Nombreuses réactions après le décès de Pierre Gascon, résistant et ancien déporté

sep article

Creative Mobilities Mou

FIL INFO – La disparition de Pierre Gascon, membre de la Résistance et ancien déporté, a suscité une vive émotion au sein de la classe politique iséroise. Passeur de mémoire, Pierre Gascon aura été une figure de la vie politique du département, en tant que premier adjoint du maire Alain Carignon et conseiller général, mais aussi président du tribunal de commerce de Grenoble.

 

 

Pierre Gascon dans sa jeunesse © Photo Coll. MRDI

Pierre Gascon dans sa jeunesse © Photo Coll. MRDI

Les réactions sont nombreuses après l’annonce de la disparition de Pierre Gascon, décédé mercredi 13 février. Né le 15 mai 1921, le jeune étudiant intégra la Résistance à l’âge de 20 ans. Il fut arrêté le 21 septembre 1943, puis déporté et interné au camp de concentration de Buchenwald jusqu’à la Libération par les troupes américaines le 6 mai 1945. S’il est revenu vivant de Buchenwald, ce n’est pas le cas de son père, également résistant, qui y a trouvé la mort.

 

Pierre Gascon a été par la suite chef d’entreprise et président du tribunal de commerce de Grenoble. Mais également conseiller général de l’Isère et conseiller régional Rhône-Alpes, ainsi que premier adjoint de la Ville de Grenoble en 1983. En parallèle, Pierre Gascon témoignera toute sa vie de son expérience de résistant et des horreurs de la guerre.

 

En lui rendant hommage, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler qu’il a contribué à sa fondation en 1966.

 

 

Alain Carignon salue la mémoire de son ancien premier adjoint

 

Dans un communiqué, l’ancien maire de Grenoble Alain Carignon fait part de sa grande émotion à l’annonce de ce décès. Et rend hommage à celui qui fut son adjoint. « Il a été un premier adjoint au maire exemplaire, gérant l’administration communale avec une autorité acceptée de tous et un sens de l’humain apprécié des employés municipaux », écrit-il.

 

Le camp de concentration de Buchenwald en 1945. Pierre Gascon y perdra son père, également résistant et déporté. DR

Le camp de concentration de Buchenwald en 1945. Pierre Gascon y perdra son père, également résistant et déporté. DR

 

Sans oublier de régler des comptes, en ajoutant : « Il a fait face ensuite et vaincu avec une force qui fait mon admiration les attaques judiciaires de ses adversaires politiques qui n’ont pas eu la décence de respecter ses engagements et son grand âge. »

 

Des péripéties judiciaires en face desquelles, écrit encore Alain Carignon, Pierre Gascon « a fait preuve d’une élégance, d’un détachement apparent, d’une hauteur de vue qui semait loin les médiocres ». Et de souligner la discrétion de l’homme face à son passé douloureux : « Jamais il n’a fait la moindre allusion à son expérience de l’horreur, même si on pouvait lire dans son attitude qu’il était désormais à l’abri de toutes les petitesses. »

 

 

Hommages de la Ville de Grenoble, du Département et de la Région

 

Tonalité bien différente du côté de la municipalité grenobloise, qui présente à sa famille ainsi qu’à ses proches ses sincères condoléances. Et rappelle qu’en 2017 Éric Piolle avait remis à Pierre Gascon la médaille d’or de la Ville « pour saluer sa vie d’engagement, sa force et son courage ».

 

Pierre Gascon © Matthieu Chamussy - Facebook

Pierre Gascon © Matthieu Chamussy – Facebook

Le conseiller municipal d’opposition de Grenoble Matthieu Chamussy évoque lui aussi « un homme d’engagements » et un passeur de mémoire. Jean-Pierre Barbier, président du Département de l’Isère, salue pour sa part « le sens du dialogue, la rigueur et l’humanisme » de Pierre Gascon, désigné comme « un exemple à suivre ».

 

Le sénateur  de l’Isère Michel Savin et le vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Yannick Neuder ont également tous deux exprimé leur tristesse. « C’est un homme de valeurs, qui donnait sens aux mots honneur et engagement qui nous quitte », écrit ainsi Yannick Neuder.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1521 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Un grand homme et un ami s’en est allé tranquillement et sans bruit.
    Mr Pierre Gascon a tant fait pour que la  »mémoire » survive à toutes les atrocités qu’il a vécues durant sa déportation. Il a été durant ces 75 dernières années un exemple pour tous tant par sa simplicité, sa moralité, ses compétences que par sa foi en l’homme.
    Qu’il repose en paix après une vie bien remplie de peines et de joies.

    sep article
  2. Ne le prenez pas mal, je ne fais aucun procès à Place Gren’et , mais quelle drôle d’idée que de
     » légitimer » ainsi post mortem une figure dont ( j’imagine, mais peut-être je me trompe) plus grand monde ne se souvient ,… et de tendre le micro à un homme que la justice a condamné , y compris à l’inéligibilité ? en avez vous profité pour lui demander si les nuages de Tchernobyl sont toujours aux frontières ?

    sep article
    • FM

      15/02/2019
      15:12

      Bonjour. Nous ne « légitimons » ou n’illégitimons personne. Nous évoquons les réactions unanimes autour du décès d’un résistant et ancien déporté. Cordialement.

      sep article
    • Ignoble commentaire qui fait la preuve de votre bassesse ! Une chose est sûre: lorsque vous ne serez plus de ce monde non seulement personne ne  »tentera » de vous légitimer mais surtout personne ne se préoccupera de votre sort…..
      Vous auriez pu pour une fois faire preuve de décence à l’égard d’un personnage, d’un rescapé des camps nazis et âgé de 97 ans !

      sep article