La Ville de Grenoble se mobilise avec un plan d’actions contre les discriminations

sep article

FOCUS – Suite à la rédaction d’un livre blanc par des associations et la fin de la Quinzaine contre le racisme et les discriminations, la Ville de Grenoble a présenté un plan d’actions sur trois ans. L’occasion pour le maire Eric Piolle de rappeler ce qui a déjà été fait dans le domaine et de signer une charte d’engagement contre le sida.

 

 

Emmanuel Carroz, Adjoint à l'égalité des droits et à la vie associative, et les associations participantes au Livre Blanc à l'Hôtel de Ville, le 27 mars 2019 © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Emmanuel Carroz, adjoint à l’égalité des droits et à la vie associative, et les associations participantes au Livre blanc à l’Hôtel de Ville, le 27 mars 2019. © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

 

De nombreux représentants d’associations avaient fait le déplacement, le mercredi 27 mars dernier, pour la présentation du plan d’actions de lutte contre les discriminations de la Ville de Grenoble. Et pour cause. Ce plan s’inspire très largement du livre blanc de l’égalité des genres et des sexualités, rédigé par ces mêmes associations et remis à la Ville le 14 février 2019. Vingt-quatre structures ont ainsi conçu ce « recueil de la parole associative » qui énumère quatorze objectifs et trente-quatre pistes d’actions.

 

Ce plan d’actions de lutte contre les discriminations s’étend sur trois ans, de 2019 à 2022. Car si certaines mesures peuvent s’appliquer dans l’immédiat, d’autres demandent en effet plus de temps.

 

 

« Les civils viennent nous bousculer »

 

« La démarche proposée autour de la réalisation d’un livre blanc sur les genres et les sexualités s’inscrit dans une logique de transition démocratique, a expliqué Eric Piolle. Ce format libre a permis à chacun de s’exprimer et de se faire entendre. Les civils viennent nous bousculer. »

 

Exemple de contenu du livre blanc

 

Objectif : aider les personnes victimes de violences

 

Actions : informer/former (multiplier les campagnes de sensibilisation, favoriser la dénonciation des harceleurs/harcèlements) et loger (mettre à disposition des logements d’urgence)

 

Avant d’en venir aux « pistes de travail » envisagées, le maire a tenu à rappeler les engagements de la Ville, pris en amont du livre blanc. Avec un objectif, « agir en transversalité sur les questions de genre » : développement des pratiques sportives au féminin, réalisation d’un guide sur l’égalité au travail, ou encore renforcement des actions et messages autour de la place des femmes dans l’espace public. Un dernier élément « extrêmement important » aux yeux d’Eric Piolle.

 

 

La Ville s’engage en réponse au livre blanc

 

En réponse à certaines propositions du livre blanc, la Ville de Grenoble s’engage à présent dans plusieurs « actions nouvelles et symboliques », réalisables à échelle municipale, avec « quatre champs d’action forts ». En l’occurrence : « faire évoluer l’administration« , « produire de la connaissance et de la lisibilité sur les questions de genre et de sexualité », « mettre à l’abri des personnes vulnérables et agir contre la précarité liée au genre ». Enfin, « travailler sur les stéréotypes de genre dès le plus jeune âge ».

 

Anne Monnet Hoel de COREVIH Arc Alpin, Emmanuel Carroz, Adjoint à l'égalité, et Eric Piolle, Maire de Grenoble © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Anne Monnet Hoel de Corevih Arc Alpin, Emmanuel Carroz, adjoint à l’égalité, et Eric Piolle, maire de Grenoble. © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

À chaque dimension, des mesures concrètes. Ainsi, la Ville s’engage par exemple à créer un nouvel espace associatif pour  les associations LGBTi, qui sera inauguré en mai 2019. Elle mettra également à disposition un appartement en centre-ville pour héberger les femmes victimes de violence d’ici la fin de l’année.

 

Pour réaliser ce plan d’actions, la Ville de Grenoble entend mettre en place un comité de pilotage composé d’élus et d’experts. « Il y aura quatre élus, deux hommes et deux femmes. On va s’associer avec des expertes et des experts universitaires », détaille Emmanuel Carroz.

 

« Dès le mois prochain [avril, ndlr], on commence à travailler avec les services de la Ville. Il faut qu’on accélère la machine », affirme, bien décidé, l’adjoint à l’égalité des droits et à la vie associative. « Nous, on veut libérer. L’État est souvent contraint, mais nous, au niveau Ville de Grenoble, si on peut donner de la souplesse et de l’air, on le fera. » Et celui-ci de citer l’exemple des prénoms. « On ne refusera aucun changement de prénom », déclare-t-il.

 

 

« Notre règlement intérieur du conseil municipal a été réécrit en écriture inclusive »

 

Emmanuel Carroz met par ailleurs l’accent sur la communication. L’écriture inclusive, plus précisément. « Les Anglais n’ont pas ce problème, les Allemands ont fait ce travail, les pays nordiques aussi… À nous de le faire. Notre règlement intérieur du conseil municipal a été réécrit l’année dernière en écriture inclusive. Et je crois que le conseil municipal fonctionne quand même« , plaisante-t-il.

