La Ville de Grenoble s’apprête à voter la gratuité totale des bibliothèques municipales dès juillet

sep article



FOCUS – Dans le cadre du plan lecture 2018 – 2025, la Ville de Grenoble annonce la gratuité pour tous de l’accès aux bibliothèques de Grenoble, à partir de juillet prochain. La majorité veut également mettre sur les rails la construction d’une bibliothèque tête de réseau « à taille humaine ». S’il est réélu, Eric Piolle, le maire EELV de Grenoble, laisse entendre qu’il mettra le paquet sur la culture et les bibliothèques.

 

 

Réouverture de la bibliothèque/Tiers-lieu Alliance après travaux, mardi 10 avril 2018 © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Réouverture de la biblio­thèque tiers-lieu Alliance après tra­vaux, mardi 10 avril 2018. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Lors du conseil muni­ci­pal de ce lundi 25 mars, la majo­rité fera voter la gra­tuité totale pour tous de l’accès aux biblio­thèques du réseau gre­no­blois.

 

Une déci­sion qui découle de l’idée selon laquelle les biblio­thèques sont des biens com­muns, appar­te­nant à tous.

 

« Les biblio­thèques sont des lieux de proxi­mité sociale, un ser­vice public de base de la société démo­cra­tique […], des lieux col­lec­tifs qui ne sont pas dans une logique de consom­ma­tion, mais qui forgent l’esprit cri­tique », déclare avec convic­tion, Eric Piolle, maire EELV de Grenoble. « C’est vrai­ment chouette de faire la gra­tuité, c’est une bonne nou­velle […] com­mente Corinne Bernard, adjointe aux Cultures, débor­dant de joie. La gra­tuité c’est dire : là, c’est chez vous », consi­dère l’ad­jointe.

 

 

Les abonnements ne représentent que 2,5 % du budget des bibliothèques

 

Le pas­sage à la gra­tuité est, du reste, sans grandes consé­quences finan­cières sur le fonc­tion­ne­ment du réseau. De l’ordre de 180 000 euros, les recettes des abon­ne­ments aux biblio­thèques pèsent seule­ment 2,5 % du bud­get total, qui s’élève à 8,5 mil­lions d’euros. Les deux tiers des abon­nés (les moins de 26 ans et les per­sonnes rele­vant des minima sociaux) béné­fi­cient en effet déjà de la gra­tuité des prêts.

 

Plan lecture 2025 à Grenoble, les entrées de bibliothèques pourraient être repensées © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Finies aussi les péna­li­tés sur les livres en retard… Mais avec le risque de ne plus revoir cer­tains livres avant un bon moment voire jamais.

 

Consciente du revers de la médaille, Isabelle Westeel, direc­trice du réseau, étu­die des solu­tions avec son équipe : « Nous allons réflé­chir à un sys­tème infor­ma­tique blo­quant l’abonnement en cas de retard par exemple, pour inci­ter les abon­nés à rendre leurs livres. »

 

 

Horaires étendues, espaces réaménagés et adaptés aux jeunes adultes

 

Outre la gra­tuité, la Ville insiste, dans son plan 2018 – 2025, sur la néces­sité d’ou­vrir ses biblio­thèques de proxi­mité et de les rendre plus attrac­tives. Ce qui passe a for­tiori par des tra­vaux dans cer­taines biblio­thèques, notam­ment Centre-ville, Saint-Bruno et Eaux-Claires.

 

La bibliothèque d'étude et du patrimoine de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La biblio­thèque d’é­tude et du patri­moine de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’un des enjeux demeure tou­jours de faire venir les jeunes adultes, en leur consa­crant des espaces plus adap­tés à leurs attentes. Et en amé­lio­rant la signa­lé­tique des biblio­thèques.

 

Susciter davan­tage l’en­vie de pous­ser les portes d’une biblio­thèque passe aussi par l’extension des heures d’ouverture. Une demande récur­rente des usa­gers et non usa­gers, mais qui ne se règlera pas à la va-vite…

 

Les retours des « diag­nos­tics tem­po­rels » que finance l’État sont escomp­tés pour la fin de l’an­née. Ensuite, il fau­dra faire des tests et enga­ger « le dia­logue social », autre­ment dit obte­nir l’adhésion des agents. « En atten­dant, on peut déjà offrir plus de places dans la biblio­thèque d’études et du patri­moine, qui refuse sou­vent du monde », tranche Corinne Bernard.

 

 

Une bibliothèque tête de réseau… au programme du prochain mandat

 

Enfin, la biblio­thèque d’é­tudes et du patri­moine va pour­suivre sa mue pour s’ou­vrir, elle aussi, vers l’ex­té­rieur et deve­nir un « lieu stra­té­gique », sou­ligne le maire. La Ville estime tou­te­fois que le réseau des biblio­thèques ne fera pas l’é­co­no­mie d’une « biblio­thèque tête de réseau pour sou­te­nir l’en­semble du réseau et faire coha­bi­ter des usa­gers dif­fé­rents ».

 

Corinne Bernard, Eric Piolle, Isabelle Westeel, lors de l'annonce de la gratuité dans les bibliothèques. © Séverine Cattiaux -placegrenet.fr

Corinne Bernard, Eric Piolle, Isabelle Westeel, lors de l’an­nonce de la gra­tuité dans les biblio­thèques. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Il ne faut pas rater le coche cette fois-ci, pré­vient Eric Piolle, fort d’une ren­contre fruc­tueuse en février der­nier, au minis­tère de la Culture.

