Loi Santé légiférée par ordonnances : la CGT interpelle les députés de l’Isère

sep article



FIL INFO – La loi Santé qui doit être adoptée d’ici l’été inquiète la CGT en Isère. Plusieurs mesures de fond sont prévues pour être légiférées sans débat, par ordonnances, comme le statut des personnels hospitaliers ou la gouvernance et le financement des hôpitaux de proximité. Le syndicat dénonce une organisation de plus en plus libérale.

 

 

Médecins, personnel soignant, hopital couple enfant, CHU La tronche© Chloé Ponset - Place Gre'net

CHU La tronche © Chloé Ponset – Place Gre’net

Le pro­jet de loi Santé qui vient d’être pré­senté en Conseil des ministres inquiète les repré­sen­tants de la CGT Isère. Alors que la loi Santé doit pas­ser en com­mis­sion des affaires sociales le 12 mars pro­chain, le syn­di­cat inter­pelle les dépu­tés isé­rois dans un cour­rier. Parmi les­quels, Olivier Véran, son rap­por­teur géné­ral.

 

La CGT s’in­quiète notam­ment de plu­sieurs mesures qui doivent être prises par ordon­nances. Seraient ainsi légi­fé­rés sans débat la for­ma­tion conti­nue des méde­cins, les condi­tions d’exer­cice et le sta­tut des per­son­nels hos­pi­ta­liers, l’or­ga­ni­sa­tion, le finan­ce­ment et la gou­ver­nance des six cents hôpi­taux de proxi­mité, la gra­da­tion des éta­blis­se­ments de santé, le rendu obli­ga­toire des pres­crip­tions déma­té­ria­li­sées, les moda­li­tés d’exer­cice des agences régio­nales de santé (ARS), avec un ren­for­ce­ment de leur pou­voir. Tout comme la sim­pli­fi­ca­tion du régime de fusion des éta­blis­se­ments de santé.

 

 

La CGT réclame un vrai débat citoyen, social et parlementaire

 

À l’heure du grand débat natio­nal, rien pour la CGT ne jus­ti­fie un tel choix ni une telle pré­ci­pi­ta­tion. Le syn­di­cat réclame un vrai débat « citoyen, social et par­le­men­taire » sur la santé. Sans quoi on s’a­che­mine, selon elle, vers une orga­ni­sa­tion de plus en plus libé­rale et une dégra­da­tion crois­sante du sys­tème de soins fran­çais.

 

Malaise au CHU de Grenoble : après le rapport Couty, la direction a mis en place un plan d'actions pour améliorer les conditions de travail. Verdict dans un un ?

© Patricia Cerinsek

 

Les urgences, la CGT les voit ailleurs. Dans l’en­gor­ge­ment des urgences hos­pi­ta­lières, l’ab­sence de per­ma­nence de soins la nuit et les week-ends, le déve­lop­pe­ment des déserts médi­caux, l’aug­men­ta­tion des restes à charge avec les dépas­se­ments d’ho­no­raires, les for­faits hos­pi­ta­liers ou les péna­li­tés… Sans par­ler du manque de per­son­nel.

 

 

Les missions des hôpitaux de proximité repensées

 

Ce manque de moyens humains, la ministre de la Santé entend y répondre en redé­fi­nis­sant les mis­sions des hôpi­taux de proxi­mité, qui seront recen­trés sur la méde­cine géné­rale, la géria­trie et la réédu­ca­tion. Sans chi­rur­gie ni mater­nité, donc.

 

Université de Grenoble, Medecine et Pharmacie, La Tronche © Chloé Ponset - Place Gre'net

Université de Grenoble, Médecine et Pharmacie. © Chloé Ponset – Place Gre’net

En sup­pri­mant aussi le nume­rus clau­sus et le concours de fin de pre­mière année d’é­tudes de santé. Deux mesures qui per­met­traient d’aug­men­ter d’en­vi­ron 20 % le nombre de méde­cins for­més. Sans que l’on sache encore quelle forme de sélec­tion sera mise en place à la fin de la pre­mière année…

 

Le pro­jet de loi pré­voit aussi la régio­na­li­sa­tion des for­ma­tions médi­cales. Une mesure qui laisse scep­tique la CGT Isère. « L’état de déla­bre­ment des moyens alloués aux uni­ver­si­tés et leur impos­si­bi­lité d’augmenter le nombre d’étudiants laissent pla­ner un doute sur la réa­lité d’une mesure plus média­tique qu’effective », sou­ligne-t-elle dans son cour­rier.

 

Après son pas­sage devant la com­mis­sion des affaires sociales, la loi Santé sera pré­sen­tée devant les deux assem­blées pour être adop­tée avant l’été.

 

PC

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1580 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Est-ce qu’on peut m’ex­pli­quer (gen­ti­ment) à quoi sert le Grand Débat, s’il n’y a même pas de « Petit » débat à l’as­sem­blée natio­nale et que les lois sont prises par ordon­nances ? ne serait-ce pas qu’un vaste bla-bla-bla ?
    bla-bla-bla = « Cette ono­ma­to­pée tri­par­tite, inven­tée par Paul Gordeaux désigne les expres­sions ampou­lées et conven­tion­nelles qui per­mettent au minis­tère de nous entre­te­nir d’espoirs chi­mé­riques … »
    https://fr.wiktionary.org/wiki/bla-bla-bla

    sep article