La société Prophesee implante à Grenoble un centre de recherche dédié à la voiture autonome

sep article



FIL INFO – La start-up Prophesee, à l’origine d’une technologie imitant l’œil et le cerveau humain, annonce l’implantation à Grenoble d’un centre d’excellence qui sera composé in fine d’une quinzaine d’ingénieurs. Objectif ? Travailler au développement de l’intégration de sa technologie dans les systèmes de véhicules autonomes.

 

 

Grenoble va-t-elle jouer un rôle dans le déve­lop­pe­ment de la voi­ture auto­nome ? La société Prophesee le laisse pen­ser en annon­çant l’ou­ver­ture d’un « centre d’ex­cel­lence » au sein de la capi­tale des Alpes. Créatrice d’une tech­no­lo­gie imi­tant l’œil et le cer­veau humain, Prophesee tra­vaille notam­ment dans le champ de la « méta­vi­sion des machines ». Et s’in­té­resse tout par­ti­cu­liè­re­ment au mar­ché de la voi­ture sans chauf­feur.

 

Visuel de la société Prophesee © Prophesee

Visuel de la société Prophesee. © Prophesee

 

« L’objectif prin­ci­pal de ce déploie­ment est l’intégration com­plète des tech­no­lo­gies de vision neu­ro­mor­phique event-based [basé sur des évé­ne­ments, ndlr] de Prophesee dans des véhi­cules auto­nomes », explique ainsi la société.

 

Sans oublier de van­ter la répu­ta­tion de l’é­co­sys­tème indus­triel gre­no­blois « en matière de recherche et de déve­lop­pe­ment de tech­no­lo­gies d’i­ma­ge­rie ». Dans la (méta)vision de l’en­tre­prise, aucun doute : Grenoble n’est rien de moins que la « French Imaging Valley » (val­lée de l’i­ma­ge­rie fran­çaise).

 

 

Une quinzaine d’ingénieurs recrutés

 

D’ici la fin de l’an­née 2019, une quin­zaine d’in­gé­nieurs devraient inté­grer le nou­veau centre de déve­lop­pe­ment, ins­tallé dans le quar­tier de la Presqu’île scien­ti­fique. Un ren­for­ce­ment de l’é­quipe de la start-up qui pas­sera par des embauches d’ex­perts, en par­ti­cu­lier dans les domaines de la concep­tion de cap­teurs, des logi­ciels inté­grés et de la tech­no­lo­gie Adas (Advanced dri­ver-assis­tance sys­tems, autre­ment dit sys­tème avancé d’aide à la conduite).

 

La presqu'île scientifique accueillera le centre d'excellence de Prophesee. © ESRF

La pres­qu’île scien­ti­fique accueillera bien­tôt le centre d’ex­cel­lence de Prophesee. © ESRF

 

Le véhi­cule auto­nome ne consti­tue pas le seul domaine de pros­pec­tion de Prophesee. L’entreprise énu­mère ainsi les autres champs d’ex­ploi­ta­tion, depuis l’au­to­ma­ti­sa­tion indus­trielle à la réa­lité aug­men­tée, en pas­sant les objets connec­tés, la sécu­rité ou la sur­veillance. Sans oublier le tra­vail autour de la res­tau­ra­tion de la vue pour des per­sonnes atteintes de cécité, autour d’un déve­lop­pe­ment d’une rétine en sili­cium, en col­la­bo­ra­tion avec Pixium Vision.

 

FM

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
3049 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Un centre de recherche à Grenoble pour des vehi­cules ? Il en dit quoi l’anti voi­tures vis­cé­ral Piolpot ? 😁

    sep article
    • On se détend Pierre, ce sont juste des cap­teurs, et des logi­ciels pour inter­pré­ter + pendre des déci­sions.
      La voi­ture auto­nome consti­tue un sujet por­teur car média­tique, il y a nombre d’autres usages autres.
      Bon, pis dans le monde de « tech bisou­nours » ce sera des voi­tures auto­nomes solaires élec­triques bio­dé­gra­dables à vent
      😀
      Pis allez, je ne peux m’en empê­cher, c’est comme si Monsieur CARIGNON enta­mait un nou­veau palais de jus­tice ;p

      sep article
    • « Anti-voi­ture »… Vous n’a­vez tou­jours pas com­pris la pro­blé­ma­tique des dépla­ce­ments dans une agglo­mé­ra­tion dont le coeur est contraint et dense… Il s’a­git de limi­ter la place de la voi­ture là où son pou­voir de nui­sance (pol­lu­tion ath­mo­sphé­rique, bruit, occu­pa­tion au sol) est maxi­mal. Il ne s’a­git de bou­ter la voi­ture en dehors des fron­tières de l’ag­glo­mé­ra­tion mais d’en limi­ter le nombre. C’est trop dur à piger pour votre cer­velle ? Ca ne vous choque pas qu’une per­sonne sol­li­cite 1,5 tonnes de métal et de plas­tique pour faire moins de 3km dans Grenoble ou sa pre­mière cou­ronne en créant de l’in­sé­cu­rité pour ceux qui se déplacent à pied ou à bicy­clette ? Apparemment non.

      Non seule­ment vos pro­pos sont pitoyables mais en plus, à force d’être répé­ti­tifs, ils en sont pathé­tiques. Sortez du XXème siècle et entrez dans le XXIème : ça va faire 20 ans qu’il a com­mencé !

      sep article