 

Selon lui, une fenêtre de tir s’ouvre : l’État a validé le prin­cipe de cofi­nan­cer ce pro­jet. Ce sera tou­te­fois une biblio­thèque construite dans une approche de « tran­si­tion, accom­pa­gnant l’é­vo­lu­tion urbaine de la ville, proche des trans­ports en com­mun. On ne le pense pas trop grand », nuance Eric Piolle.

 

Plusieurs sce­na­rii sont déjà à l’é­tude pour trou­ver la meilleure implan­ta­tion… en dis­cus­sion avec la Métropole. Le maire en pro­fite pour lever le voile sur le contenu de son pro­chain pro­gramme élec­to­ral : « Lors du pre­mier man­dat, nous avons mis la prio­rité sur l’école, pour laquelle nous avons engagé un tiers de notre bud­get. Les années à venir seront consa­crées à la culture. »

 

Séverine Cattiaux

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
7566 visites | 14 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 14
  1. Ping : La ville de Grenoble s'apprête à voter la gratuité totale des bibliothèques municipales dès juillet - bibligratis

  2. sep article
  3. sep article
  4. Cher Monsieur, je ne sais pas quel âge avez-vous, mais même à 13 ans on devrait savoir que le “gra­tuit” n’exsite pas, il y a tou­jours quelqu’un qui paie pour la fête. Marre de payer pour que Piolle et sa bande en pro­fite

    sep article
  5. De plus en plus de villes ins­taurent la gra­tuité des trans­ports col­lec­tifs
    L’avantage d’ins­tau­rer cette gra­tuité est intéressant,d’une part, c’est un outil
    d’é­quité sociale et d’autre part, cela per­met de réduire les embou­teillages
    dans les centres villes de 15 à 20%.
    En Chine, dans cer­taines villes les trans­ports sont gra­tuits toute la jour­née,
    pour le plus grand bon­heur des usa­gers .
    Notre Maire, qui veut abso­lu­ment être un colos­sal réfor­ma­teur, devrait faire
    appli­quer la gra­tuité des trans­ports col­lec­tifs sur Grenoble .Cela don­ne­rait
    de l’oxy­gène au centre ville …

    sep article
  6. Dommage qu’il n’y ait pas une oppo­si­tion solide et sérieuse à Grenoble. Car c’est un car­ton rouge vif pour les sala­riés qui n’ont eu qu’à faire les car­tons des biblio­thèques fer­mées il y a…seulement 3 ans par cette même majo­rité.
    Honteux, déma­go­gique, elec­to­ra­liste je ne trouve pas les mots, car même si le fond est bon pour les gre­no­blois la méthode est dra­ma­tique, à quelques mois des élec­tions elle ne trompe per­sonne.
    J’aimerais tel­le­ment qu’une majo­rité dif­fé­rente émerge.

    sep article
  7. Pour rap­pel : Piolle a fermé les biblio­thèques dans les quar­tiers habi­tés par les familles des « hommes blancs pres­sés », sans tou­cher à celles dans les quar­tiers habi­tés par sa clien­tèle

    sep article
  8. « S’il est réélu » – il vit sur quelle pla­nète, ce Monsieur ?! Il pense sérieu­se­ment que quelqu’un, sauf ses grou­pies rouges-verts, peut voter pour lui, après tout ce qu’il (n’a pas) fait à cette ville ?!

    sep article
  9. Pour la bonne bouche ( … ou les bons yeux) je rap­pelle ici que la bib de Grenoble a un ser­vice ambu­la­toire, notam­ment pour le Centre Pénitentiaire de Varces.
    Pff … c’est dur d »être gre­no­blois sans être chau­vin

    sep article
  10. Non mais sérieux il n’en a pas marre de se payer notre tête Piolle ?

    sep article
    • Heueueueu, c’est à dire qu’à lire vos récri­mi­na­tions conti­nuelles sans aucun argu­ment, on peut com­prendre Piolle
      CQFD 😉

      sep article
      • peut être fait il réfé­rence aux fer­me­tures de biblio­thèque par le même piolle qui dit qu’il n’y a plus d’ar­gents pour ses dites biblio­thèques et main­te­nant il les passe en gra­tuit..

        Est ce une volonté pour fer­mer défi­ni­ti­ve­ment les biblio­thèques ? là ça pourra pas se défendre vu que cest gra­tuit la mai­rie n’aura vrai­ment plus d’argent pour les aider hop on passe ça en fer­me­ture

        sep article
        • Vous êtes super aimable de répondre à la place de Pierre Isère et d’es­sayer de trou­ver des argu­ments … Mais il est écrit :
          « De l’ordre de 180 000 euros, les recettes des abon­ne­ments aux biblio­thèques pèsent seule­ment 2,5 % du bud­get total, »
          C’est très peu, ce n’est donc pas la sup­pres­sion de cette recette qui fera que les biblio­thèques fer­me­ront ou pas.

          sep article
          • Caro vous irez l’ex­pli­quer aux agents lais­ser sur le car­reau suite au fabu­leux plan d’aus­té­rité de la muni­ci­pa­lité Piolle qui n’a tou­jours pas été pro­bant au vu de der­nier compte admi­nis­tra­tif de la ville de Grenoble et 180k€ ce n’est pas rien pour une col­lec­ti­vité cela repré­sente le finan­ce­ment de 6 postes caté­go­rie B temps plein à l’an­née.
            Leur bilan ne tient pas, l’é­chéance muni­ci­pale se rap­proche et c’est panique à bord avec des annonces qui n’ont fina­le­ment objec­ti­ve­ment ni queue ni tête ;

            sep article