De nombreuses revendications exprimées lors de la marche pour la Journée des Droits des Femmes à Grenoble

sep article



REPORTAGE – Environ 1 500 personnes se sont retrouvées pour participer à la manifestation féministe du vendredi 8 mars à Grenoble. Une marche sous le signe de la Journée internationale des Droits des femmes, pour défendre le droit et l’accès à l’IVG, dénoncer les violences et les disparités salariales. Et, plus généralement, pourfendre le « patriarcat » et dire son ras-le-bol des stéréotypes comme des discriminations.

 

« Cathos fachos machos, vous nous cas­sez le clito », « Ta main sur mon cul, ma main dans ta gueule », « Papa en avant, trois pas en arrière, c’est la poli­tique du gou­ver­ne­ment » ou encore « Police com­plice, elles portent plainte, elles meurent quand même »… Les slo­gans scan­dés par les participant(e)s de la mani­fes­ta­tion fémi­niste du ven­dredi 8 mars à Grenoble por­taient des reven­di­ca­tions sou­vent diverses, mais tou­jours empreintes de la même urgence.

 

Drapeaux et pancartes étaient au rendez-vous © Florent Mathieu - Place Gre'net

Drapeaux et pan­cartes étaient au ren­dez-vous. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

À l’oc­ca­sion de la Journée inter­na­tio­nale des Droits des femmes, envi­ron 1 500 per­sonnes se sont ainsi retrou­vées pour défi­ler depuis l’Hôpital couple-enfant de La Tronche jus­qu’à la Caserne de Bonne. Dans la foule, des militant(e)s du PCF, de Solidaires, de la France insou­mise ou de la CNT… ainsi que des Gilets jaunes. Et si les dra­peaux et ban­de­roles étaient bien pré­sents, le cor­tège offrait sur­tout à voir une col­lec­tion de pan­cartes “arti­sa­nales” aux apho­rismes éner­giques et sou­vent créa­tifs.

 

 

De grands sujets d’inquiétude et de préoccupations

 

Parmi les grandes pré­oc­cu­pa­tions expri­mées durant la mani­fes­ta­tion : le droit et l’ac­cès libre et gra­tuit à l’IVG. Tout un sym­bole : l’ar­rêt de tram­way de La Tronche a été renommé Annie Ferrey-Martin, méde­cin gre­no­blois arrê­tée en 1973 pour avoir pra­ti­qué des avor­te­ments. Une figure locale de la lutte pour le droit des femmes, dont l’ar­res­ta­tion avait pro­vo­qué une grande mani­fes­ta­tion dans les rues de Grenoble. Et qui “béné­fi­cia” d’un non-lieu deux ans plus tard.

 

 

Les vio­lences phy­siques et sexuelles demeurent elles aussi, natu­rel­le­ment, dans toutes les pen­sées. La mani­fes­ta­tion s’est ainsi faite cor­tège, le temps d’une minute de silence au poing levé, en mémoire de toutes les vic­times des vio­lences conju­gales. En France, selon les der­niers chiffres, une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Une ten­dance qui serait même à la hausse en ce début d’an­née 2019.

 

Quant au sujet des dis­pa­ri­tés sala­riales, il demeure brû­lant. Non seule­ment à poste égal, mais éga­le­ment selon les pro­fes­sions. « Les métiers comme le médi­co­so­cial, l’aide à l’en­fance, ce sont beau­coup de femmes qui les exercent, et elles n’ont pas de salaire suf­fi­sant pour en vivre digne­ment ! », explique Margot de l’as­so­cia­tion Nous toutes. Les fémi­nistes exigent donc des reva­lo­ri­sa­tions sala­riales de ces filières.

 

 

Stéréotypes et discriminations

 

Quel sens don­ner à la Journée des Droits des femmes, après plu­sieurs décen­nies d’exis­tence ? « En 2019, on est encore obli­gées d’a­voir une jour­née pour reven­di­quer les droits des femmes », déplore la conseillère régio­nale insou­mise Émilie Marche. Et celle-ci de dénon­cer des sté­réo­types comme des dis­cri­mi­na­tions qui ont la dent dure. Jusque dans les exer­cices sco­laires, où les direc­teurs sont tou­jours des hommes et les secré­taires… tou­jours des femmes.

