, dans le calme et avec force slogans, banderoles et tracts, qu’il est grand temps de changer de cap », souligne le collectif dans un communiqué.

 

Le 18 février dernier, un petit groupe d’activistes avait tenté de bloquer le démarrage des travaux de défrichement dans le parc Vallier-Catane avant d’être délogé par la police.

 

Les opposants ont également déposé un recours au fond devant le tribunal administratif de Grenoble. Recours qui n’a pas encore été examiné.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
1203 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Enfin une troisième voie. Depuis le temps que l’on souffre le matin pour aller bosser…

    sep article
    • Enfin une troisième voie ! Depuis le temps que les personnes riveraines de l’A480 et des gros axes routiers en prennent plein les bronches et les oreilles, on va rajouter du trafic motorisé…
      Avez-vous pensé à utiliser un autre moyen de transport ?

      sep article
  2. Les Grenoblois leur font un bras d’honneur, a ses empêcheurs de tourner en rond, ces mêmes politiques de la majorité Grenobloise Rouge & verte puisqu’ils en sont, responsables de par leurs oppositions systématiques à tous les projets visant à désenclaver Grenoble et la Métropole, contribuant à la congestion des trafics et embouteillages, déclassant notre ville.

    sep article
    • Pourquoi généraliser à tous les Grenoblois ? Aux dernières nouvelles, un certain nombre de Grenoblois(es) a permis l’élection de la municipalité actuelle, non ? Mettre tous les Grenoblois(es) dans le même panier est un raccourci un peu facile…

      Quant vous parlez de congestion *des* trafics et *embouteillages*, vous parlez pour quel(s) type(s) de déplacement ? Parce qu’à pied, à vélo ou en transports en commun, c’est plutôt sympa sur l’agglo, non ? Mais peut-être que vous imaginez que *tout* le monde se déplace en voiture pour faire l’ensemble de ses trajets. Faut évoluer un peu… On est plus au XXème siècle avec Pompidou et sa devise « il faut adapter la ville à la bagnole ». C’est terminé cette époque bénie par vous. Aujourd’hui, non seulement on manque de place sur l’espace public mais la bagnole fait crever ses habitant(e)s. Alors forcément, il faut faire des choix et ça troue le c.l de personne comme vous. Je pense qu’il faudra vous y habituer parce que la tendance, c’est toujours moins de voitures en ville.

      sep article