Hula hoop, pyro-clown et rock’n’roll pour la 8e édition du Grindmarket à Saint-Martin-d’Hères

sep article



FOCUS – Ce dimanche 3 mars va se dérouler la 8e édition du Grindmarket, « l’incroyable marché de créateurs » organisé par MegaGrawww Prod. L’événement revient ainsi pour la deuxième fois à l’Heure Bleue de Saint-Martin‑d’Hères. Au programme ? Une quarantaine de stands de créateurs à l’esprit rock’n’roll et décalé, des animations burlesques, des concerts. Mais aussi une exposition, du tatouage et bien d’autres surprises encore.

 

 

Affiche de la huitième édition du Grindmarket. © MegaGrawww Prod

Affiche de la hui­tième édi­tion du Grindmarket. © MegaGrawww Prod

Les ama­teurs de créa­tions ori­gi­nales voire uniques, d’a­ni­ma­tions déjan­tées et de rock’n’­roll vont être com­blés. Et pour cause. La hui­tième édi­tion du Grindmarket, un mar­ché de créa­teurs « pas comme les autres » orga­nisé par Megagrawww Prod, revient souf­fler son esprit vin­tage et décalé teinté de rock à l’Heure bleue de Saint-Martin-d’Hères, ce dimanche 3 mars.

 

Pour cette nou­velle mou­ture, le Grindmarket ne réin­vente pas néces­sai­re­ment la poudre et reste fidèle à ses fon­da­men­taux. La for­mule magique ? Des créa­teurs de talent, des ani­ma­tions bur­lesques, des concerts et toute une palette d’a­ni­ma­tions ludiques sou­vent délu­rées.

 

Mais pas seule­ment puisque « de nom­breuses autres sur­prises sur place » sont au pro­gramme, annonce un brin énig­ma­tique RuBy‑e, pré­si­dente de Megagrawww Prod et éga­le­ment créa­trice de bijoux. Une chose est sûre : « il y en aura pour tous les goûts avec de nou­veaux artistes », assure-t-elle.

 

 

« Ce n’est pas le choix d’une esthétique absolue »

 

« Le GrindMarket a pour voca­tion de faire décou­vrir le tra­vail d’artisans et de créa­teurs qui ne trouvent pas tou­jours leur place sur des mar­chés clas­siques », explique RuBy‑e. Le côté rock’n’­roll ? RuBy‑e l’as­sume. « Ce n’est pas le choix d’une esthé­tique abso­lue, c’est rock’n’­roll dans la tête : ouvert, aty­pique, “barré”. C’est plus une atti­tude glo­bale. Il s’a­gis­sait d’at­ti­rer un public cor­res­pon­dant aux créa­tions », pré­cise la créa­trice de bijoux.

 

Convention de tatouage Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

RUbY‑e lors de la conven­tion de tatouage de Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Pourquoi avoir choisi la salle de l’Heure bleue pour la deuxième année consé­cu­tive ? « Pour l’ac­cueil magni­fique qu’ils nous réservent. Nous pou­vons y faire ce que nous vou­lons. Cette année, il y aura une vraie scène avec lumières et tech­ni­ciens », se réjouit l’or­ga­ni­sa­trice.

 

Et que la salle soit excen­trée plu­tôt qu’à Grenoble intra-muros n’est pas un pro­blème. « Je pré­fère que les gens prennent l’ha­bi­tude de venir là plu­tôt que de chan­ger à chaque fois de lieu [et qu’ils soient] sou­vent moins bien adap­tés. Là, c’est super ! », assure RuBy‑e.

 

 

« La pièce unique est souvent mise à l’honneur par les créateurs »

 

Pour cette nou­velle édi­tion du Grindmarket, l’or­ga­ni­sa­tion a misé sur une qua­ran­taine de créa­teurs. De quoi pro­po­ser un choix d’objets diver­si­fié et de qua­lité, tels que maro­qui­ne­rie, bijoux, acces­soires, pièces de prêt-à-por­ter, objets d’art et de déco­ra­tion.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Certains sont par­fois issus de maté­riaux recy­clés ou de cir­cuits courts. « La pièce unique ou fabri­quée en micro-série est sou­vent mise à l’honneur par [les] créa­teurs », ne manque pas de sou­li­gner RuBy‑e.