 

Emmanuel Carroz, Adjoint à l'égalité des droits et à la vie associative, et Eric Piolle, maire de Grenoble.La Ville de Grenoble vient de présenter son plan d'actions de lutte contre les discriminations, suite à la rédaction d'un livre blanc par 24 associations. © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Emmanuel Carroz, adjoint à l’égalité des droits et à la vie associative, et Eric Piolle, maire de Grenoble. © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

« Il faut que les gens commencent à se poser des questions », poursuit Emmanuel Carroz, plus sérieux, en évoquant la « culture à faire ». Revenant sur une polémique née en France suite aux désignations de « Parent 1 » et « Parent 2 » dans les formulaires scolaires, l’adjoint s’en est alors pris à Valérie Pécresse du parti Les Républicains. « Quand on voit la présidente d’Île de France qui dit « Mais moi, je refuse d’être le parent 2″, ben, Valérie, écris-toi en parent 1 ! »

 

Charles Thiebaud

 

 

La VILLE DE GRENOBLE, SIGNATAIRE D’UNE CHARTE POUR DES ALPES SANS SIDA

 

Après la présentation du plan d’action, Eric Piolle, maire de Grenoble et Emmanuel Carroz , adjoint à l’égalité des droits et à la vie associative, ont signé une charte d’engagement contre le sida. Un document qui engage la Ville à soutenir la campagne du Corevih Arc alpin Vers des Alpes sans Sida en 2030.

 

Eric Piolle, Maire de Grenoble, signe la Charte d'engagement des Elu.e.s de la République, le 28 mars 2019 © Charles Thiebaud -placegrenet.fr

Eric Piolle, maire de Grenoble, signe la Charte d’engagement des Elu.e.s de la République, le 28 mars 2019. © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

« On sait aujourd’hui comment en finir avec l’épidémie VIH », a assuré Anne Monnet Hoel, représentante de l’association Corevih, qui rassemble différents acteurs comme les centres hospitaliers, la Ville de Grenoble, les associations…

 

« Les nouvelles techniques de prévention sont diverses et fonctionnent. Même sans vaccin, on peut arriver à en finir avec le VIH, en France, dans le monde, et dans l’arc alpin. On a la vision : Les Alpes sans sida en 2030. On s’est mis ensemble et on a mis en place des axes d’actions. Là où il y a des villes qui s’engagent, comme à Londres, San Francisco, New-York, Sidney,  Melbourne… c’est les endroits où on arrive à en finir avec le VIH. »

 

Charte "Vers des Alpes sans sida en 2030"

Charte « Vers des Alpes sans sida en 2030 »

 

 

commentez lire les commentaires
2088 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Monsieur Piolle,est un grand humaniste ,ce n’est pas le genre d’Hypocrite
    qui se drape de bons sentiments, tout en se protégeant de la mixité sociale.
    Toutes les personnes mobilisées contre les discriminations, vivent le
    quotidien dans les quartiers où demeurent les habitants discriminés.
    J’admire cet idéal humaniste de notre personnel politique grenoblois, qui sacrifie
    son quotidien,en habitant l’Arlequin,Teisseire et Mistral …

    sep article
  2. Les commentaires sont d’un niveau digne d’une cour de maternelle…

    Perso, ça ne me dérange pas d’être ‘parent 2’ : je reste pair 😀

    sep article
  3. -Que des blancs sur la photo pour lutter contre les discrimination.
    -Promotion de la délation
    -écriture inclusive (qui est extremement difficile à apprendre pour les etrangers.)
    -Lavage de cerveau des enfants avec la théorie du genre.
    -Parent 1 – parent2

    Vivement 2020 en attendant je pense que mettre ses enfants dans le privé est la plus sage des solutions.

    sep article
  4. Il n’a pas d’autres choses à faire dans cette ville, ce Monsieur Piolle ?! Entre la catastrophe économique, la pollution, la criminalité qui gangrène Grenoble, lui il ne trouve rien de plus important que la « discrimination » !!!

    sep article
  5. Il faut se poser des questions nous dit cet adjoint à l’égalité de tout et de la négation des différences. S’est-il au moins posé celle de savoir comment lui même est né et comment ? D’une Mère et d’un Père, ou d’un parent 1 et d’un parent 2 ?
    Formule dont je m’étonne que son « livre blanc » (pourquoi blanc ?) ne dénonce pas le caractère clairement discriminatoire, ni ne propose la solution qu’il aime tant : l’écriture inclusive. Parent.e 1 et parent.e 2, là ça aurait enfin de la gueule, non ?

    sep article
  6. Quelques remarques premier avril:
    – Monsieur PIOLLE avec un T Shirt en anglais, c’est aussi discriminant envers les non anglophone que contre la loi TOUBON,
    – un Livre Blanc est extrêmement raciste comme terme, la couleur n’as rien à voir avec l’intention, et le « Blanc » dominant dans la société montre ici encore sa manipulation! vive les livres de toutes les couleurs !

    sep article
  7. La discrimination est une forme de violence ,il faut se mobiliser contre
    toutes les formes de violence.
    Je ne comprends pas que Grenoble qui se mobilise,depuis plus de cinquante ans
    contre toute forme de violence devient une ville où la violence est en progression
    permanente …

    sep article