Coup d’envoi pour la deuxième édition du Grenoble CivicLab à La Belle électrique

sep article



EN BREF — La deuxième édition du Grenoble CivicLab débute le mercredi 20 mars avec un rendez-vous à la Belle électrique. L’occasion de présenter les “défis” de la saison 2019, et d’organiser les premiers ateliers « d’idéation et de création en équipes ». Pour la première édition, 250 personnes s’étaient mobilisées et une vingtaine de projets avaient au final été présentés.

 

 

C’est parti pour la deuxième édi­tion du Grenoble CivicLab. La Belle élec­trique accueille mer­credi 20 mars à 18 heures le lan­ce­ment de la deuxième sai­son du ren­dez-vous, dédié à « conce­voir ensemble le numé­rique pour une ville meilleure à vivre ». Au pro­gramme de la soi­rée : la pré­sen­ta­tion des chal­lenges de l’é­di­tion 2019, la ren­contre avec les par­te­naires… et des « ate­liers d’idéation et de créa­tion en équipes ».

 

Rencontres lors de la première édition du Grenoble CivicLab © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Rencontres lors de la pre­mière édi­tion du Grenoble CivicLab. © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

 

Le Grenoble CivicLab ? Un moment de ren­contre et de col­la­bo­ra­tion entre citoyens de tous les hori­zons, qu’ils soient étu­diants, entre­pre­neures, asso­cia­tifs, artistes, élus, pro­fes­sion­nels ou simples usa­gers du numé­rique. Avec pour objec­tif de par­ti­ci­per à des ate­liers et de déve­lop­per des idées et concepts numé­riques pour trans­for­mer la ville de demain. Et « redon­ner à tous la capa­cité d’agir sur son envi­ron­ne­ment ».

 

 

Cinq défis autour de la vie quotidienne des Grenoblois

 

Mais le ren­dez-vous ne se can­tonne pas à la dimen­sion théo­rique, concep­tuelle. Chacun est invité à tra­vailler sur cinq défis pro­posé par le Grenoble CivicLab. Avec, à la clé, pour le pro­jet retenu, un prix de 2 000 euros des­tiné à son déve­lop­pe­ment. Ainsi que la pos­si­bi­lité de réa­li­ser une cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif via la pla­te­forme KissKissBankBank. Et, enfin, un suivi et un « men­to­ring » de quatre mois assuré par les par­te­naires de l’é­vé­ne­ment.

 

Soirée de lancement du Grenoble CivicLab 2017-2018 © Scop La Péniche

Soirée de lan­ce­ment du Grenoble CivicLab 2017 – 2018. © Scop La Péniche

 

Les défis de l’é­di­tion 2019 collent de près à la vie quo­ti­dienne des Grenoblois. En pre­mier, « Frais devant », ou com­ment (sur)vivre au frais l’été. Puis « Tri pop », pour amé­lio­rer la qua­lité du tri des déchets. Troisième défi : « Watt d’ici », pour sen­si­bi­li­ser à la pro­duc­tion locale d’éner­gie renou­ve­lable. Le défi « Plus belle la nuit » entend, quant à lui, « mettre en lumière la vie la nuit ». Et, enfin, un défi libre per­met d’i­ma­gi­ner une « solu­tion utile pour le ter­ri­toire » dans un domaine de son choix.

 

Le dérou­le­ment des opé­ra­tions ? La ren­contre de La Belle élec­trique marque le lan­ce­ment du CivicLab, ainsi que la consti­tu­tion des équipes pro­jets à tra­vers des ate­liers et un accom­pa­gne­ment. Par la suite, dix « ate­liers d’ou­tillages » seront pro­po­sés de mars à l’été 2019, jus­qu’au dépôt des pro­to­types dont la date butoir est fixée au 6 sep­tembre 2019. Quelques jours plus tard, auront lieu l’an­nonce des résul­tats et la remise des prix.

 

 

Retour sur l’édition 2018

 

Porté par la Ville de Grenoble et la Métro, ainsi que GEG, la Casemate, French Tech In The Alps ou encore Grenoble École de mana­ge­ment, Grenoble CivicLab mobi­lise des acteurs de nom­breux hori­zons. Autant d’or­ga­ni­sa­teurs qui comptent sur le suc­cès de cette deuxième édi­tion, après une pre­mière sai­son qui avait attiré pas moins de 250 per­sonnes. Et abouti au dépôt d’une ving­taine de pro­to­types en février 2018.

 

Le maire de Grenoble Éric Piolle et le président de la Métro Christophe Ferrari lors de la soirée de remise des prix de l'édition 2018 du CivicLab © Scop La Péniche

Le maire de Grenoble Éric Piolle et le pré­sident de la Métro Christophe Ferrari lors de la soi­rée de remise des prix de l’é­di­tion 2018 du CivicLab. © Scop La Péniche

 

Sur cinq défis, quatre pro­jets avaient fina­le­ment été rete­nus, l’un d’eux n’ayant pas trouvé de solu­tion satis­fai­sante. Des pro­jets aujourd’­hui à des stades divers de déve­lop­pe­ment. Le plus abouti ? Ma P’tite pou­belle, une appli­ca­tion péda­go­gique « pour bien trier et dimi­nuer sa pro­duc­tion de déchets ». L’application est en phase de test et de fina­li­sa­tion, avant une mise en ser­vice auprès du grand public.

 

Un autre pro­jet, bap­tisé Civic Data, est éga­le­ment en cours de déve­lop­pe­ment. Son idée : pro­po­ser « des por­traits de ter­ri­toires » en affi­chant les don­nées dis­po­nibles sur un quar­tier. Qu’il s’a­gisse de sa popu­la­tion, du nombre de jar­dins qu’il com­porte, d’élé­ments éco­no­miques ou autres infor­ma­tions. Si chaque citoyen peut trou­ver une uti­lité à l’ap­pli­ca­tion, les por­teurs de pro­jets se tournent davan­tage vers un usage à des­ti­na­tion des com­merces.

 

 

Des projets non lauréats en plein essor

 

Mais d’autres pro­jets non lau­réats n’en ont pas moins pour­suivi leur che­min. Grenoble CivicLab prend ainsi soin de mettre l’ac­cent sur le pro­jet Fedair, qui veut « fédé­rer les don­nées issues des dif­fé­rents cap­teurs envi­ron­ne­men­taux por­tés par les per­sonnes et les infra­struc­tures ». Faute de temps, les por­teurs de pro­jet n’a­vaient pu concou­rir. Ils n’en ont pas moins fondé une asso­cia­tion et orga­nisé depuis leurs pre­miers ate­liers de construc­tions de cap­teurs.

 

Réflexions autour d'un projet de conciergerie de quartier durant la première édition du Grenoble CivicLab © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Réflexions autour d’un pro­jet de concier­ge­rie de quar­tier durant la pre­mière édi­tion du Grenoble CivicLab. © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

 

Autres exemples de réus­site avec Ma Games, pro­jet ludique et péda­go­gique autour de la réa­lité vir­tuelle, dont l’é­quipe a été repé­rée par le cam­pus de star­tup Station F pour une implan­ta­tion pari­sienne de leur concept. Ou le « miroir connecté et inter­ac­tif » Limonié, dont la por­teuse de pro­jet Delphine Cheng a reçu le tro­phée des Elles du réseau Femmes chef d’entreprise. Preuve que le CivicLab peut consti­tuer un trem­plin, y com­pris pour les pro­jets non rete­nus.

 

Florent Mathieu

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
1549 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.