Les opposants à l’élargissement de l’A480 appellent à une « haie d’honneur » devant la CCI de Grenoble

sep article

FIL INFO – Déboutés de leur recours en référé, les opposants à l’élargissement de l’A480 dans la traversée de Grenoble n’en poursuivent pas moins leurs actions. Jeudi 11 avril, ils appellent à une “haie d’honneur” devant la chambre de commerce et d’industrie, où le PDG d’Area vient présenter son projet.

 

 

Lundi 18 février, une vingtaine d'opposants au projet d'élargissement de l'A480 ont tenté de bloquer les travaux de défrichement dans le parc Vallier-Catane. Avant d'être délogés par la police. © Alternatiba

Lundi 18 février, une ving­taine d’op­po­sants ont tenté de blo­quer les tra­vaux dans le parc Vallier-Catane. © Alternatiba

Alors que les tra­vaux d’é­lar­gis­se­ment et de réamé­na­ge­ment de l’A480 dans la tra­ver­sée de Grenoble sont lan­cés, les oppo­sants à ce pro­jet porté par la société Area ne désarment pas. Ils pour­suivent ainsi leurs actions, mal­gré le rejet par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de leur recours en référé deman­dant l’ar­rêt du chan­tier pour que soient étu­diées des solu­tions alter­na­tives.

 

Jeudi 11 avril à 18 h 30, emme­nés par le col­lec­tif Pour des alter­na­tives à l’a­mé­na­ge­ment de l’A480, les oppo­sants appellent à venir faire une « haie d’hon­neur » aux pro­mo­teurs du pro­jet devant la chambre de com­merce et d’in­dus­trie (CCI) de Grenoble.

 

Ce jour-là, la CCI a en effet convié Philippe Nourry, le PDG d’Area, à venir pré­sen­ter son pro­jet, aux côtés du secré­taire géné­ral de la pré­fec­ture Philippe Portal, du vice-pré­sident de la Métropole de Grenoble Ludovic Bustos et du vice-pré­sident du Département de l’Isère Jean-Claude Peyrin.

 

 

Le recours au fond pas encore examiné

 

« Face à la gra­vité de la situa­tion, nous leur ferons com­prendre, dans le calme et avec force slo­gans, ban­de­roles et tracts, qu’il est grand temps de chan­ger de cap », sou­ligne le col­lec­tif dans un com­mu­ni­qué.

 

Le 18 février der­nier, un petit groupe d’ac­ti­vistes avait tenté de blo­quer le démar­rage des tra­vaux de défri­che­ment dans le parc Vallier-Catane avant d’être délogé par la police.

 

Les oppo­sants ont éga­le­ment déposé un recours au fond devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble. Recours qui n’a pas encore été exa­miné.

 

PC

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
1827 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Enfin une troi­sième voie. Depuis le temps que l’on souffre le matin pour aller bos­ser…

    sep article
    • Enfin une troi­sième voie ! Depuis le temps que les per­sonnes rive­raines de l’A480 et des gros axes rou­tiers en prennent plein les bronches et les oreilles, on va rajou­ter du tra­fic moto­risé…
      Avez-vous pensé à uti­li­ser un autre moyen de trans­port ?

      sep article
  2. Les Grenoblois leur font un bras d’hon­neur, a ses empê­cheurs de tour­ner en rond, ces mêmes poli­tiques de la majo­rité Grenobloise Rouge & verte puis­qu’ils en sont, res­pon­sables de par leurs oppo­si­tions sys­té­ma­tiques à tous les pro­jets visant à désen­cla­ver Grenoble et la Métropole, contri­buant à la conges­tion des tra­fics et embou­teillages, déclas­sant notre ville.

    sep article
    • Pourquoi géné­ra­li­ser à tous les Grenoblois ? Aux der­nières nou­velles, un cer­tain nombre de Grenoblois(es) a per­mis l’é­lec­tion de la muni­ci­pa­lité actuelle, non ? Mettre tous les Grenoblois(es) dans le même panier est un rac­courci un peu facile…

      Quant vous par­lez de conges­tion *des* tra­fics et *embou­teillages*, vous par­lez pour quel(s) type(s) de dépla­ce­ment ? Parce qu’à pied, à vélo ou en trans­ports en com­mun, c’est plu­tôt sympa sur l’ag­glo, non ? Mais peut-être que vous ima­gi­nez que *tout* le monde se déplace en voi­ture pour faire l’en­semble de ses tra­jets. Faut évo­luer un peu… On est plus au XXème siècle avec Pompidou et sa devise « il faut adap­ter la ville à la bagnole ». C’est ter­miné cette époque bénie par vous. Aujourd’hui, non seule­ment on manque de place sur l’es­pace public mais la bagnole fait cre­ver ses habitant(e)s. Alors for­cé­ment, il faut faire des choix et ça troue le c.l de per­sonne comme vous. Je pense qu’il fau­dra vous y habi­tuer parce que la ten­dance, c’est tou­jours moins de voi­tures en ville.

      sep article