Les Éléphants perdus, film du réalisateur isérois Claude Andrieux, décroche le label Art et essai

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

FIL INFO — Les Éléphants perdus, premier long-métrage de fiction du documentariste isérois Claude Andrieux, rencontre un beau succès de démarrage. Après être resté quatre semaines à l’affiche à Paris et Grenoble, le film vient d’obtenir le label Art et essai. De quoi ouvrir les portes d’autres salles du territoire national ?

 

Le premier long-métrage de fiction du documentariste isérois Claude Andrieux Les Éléphants perdus a obtenu le précieux label Art et essai.

Belle réussite pour Les Éléphants perdus, premier long-métrage de l’Isérois Claude Andrieux. Après une longue carrière de documentariste passionné de montagne, le réalisateur natif d’Échirolles s’est en effet tourné vers la fiction avec ce film, diffusé dans deux salles : Le Saint-André-des-Arts à Paris, et Le Club à Grenoble. Et le succès est au rendez-vous : Les Éléphants perdus se sont maintenus à l’affiche durant quatre semaines. Et viennent d’obtenir le label Art et essai.

 

Décerné à des réalisations « possédant d’incontestables qualités mais n’ayant pas obtenu l’audience qu’elles méritaient », le label art et essai peut ouvrir de nombreuses portes.

 

Les Éléphants perdus, bientôt à l’affiche dans plusieurs autres villes de France ? Les Grenoblois pourront en tout cas profiter d’une séance de rattrapage, le samedi 2 mars à 17 h 50, toujours au cinéma Le Club.

 

 

Un road-trip avec contrebasse sur le toit

 

Pensé comme un « huis-clos en pleine nature », Les Éléphants perdus narrent le périple de deux hommes au travers de paysages islandais aussi magnifiques que surréalistes. Road-trip en voiture avec contrebasse sur le toit, Les Éléphants perdus étudient la relation entre ces deux inconnus, qu’une génération sépare, et qui va rapidement se dégrader. Avec en filigrane une profond questionnement sur la paternité.

 

 

Si le sujet peut sembler difficile, l’accueil du public n’en est pas moins bienveillant. « Touchant et sensible », « poétique et profond », « grande sincérité », « film-voyage à voir absolument »… Les critiques postées par les internautes sur le site Allociné témoignent d’un attachement certain des spectateurs à cette première réalisation. Reste à savoir à présent si Les Éléphants perdus réussiront à s’imposer sur l’ensemble du réseau Art et essai de l’Hexagone, voire au-delà.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
841 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.