Grève nationale : de nombreuses actions à Grenoble mardi 5 février et une manifestation devant le Medef

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FOCUS – La journée de grève et d’actions du mardi 5 février veut (re)jouer la carte de la « convergence des luttes ». À Grenoble, une manifestation débute à 14 heures devant le siège du Medef Isère, à l’angle Vallier-Libération. Mais des actions sont également prévues devant des lycées grenoblois ou sur le campus de Saint-Martin-d’Hères.

 

 

La « convergence des luttes » revient dans les discours à l’occasion du mouvement de grève national prévu le mardi 5 février. De nombreuses organisations syndicales participent à cette journée de mobilisation. Pariant même sur une « grève générale », elles promettent une « France en pause ». Sur Grenoble, la CGT, Solidaires Isère et Force ouvrière annoncent ainsi plusieurs actions et rassemblements par voie de tracts ou sur les réseaux sociaux.

 

Manifestation à Grenoble en décembre 2018. Pour le 5 janvier, le rassemblement est prévu devant les locaux du Medef Isère © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation à Grenoble en décembre 2018. Pour le 5 janvier, le rassemblement est prévu devant les locaux du Medef Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

La politique menée par Emmanuel Macron est toujours dans le viseur. « Le gouvernement et le patronat nous envoient dans le mur de l’autoritarisme et de la misère », écrit ainsi la CGT Isère dans l’un de ses tracts. C’est d’ailleurs pourquoi la “grande” manifestation grenobloise du mardi 5 février est prévue à 14 heures au croisement Libération-Vallier… précisément devant le siège du Medef Isère.

 

 

Des assemblées générales et des piquets de grève

 

La CGT appelle aussi à des assemblées générales sur tous les lieux de travail, à des « piquets de grève devant les entreprises, services et collectivités » et à des rassemblements dans les zones commerciales et industrielles. Le but ? Une journée « économie morte », et la création de « cahiers revendicatifs ». Dans lesquels s’exprimeront les « revendications professionnelles et de territoire ». Soit une réponse au Grand débat promu par l’État.

 

Drapeau de la CGT. © Léa Raymond - Place Gre'net

Drapeau de la CGT. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Les personnels des écoles maternelles et élémentaires de Grenoble ayant déjà prévenu la Ville de leur arrêt de travail, la municipalité a décidé de fermer une nouvelle fois les cantines scolaires. Les salariés de Carrefour sont, eux aussi, appelés à cesser le travail, et un rassemblement est prévu devant le Carrefour de Meylan. Enfin, la CGT et Précaires solidaires annoncent un autre rassemblement, cette fois devant l’agence Pôle Emploi La Bruyère de Grenoble.

 

 

Rassemblements devant des lycées et blocage du campus

 

Lycéens et étudiants entendent, eux aussi, se mobiliser. L’UNL Isère annonce ainsi « des actions matinales et unitaires » à partir de 9 heures du matin devant les lycées Stendhal et Eaux Claires de Grenoble. Suivies d’un rassemblement devant le rectorat à midi, avant de rejoindre la manifestation de Vallier-Libération. Les revendications ? « Plus de moyens pour l’éducation et les classes populaires » et « l’arrêt des violences policières », écrit le syndicat lycéen.

 

Manifestation étudiante et lycéenne à Grenoble en décembre 2018. © Jules Peyron - Place Gre'net

Manifestation étudiante et lycéenne à Grenoble en décembre 2018. © Jules Peyron – Place Gre’net

 

Du côté du campus, des actions de blocage sont également prévues. Pas des bâtiments en tant que tels, comme ce fut le cas en fin d’année scolaire 2018, mais des accès tramway via des ralentissements. « L’idée, ce n’est pas de faire un blocage qui durerait des semaines et semaines, mais de marquer le coup », explique Quentin Berzal de Solidaires étudiants. La hausse des frais d’inscription des étudiants étrangers est, une fois encore, dans le collimateur.

 

Des blocages, précise Quentin Berzal, qui viennent aussi en réponse à la position de la présidence de l’Université Grenoble-Alpes (UGA). « Il y a eu des échanges pour faire banaliser la journée de demain, afin que les étudiants puissent se rendre à la manifestation sans qu’il y ait de sanctions, d’absence ou de cours à rattraper », explique le militant. « C’est devant le refus de Patrick Lévy [président de l’UGA, ndlr] que ces blocages ont été organisés », ajoute-t-il.

 

 

Présence des Gilets jaunes

 

Le militant de Solidaires étudiants nous indique par ailleurs que des Gilets jaunes seront présents sur le campus dès le matin pour participer à ces actions de blocage. Une alliance qui n’a rien de surprenant puisque que les Gilets jaunes et les étudiants menaient déjà, le vendredi 1er février, une action commune contre cette réforme des frais d’inscription. Il est vrai que des militants de Solidaires étudiants avaient, dès le début, rejoint les Gilets jaunes en Isère.

 

Les Gilets jaunes appellent à soutenir la journée de grève nationale du 5 février. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les Gilets jaunes appellent à soutenir la journée de grève nationale du 5 février. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Quid, précisément, de la mobilisation des Gilets jaunes à l’occasion de cette journée de grève nationale ? Sur les réseaux sociaux, le mouvement relaie volontiers l’appel aux manifestations des syndicats. Si aucune action spécifique ne semble à l’ordre du jour, nul doute que nombre de Gilets jaunes seront aux côtés des manifestants devant le Medef à 14 heures. Et pour la suite ? « L’hiver sera chaud, chaud, chaud », promet par avance le syndicat Solidaires.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
6029 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.