Des usagers des TER Auvergne-Rhône-Alpes dénoncent une « désorganisation » de la SNCF et demandent un remboursement à 100 % des abonnements.

Le Collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes appelle les élus… et les gilets jaunes à manifester le samedi 2 mars

Le Collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes appelle les élus… et les gilets jaunes à manifester le samedi 2 mars

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Le collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes accuse l’État de laisser sciemment « pourrir » la ligne ferroviaire Grenoble-Veynes-Gap en jouant la montre sur les études à réaliser. Et appelle à un rassemblement le 2 mars autant des élus que des gilets jaunes. Soutenus par de nombreuses collectivités, les travaux à réaliser sur l’axe ferroviaire semblent en effet transcender les clivages politiques.

 

 

Face à un État accusé de « jouer la montre », le Collectif de l’Étoile fer­ro­viaire de Veynes en appelle aux écharpes tri­co­lores des élus… et aux gilets jaunes. Une mani­fes­ta­tion est ainsi pré­vue le samedi 2 mars à 14 h 30 sur le rond-point du Fau, à Monestier-de-Clermont. Objectif ? Exiger du gou­ver­ne­ment qu’il s’en­gage finan­ciè­re­ment dans les tra­vaux de régé­né­ra­tion de la voie fer­ro­viaire Grenoble-Veynes-Gap.

 

Un train en gare de Clelles, sur la ligne Grenoble-Veynes-Gap © Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes

Un train en gare de Clelles, sur la ligne Grenoble-Veynes-Gap. © Collectif de l’é­toile fer­ro­viaire de Veynes

 

Motif de la colère du col­lec­tif ? L’État s’est engagé à mener des études, en lien avec les col­lec­ti­vi­tés pour iden­ti­fier les axes fer­ro­viaires prio­ri­taires pou­vant béné­fi­cier d’une aide. Confiée au pré­fet François Philizot, la mis­sion est cen­sée prendre fin en mars 2019. Pourtant, aucune étude n’a pour l’heure été réa­li­sée sur la ligne Grenoble-Gap. Une situa­tion que Grenoble-Alpes-Métropole a d’ailleurs dénon­cée auprès du pré­fet de région.

 

 

Une question qui transcende les clivages politiques

 

Pour le col­lec­tif, la situa­tion est d’au­tant plus absurde que plu­sieurs acteurs publics se disent prêts à mettre la main au por­te­feuille. C’est le cas de la Métro, qui a voté un bud­get mobi­li­sable de 2 mil­lions. C’est aussi le cas du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Ces der­niers ont ainsi cha­cun adopté un vœu actant leur inten­tion de par­ti­ci­per finan­ciè­re­ment à des tra­vaux sur la ligne, dans le cadre du contrat de plan État-région (CPER).

 

Le Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes multiplie les actions, comme ici en mars 2018 dans les locaux de la SNCF Réseau Chambéry © SEAU

Le Collectif de l’é­toile fer­ro­viaire de Veynes mul­ti­plie les actions, comme ici en mars 2018 dans les locaux de la SNCF Réseau Chambéry. © Seau

 

La Communauté de com­munes du Trièves, les com­munes isé­roises de Lalley ou de Gresse-en-Vercors, ou la drô­moise Lus-la-Croix-haute se disent, elles aussi, prêtes à par­ti­ci­per. De même que le Département des Hautes-Alpes et la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Face à cet engoue­ment mas­sif des col­lec­ti­vi­tés, les usa­gers de l’Étoile fer­ro­viaire de Veynes s’é­tonnent du silence de l’État, soup­çonné de lais­ser sciem­ment « pour­rir la voie ».

 

La ques­tion semble trans­cen­der les cli­vages poli­tiques. Ainsi, plu­sieurs élus ont-ils annoncé leur par­ti­ci­pa­tion ou leur repré­sen­ta­tion à la mani­fes­ta­tion. Parmi les­quels le député En marche des Hautes-Alpes Joël Giraud et la maire de Clelles et conseillère régio­nale Les Républicains Marie-Claire Terrier. Sans oublier le séna­teur “rouge-vert¨ de l’Isère Guillaume Gontard ou le vice-pré­sident de la Métro en charge des Déplacements Yann Mongaburu.

 

FM

 

LA FNAUT DÉNONCE DES TER AUVERGNE-RHÔNE-ALPES SURCHARGÉS

 

Le Collectif de l’Étoile fer­ro­viaire de Veynes n’est pas seul à pro­tes­ter. La Fnaut Aura (Fédération natio­nale des asso­cia­tions d’u­sa­gers des trans­ports) dénonce ainsi « une situa­tion qui dure » : la sur­charge des trains régio­naux en Auvergne-Rhône-Alpes. En cause ? Des trains trop courts, qui n’offrent pas des capa­ci­tés suf­fi­santes pour les passagers.

