Center parcs de Roybon : des échanges compromettants entre Pierre & Vacances et le ministre de l’Agriculture

sep article



DÉCRYPTAGE – Grâce à un décret sorti trois jours avant que n’expire l’autorisation de défrichement préalable aux travaux du Center parcs de Roybon, Pierre & Vacances s’est donné une petite bouffée d’oxygène. Le promoteur a jusqu’en juillet 2020 pour lancer ses travaux préparatoires. Mais alors que la justice doit à nouveau se prononcer sur la légalité de ce centre de vacances, les échanges entre P&V et les pouvoirs publics jettent à nouveau une lumière crue sur les potentielles collusions entre les plus hautes sphères de l’État et le leader des vacances en Europe.

 

 

Center parcs de Roybon, un mois après le début des travaux - DR

Center parcs de Roybon, un mois après le début des tra­vaux – novembre 2014- © Center parcs en faillite finan­cière

Pour Pierre & Vacances, ce fut un poids en moins. Le 9 juillet 2018, trois jours avant que n’ex­pire l’au­to­ri­sa­tion de défri­che­ment préa­lable aux tra­vaux du Center parcs de Roybon, le groupe s’é­tait vu accor­der un délai sup­plé­men­taire. Le pré­fet de l’Isère venait en effet de prendre un arrêté visant à pro­lon­ger de deux ans l’autorisation déli­vrée au pro­mo­teur immo­bi­lier*.

 

Ainsi donc Pierre & Vacances a jus­qu’au 12 juillet 2020 pour mener à bien ses tra­vaux pré­pa­ra­toires. Une petite bouf­fée d’oxy­gène en atten­dant que la cour admi­nis­tra­tive d’ap­pel de Lyon se pro­nonce à nou­veau sur la léga­lité du pro­jet de Center parcs. Celui-ci est en effet toujours en stand-by depuis une pre­mière déci­sion en décembre 2016.

 

Un arrêté pré­fec­to­ral rendu pos­sible grâce à un décret signé le 2 juillet 2018 de la main du Premier ministre Édouard Philippe et du ministre de l’Agriculture de l’é­poque Stéphane Travert. D’où sort ce décret ? Et, sur­tout, qui en est à l’i­ni­tia­tive ?

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
11158 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Excellent article que nous sou­hai­tons relayer et dif­fu­ser, avec votre auto­ri­sa­tion, notam­ment sur nos stands à venir.
    MP (PCSCP)

    sep article
  2. La Frapna, les zadistes et tous ceux qui militent contre ce genre de pro­jets nous emmerdent. Ce sont soit des retrai­tés soit des gens qui vivent au cro­chet de l’é­tat.
    Demandez a tous les chô­meurs, jeunes, inac­tifs et entre­pre­neurs du coin, ils sont pour le pro­jet qui créera de l’emploi et de l’ac­ti­vité dans la région qui en a besoin car elle vieillit et se deser­ti­fie.
    J’attends ce pro­jet avec impa­tience, j’es­père que PV ne se lais­sera pas impres­sion­ner par une bande d’emmerdeurs (il y a peu de chances sinon ils auraient déjà lâché l’af­faire).

    sep article
  3. Il n’y a pas de col­lu­sion mais une simple appli­ca­tion du droit : P&V est en droit de défri­cher mais impos­sible de le faire a cause des zadistes qui occupent illé­ga­le­ment le site. l’Etat, inca­pable de délo­ger ces zadistes, n’a pas d’autre choix que de pro­ro­ger l’au­to­ri­sa­tion.
    Sinon c’est P&V qui attaque l’Etat, avec 95% de chances de gagner, et de gros dom­mages et inté­rêts a la clé (payés par le contri­buable in fine

    sep article
  4. Merci de don­ner les bonnes infor­ma­tions, a com­men­cer par la publi­ca­tion des bonnes pho­tos, je conn­nais par­fai­te­ment le bois des ave­nieres a roy­bon pour dire que la photo pre­sen­tant le defri­che­ment est fausse, de plus allez voir sur place ce qui se passe, les soit disant defen­seur de la nature ont sac­cagé les lieux, l on pol­lué, ont presque detruit une mai­son apmar­te­nant a l etat, c est juste scan­da­leux, merci de pre­sen­ter les choses comme elles sont sans par­tie prix

    sep article
    • PC

      10/04/2019
      23:14

      Les pho­tos aériennes du site (bois des Avenières) ont été prises entre le 19 et le 28 novembre 2014. Nous allons rajou­ter la men­tion de la date en légende de pho­tos. Petite pré­ci­sion : le défri­che­ment s’est pour­suivi une semaine encore après les der­niers cli­chés.

      sep article
  5. On va attendre les réac­tions outrées de Pierre Misère, desin­tox et GAM sur ce copi­nage entre pou­voirs publics et une entre­prise pri­vée. haha­ha­ha­haha

    sep article