 

Émilie Marche, conseillère régionale d'opposition Auvergne-Rhône-Alpes © Florent Mathieu - Place Gre'net

Émilie Marche, conseillère régio­nale d’op­po­si­tion Auvergne-Rhône-Alpes. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Et en tant qu’é­lue ? « Quand on est femme et jeune, on a la double peine ! Ça m’est arrivé en com­mis­sion qu’on m’ap­pelle “la petite jeune”. Et le souci c’est qu’ils ne se rendent même pas compte que c’est sexiste », sou­ligne encore Émilie Marche. La conseillère régio­nale appelle de ses vœux un « vrai ser­vice public » dédié à l’é­du­ca­tion des gar­çons comme des filles, pour en finir avec les cli­chés, ou les voies pro­fes­sion­nelles réser­vées à un genre plu­tôt qu’un autre.

 

Le besoin d’é­du­ca­tion se sent éga­le­ment dans les regards sou­vent amu­sés, moqueurs mais aussi gênés des jeunes gens qui croisent la mani­fes­ta­tion. « Tant qu’on aura des jeunes que cela va déran­ger, on aura un tra­vail à faire ! » com­mente Antonietta, membre du ser­vice d’ordre. Pour elle, le 8 mars est aussi l’oc­ca­sion d’oc­cu­per l’es­pace public. Et de reven­di­quer la liberté d’y cir­cu­ler comme bon lui semble.

 

 

« Par définition, c’est une lutte des femmes »

 

Mais les besoins d’é­du­ca­tion ne sont pas réser­vés qu’aux jeunes… Esclandre dans le défilé : un homme d’un cer­tain âge n’ap­pré­cie pas d’être “évincé” d’une « zone de non-mixité ». Et celui qui était venu mani­fes­ter pour le droit des femmes s’est mis à trai­ter de « connes » et de « folles » plu­sieurs membres du ser­vice d’ordre. La mani­fes­ta­tion, tout en dénon­çant le patriar­cat et la phal­lo­cra­tie, n’a­vait pour­tant rien d’un défilé farou­che­ment « anti-mecs ».

 

Grande manifestation aux revendications variées à Grenoble vendredi 8 mars pour la Journée internationale des Droits des femmes.Margot, “chef d'orchestre” de la manifestation, accompagnée d'un service d'ordre volontairement non-mixte © Florent Mathieu - Place Gre'net

Margot, “chef d’or­chestre” de la mani­fes­ta­tion, accom­pa­gnée d’un ser­vice d’ordre volon­tai­re­ment non mixte. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les orga­ni­sa­trices avaient tou­te­fois pré­venu : les ban­de­roles de tête comme le ser­vice d’ordre seraient fémi­nins. Un ser­vice d’ordre inter­dit aux hommes ? « Souvent, ce sont des hommes qui s’ap­pro­prient la notion d’ordre. On veut mon­trer que nous sommes aussi fortes et que nous pou­vons le faire ! », explique Margot. Marion ren­ché­rit : « On a besoin du sou­tien des hommes. Mais par défi­ni­tion, c’est une lutte des femmes qui ne doit pas être acca­pa­rée. »

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3356 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ces braves gens défoncent une porte ouverte

    sep article
  2. Détruire la reli­gion et la famille (le patriar­cat) soit les der­niers rem­parts de l’ul­tra­li­bé­ra­lisme.…

    Les femmes (de la classe moyenne et en des­sous) pré­ca­ri­ser dans leur tra­vail et leur vie de familles en seront (et le sont deja…) les pre­mières vic­times.

    Heureusement dans 50 ans la France sera une répu­blique isla­mique, et les femmes pour­ront sans doute avoir la chance d’ar­re­ter de tra­vailler. (comme quand on gagne au loto.)

    Bine à vous. 🙂

    sep article