 

Sur les réseaux sociaux (ici Twitter), les usagers ne manquent pas de dénoncer des trains TER bondés sur les lignes Auvergne-Rhône-Alpes

Sur les réseaux sociaux (ici Twitter), les usa­gers ne manquent pas de dénon­cer des trains TER bon­dés sur les lignes Auvergne-Rhône-Alpes.

 

En 2018, la Fnaut avait déjà inter­pellé la Région Auvergne-Rhône-Alpes comme la SNCF sur cette ques­tion. « La SNCF expli­quait alors que cette situa­tion était conjonc­tu­relle et était liée à des immo­bi­li­sa­tions pour pannes, mise au point de nou­veaux maté­riels, répa­ra­tions pour acci­dent… », écrit-elle. Problème : un an après, rien n’a changé, selon la Fédération.

 

La SNCF et la Région sur le gril

 

Parmi les photographies qui circulent sur les réseaux sociaux : Un TER Roanne-Lyon bondé, décembre 2018. DR

Photographie qui cir­cule sur les réseaux sociaux : un TER Roanne-Lyon bondé, décembre 2018. DR

« Les années passent et l’inaction devient inac­cep­table », fait ainsi savoir la Fnaut. Qui attend la mise en place de trains adap­tés en taille à leur fréquentation.

 

Le regrou­pe­ment d’u­sa­gers exige ainsi de la SNCF qu’elle trouve une solu­tion à ses pro­blèmes de main­te­nance, et de la Région qu’elle achète ou loue du maté­riel sup­plé­men­taire pour aug­men­ter le nombre de places.

 

Parmi les solu­tions pro­po­sées, la Fnaut sug­gère ainsi à la Région de faire appel à d’autres conseils régio­naux pour se faire prê­ter des trains, « comme la Région Ile de France vient de le faire ». Et la Fédération de rap­pe­ler que le fer­ro­viaire consti­tue une réponse pos­sible aux embou­teillages et à la pol­lu­tion atmo­sphé­rique. Avant de conclure : « Encore faut-il avoir suf­fi­sam­ment de trains ! ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La justice ordonne la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble
La justice ordonne la suspension de l’arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble

FIL INFO — Le tribunal administratif de Grenoble ordonne à la Ville de Grenoble la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations siglées Place(s) aux enfants. Lire plus

Conseil métropolitain : le groupe Une métropole d’avance demande au gouvernement de déclarer « l’état d’urgence climatique »

FOCUS - Le groupe Une métropole d'avance (Uma) a formulé un vœu demandant au gouvernement de déclarer l'état d'urgence climatique lors du conseil métropolitain de Lire plus

Place(s) aux enfants: nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble
Place(s) aux enfants : nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble

FOCUS - Alors que la Ville de Grenoble vient de présenter (de nouveau) le déploiement du dispositif Place(s) aux enfants, la colère contre la piétonnisation d'une dizaine Lire plus

Fermeture d'Esclangon: Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole?
Fermeture d’Esclangon : Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole ?

FOCUS - La décision de la Ville de Grenoble de ne pas rouvrir, comme attendu, le pont Esclangon dans son sens Grenoble-Fontaine provoque la colère Lire plus

Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition
Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition

FOCUS - Sept ans après leur disparition, les colonnes Morris JCDecaux refont leur apparition dans le paysage urbain grenoblois. De quoi susciter l'ironie du groupe Lire plus

Jugement du Tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier: une validation, ou un camouflet?
Jugement du tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier : une validation ou un camouflet ?

FOCUS - Saisi par un commerçant, le tribunal administratif de Grenoble a rendu son jugement sur la question de la piétonnisation de la rue Cuvier. Lire plus

Flash Info

|

23/01

23h39

|

|

22/01

16h03

|

|

22/01

15h43

|

|

21/01

12h23

|

|

21/01

9h48

|

|

20/01

11h24

|

|

20/01

10h02

|

|

19/01

13h19

|

|

19/01

11h57

|

|

19/01

11h18

|

Les plus lus

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Chloé LE BRET

Politique| Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère municipale à l’égalité des droits, démissionne suite à « une rupture de confiance »

Politique| Forte affluence à Grenoble pour la journée de grève dans l’Éducation nationale du jeudi 13 janvier

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin