Le collège Picasso d’Échirolles en grève ce mardi 5 mars contre les baisses de moyens

sep article

FIL INFO – Le personnel du collège Picasso d’Échirolles est en grève ce mardi 5 mars. Enseignants et agents dénoncent une baisse de moyens constante, qui nuit à l’accomplissement de leur mission éducative. Largement suivi, le mouvement a également été marqué par le soutien des parents d’élèves.

 

 

La colère gronde au col­lège Picasso d’Échirolles. Pour pro­tes­ter contre les baisses de moyens constantes, ensei­gnants et agents de l’é­ta­blis­se­ment ont décrété une jour­née de grève ce mardi 5 mars. Un mou­ve­ment très lar­ge­ment suivi par le per­son­nel, et qui s’ac­com­pagne d’un geste fort : la tota­lité des pro­fes­seurs prin­ci­paux du col­lège ont démis­sionné de leur fonc­tion auprès de leur direc­tion.

 

Enseignants et agents du collège Picasso d'Échirolles en grève le mardi 5 mars © Catherine Brun

Enseignants et agents du col­lège Picasso d’Échirolles en grève, le mardi 5 mars 2019. © Catherine Brun

 

« Je ne peux plus assu­rer cor­rec­te­ment l’ensemble de mes mis­sions dont celles de pro­fes­seur prin­ci­pal qui demandent énor­mé­ment de temps et d’investissement », indique ainsi la lettre que les pro­fes­seurs prin­ci­paux ont adres­sée à la prin­ci­pale. Une mise en relief des dif­fi­cul­tés des ensei­gnants à mener à bien leur mis­sion édu­ca­tive, dans un quar­tier pour­tant classé en Zone d’é­du­ca­tion prio­ri­taire (Zep).

 

 

Un mouvement très suivi et soutenu par les parents d’élèves

 

La consé­quence des baisses de moyen ? La fer­me­ture annon­cée d’une classe de 4e, qui aug­men­tera d’au­tant les effec­tifs des autres classes. Ou encore la dis­pa­ri­tion de groupes de sciences pour les classes de 5e, 4e et 3e. Auxquelles s’a­joutent des heures sup­plé­men­taire en aug­men­ta­tion dans l’emploi du temps des pro­fes­seurs, dont cer­taines pour­raient leur être impo­sées.

 

Les professeurs de lycée et de collège manifestaient par pancartes interposées devant le Rectorat de Grenoble le 14 février 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les pro­fes­seurs de lycée et de col­lège mani­fes­taient par pan­cartes inter­po­sées devant le rec­to­rat de Grenoble le 14 février 2019 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Nous n’a­vons plus les moyens de répondre aux besoins édu­ca­tifs extrê­me­ment variés et nom­breux des enfants », résume Catherine Brun, ensei­gnante à Picasso. Avant de décrire une « situa­tion catas­tro­phique qui se déve­loppe de plus en plus ». Dans son tract, le per­son­nel rap­pelle en effet que les baisses de moyens ne concernent pas que ce col­lège et se veut soli­daire de l’en­semble des éta­blis­se­ments concer­nés.

 

Suivie de manière mas­sive, la grève est par ailleurs sou­te­nue par les parents d’é­lèves. Dans leur tract, les pro­fes­seurs invi­taient en effet les familles à refu­ser d’en­voyer leurs enfants au col­lège en signe de sou­tien. Au final, seuls trois enfants se sont ren­dus au col­lège, note Catherine Brun. Qui décrit un même sen­ti­ment d’a­ban­don de la part des parents d’é­lèves et des pro­fes­seurs d’é­ta­blis­se­ments au sein des quar­tiers popu­laires.

 

FM

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1840 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.