Jean-Charles Colas-Roy mis à l’index par deux de ses colistiers martinérois après son vote de la loi “anticasseurs“

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

FIL INFO – Le groupe politique d’opposition « SMH Demain » de la commune de Saint-Martin-d’Hères est au bord de l’implosion. Deux de ses membres demandent l’éviction de leur colistier Jean-Charles Colas-Roy, par ailleurs député LREM de la 2e circonscription de l’Isère. Le problème ? Celui-ci vient d’approuver la loi « anticasseurs ».

 

 

Jean-Charles Colas-Roy, LREM, est sommé de partir de son groupe SMH Demain par deux colisters qui désapprouvent son vote de la loi anticasseurs.Abdellaziz Guesmi, conseiller municipal d'opposition et président du groupe SMH Demain

Abdelaziz Guesmi, conseiller municipal d’opposition et président du groupe SMH Demain

Ça chauffe au sein du groupe d’opposition municipale SMH Demain. Abdelaziz Guesmi et Abdallah Shaiek, tous deux membres du groupe politique au sein du conseil municipal de Saint-Martin-d’Hères, demandent à Jean-Charles Colas-Roy de quitter ses rangs. Pourquoi cette mise à l’index ? Leur colistier, par ailleurs député LREM de la 2circonscription de l’Isère, vient de voter pour la loi anticasseurs.

 

« Voter la loi “anticasseurs”, c’est son droit. Qu’il assume sa décision mais ne la fasse pas assumer par d’autres ! », prévient Abdelaziz Guesmi, président de SMH Demain. Un groupe créé en 2017 plutôt hétéroclite à en juger sa composition : un élu sans étiquette et militant Cgétiste (Abdallah Shaiek), un ancien adjoint de la majorité qui a démissionné après deux semaines de mandat (Abdelaziz Guesmi), un écologiste (Philippe Charlot) et un député La République En Marche.

 

 

Les élus dénoncent une loi liberticide

 

La crise des gilets jaunes aura fait voler en éclats cette union bancale. « La loi anticasseurs est avant tout une loi anti-gilets jaunes et anti-manifestation, en particulier l’article 2 de cette loi, accuse Abdelaziz Guesmi.

 

Face-à-face tendu mais sans affrontements devant le McDonald's rue Félix Poulat, durant l'acte XI des gilets jaunes. © Place Gre'net - Jules Peyron

Face-à-face tendu mais sans affrontements devant le McDonald’s rue Félix-Poulat. © Place Gre’net – Jules Peyron

Je ne cautionne pas toutes les revendications des gilets jaunes. Mais, pour moi, cette loi est une régression démocratique », estime-t-il.

 

L’élu présage que désormais les préfets auront les mains libres pour interdire la tenue de manifestations.

 

L’ex-soutien de David Queiros, maire communiste de Saint-Martin-d’Hères, reproche enfin au député sa trop rare participation aux conseils municipaux. Et ne comprend pas non plus que Jean-Charles Colas-Roy ait choisi d’installer sa permanence sur la commune d’Échirolles.

 

 

L’intéressé n’a pas l’intention de partir…

 

De son côté, le député LREM, visiblement très surpris d’apprendre qu’on veut l’évincer, déclare dans un article du Dauphiné libéré paru ce mercredi 6 février n’avoir nullement l’intention de quitter le groupe « qu’il a aidé à sa co-construction ».

 

Le groupe d'opposition SMH Demain de Saint Martin d'Hères DR

Groupe d’opposition SMH Demain de Saint-Martin-d’Hères DR

Quant à l’écologiste Philippe Charlot, le quatrième membre du groupe politique, il apporte son soutien au député.

 

Si ce dernier veut rester ? Les deux élus prendront leurs distances, laisse entendre Abdelaziz Guesmi.

 

SC

 

commentez lire les commentaires
1269 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ces 2 élus, la démocratie, ils connaissent?

    sep article