 

Parmi tous ces stands, ceux d’ar­ti­sans tels le salon d’un bar­bier, l’é­tal d’un sculp­teur fer­ron­nier, ou encore, pour la pre­mière fois au Grindmarket, celui d’un pho­to­graphe tra­vaillant au col­lo­dion humide, pro­cédé pho­to­gra­phique uti­lisé jus­qu’en 1880. De quoi se faire tirer le por­trait d’une manière plus qu’o­ri­gi­nale. « Je vous assure que c’est vrai­ment une belle expé­rience et que l’ob­jet final vous ravira », invite RuBy‑e.

 

 

Une diseuse de bonne aventure et une roue de la fortune

 

Ajoutons encore, pêle-mêle, les tatoueurs Fabian Lucky Seven (Belgique) et Mope (Suisse) qui réa­li­se­ront à quatre mains le même tatouage, la res­tau­ra­tion vegan friendly de Chez Marinette et, pour ceux qui s’in­quiè­te­raient de leur ave­nir, une diseuse de bonne aven­ture.

 

D’autres vont pou­voir ten­ter leur chance et gagner des lots de créa­teurs avec une roue de la for­tune. Enfin, si l’a­ve­nir n’est guère sou­riant et si la poisse per­siste pour ces der­niers, reste le bar Sailor Jerry qui peut les accueillir. Et peut-être les aider à se conso­ler ?

 

Spectacle de Lolla Wesh lors du dernier Grindmarket. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Spectacle de Lolla Wesh lors du der­nier Grindmarket. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Pour ryth­mer cette « jour­née fan­tas­tique » selon l’or­ga­ni­sa­tion, deux ani­ma­teurs de choix. Reuno, le chan­teur du groupe Lofofora et la « french Madonna » Lolla Wesh déjà invi­tée pour la sep­tième édi­tion du Grindmarket. Outre “ambian­cer” l’a­près-midi, cette « pin-up néo, post-moderne, après gardiste(sic), semi sosie de Lolly Wish, chan­teuse, actrice et drag queer » va pré­sen­ter des extraits de son « One queer show ».

 

Assurément de quoi mettre le feu à l’Heure bleue. « Faire se ren­con­trer ces deux per­sonnes hautes en cou­leur et éner­giques devrait pro­duire des étin­celles », pro­met RuBy‑e.

 

 

Du hula hoop, un pyro-clown et des reprises du répertoire punk

 

Mais ce n’est pas tout. « Avec Reuno, nous pro­po­sons aussi cette année de nou­veaux artistes, pour­suit RuBy‑e. Notamment avec le spec­tacle de hula hoop lumi­neux de Lilla Chupa Hoops, une artiste de niveau inter­na­tio­nal. D’autres étin­celles éga­le­ment avec le numéro d’El Nikito, “pyro-clown” jon­gleur de feu.

 

Stand de bijoux lors du dernier Grindmarket. © Joël Kermabon - Place Gre'net.

Stand de bijoux lors du der­nier Grindmarket. © Joël Kermabon – Place Gre’net.

Sans oublier la dédi­cace et la pro­jec­tion de l’artiste lyon­nais Jean-Luc Navette et une expo­si­tion de Manon Weiser. Le tout dans l’am­biance musi­cale de style garage, soul, rythm & blues, punk crée par le DJ 10g LeFourb’.

 

Enfin, pour cou­ron­ner le tout, l’a­près-midi va s’a­che­ver par un concert du groupe Monsieur Machango.

 

« C’est un groupe qui joue des reprises du réper­toire punk mais plu­tôt “fami­liales”, “open” , et qui cor­res­pondent à tous les publics », pro­met RuBy‑e. En résumé, une belle après-midi à des­ti­na­tion de tous en pers­pec­tive. Et de quoi faire quelques trou­vailles ori­gi­nales dans une ambiance réso­lu­ment rock’n’­roll.

 

Joël Kermabon

 

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
1938 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.