Le Travailleur alpin fête ses 90 ans avec un numéro spécial anniversaire

sep article



FOCUS – Le Travailleur alpin a 90 ans ! Créé en 1929 par la Fédération iséroise du parti communiste français, le mensuel est à l’origine de la Fête du Travailleur alpin qui souffle, elle aussi, ses 90 bougies. Les communistes grenoblois célébraient, ce vendredi 29 mars, la longévité de leur titre de presse local et présentaient son numéro spécial anniversaire.

 

 

Simone Torres, représentante du Travailleur alpin et l'historien Olivier Vallade qui a contribué à la rédaction de ce numéro spécial. © Jules Peyron - Place Gre'net

Simone Torres, repré­sen­tante du Travailleur alpin, et l’his­to­rien Olivier Vallade qui a contri­bué à la rédac­tion de ce numéro spé­cial. © Jules Peyron – Place Gre’net

« Le voilà ! Maintenant, il va fal­loir le vendre ! », lance Simone Torres aux dizaines de per­sonnes réunies dans le local de la Fédération isé­roise du parti com­mu­niste, ce ven­dredi soir. La repré­sen­tante du Travailleur alpin brandi fiè­re­ment le numéro “spé­cial 90 ans” du men­suel. « On vou­lait une trace qui reste dans les mémoires. On pré­sente ce soir un numéro excep­tion­nel », s’en­thou­siasme l’élu com­mu­niste de Pont-de-Claix.

 

Oubliez les 22 pages men­suelles à 3 euros. Ce numéro fait grim­per les comp­teurs : 92 pages pour 15 euros. « C’est la pre­mière fois qu’on a un numéro aussi riche et com­plet », se féli­cite Luc Renaud, le rédac­teur en chef. Tiré à 1 000 exem­plaires, il sera dis­po­nible à la vente auprès des mili­tants com­mu­nistes et sur le site du Travailleur alpin.

 

 

De Jacques Brel à Kery James

 

Le Travailleur alpin n’est pas le seul à fêter ses 90 prin­temps. Avec lui est né en 1929 la désor­mais célèbre Fête du Travailleur alpin. L’événement réunit, depuis des décen­nies, des mil­liers de per­sonnes durant le der­nier week-end de juin. Parmi les vedettes pas­sées par la scène du fes­ti­val, Joe Dassin, Jacques Brel, Jean Ferrat, Nana Mouskouri… Cette année, c’est le rap­peur Kery James la tête d’af­fiche qui se pro­duira dans le parc Dotto de Fontaine. « Mais une autre poin­ture du rap fran­çais sera annon­cée dans les jours à venir », mur­murent cer­tains impa­tients.

 

La député européenne Marie-Christine Vergiat est venue apporter son soutien indéfectible au Travailleur alpin. © Jules Peyron - Place Gre'net

La député euro­péenne Marie-Christine Vergiat est venue appor­ter son sou­tien indé­fec­tible au Travailleur alpin. © Jules Peyron – Place Gre’net

 

Avec le rap­peur engagé Kery James en tête d’af­fiche, les orga­ni­sa­teurs du fes­ti­val ne cachent pas leur ambi­tions : « Il y a deux ans avec Keny Arkana, on avait eu 8 000 per­sonnes sur les trois jours. Cette année, le chal­lenge c’est d’at­teindre les 15 000 », pro­jette Simone Torres. Comme chaque année, les soi­rées du ven­dredi et du samedi seront des concerts payants, tan­dis que la jour­née du dimanche, gra­tuite, sera consa­crée aux débat et acti­vi­tés cultu­relles.

 

 

« Grosse soirée rap » le samedi 29 juin

 

Le samedi soir devrait consti­tuer le temps fort de la Fête avec ce qui s’an­nonce être « une grosse soi­rée rap ». « Ça repré­sente bien la Fête du Travailleur alpin et son côté inter­gé­né­ra­tion­nel, se réjouit le pro­gram­ma­teur du fes­ti­val Bernard Ferrari. Les vieux viennent décou­vrir le rap et les jeunes la poli­tique. »

 

Bernard Ferrari, programmateur de la Fête du Travailleur alpin, fier de faire venir Kery James à Fontaine cette année. © Jules Peyron - Place Gre'net

Bernard Ferrari, pro­gram­ma­teur de la Fête du Travailleur alpin, est fier de faire venir Kery James à Fontaine cette année. © Jules Peyron – Place Gre’net

Une chose est sûr, pour les 90 ans du fes­ti­val, il va fal­loir pla­cer la barre haut. « Au vu des attentes du public, il faut ima­gi­ner quelque chose d’en­core plus ori­gi­nal que l’an­née d’a­vant à chaque édi­tion », explique Olivier Vallade, his­to­rien qui a par­ti­cipé à la rédac­tion du numéro spé­cial du men­suel. Il l’as­sure, la Fête est devenu un évé­ne­ment incon­tour­nable où « tout le monde est déjà venu au moins une fois » et dont « on ne sort pas indemne ».

 

 

Le secret de cette longévité ?

 

« La Fête a connu des hauts et des bas tout au long de son his­toire. Dans les années 1920, les débuts sont chao­tiques et il faut attendre 1933 pour assis­ter aux pre­mières vraies Fêtes », explique Olivier Vallade, repre­nant les élé­ments du numéro spé­cial du Travailleur alpin.

 

Quatre-vingt-dix ans plus tard, com­ment expli­quer une telle lon­gé­vité ? « En moyenne, la durée de vie d’un fes­ti­val c’est vingt ans. Nous, on en est à quatre-vingt-dix », se vante Luc Renaud. Qui évoque l’une des rai­sons de ce suc­cès non sans une pointe d’i­ro­nie : « On ne craint pas la perte de sub­ven­tions… car on n’est pas sub­ven­tion­nés ! »

 

La grande scène de la Fête du Travailleur alpin" en 2016. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La grande scène de la Fête du Travailleur alpin » en 2016. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Tant le Travailleur alpin que sa fête esti­vale s’ap­puient sur des mili­tants extrê­me­ment inves­tis. L’édition 2019 de la Fête, c’est « 500 mili­tants mobi­li­sés pen­dant trois mois », décompte Simone Torres. Avant d’af­fir­mer : « Les com­mu­nistes sont les seuls à pou­voir faire ça. Ce n’est pas un parti très visible dans les médias mais celui qui peut comp­ter sur le plus grand nombre de mili­tants sur le ter­rain. »

 

Ils seront tous sur le pont du 28 au 30 juin pour faire vivre cette 90e édi­tion du fes­ti­val… et y vendre le numéro spé­cial du Travailleur alpin. En atten­dant, ven­dredi, l’am­biance était déjà à la fête au siège du parti com­mu­niste fran­çais Isérois. Pour célé­brer les années pas­sées mais aussi celles à venir. « On repart pour 90 ans ! », a lancé Simone Torres avant l’ou­ver­ture du buf­fet.

 

Jules Peyron

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2708 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.