Grève nationale : de nombreuses actions à Grenoble mardi 5 février et une manifestation devant le Medef

sep article



FOCUS – La journée de grève et d’actions du mardi 5 février veut (re)jouer la carte de la « convergence des luttes ». À Grenoble, une manifestation débute à 14 heures devant le siège du Medef Isère, à l’angle Vallier-Libération. Mais des actions sont également prévues devant des lycées grenoblois ou sur le campus de Saint-Martin-d’Hères.

 

 

La « conver­gence des luttes » revient dans les dis­cours à l’oc­ca­sion du mou­ve­ment de grève natio­nal prévu le mardi 5 février. De nom­breuses orga­ni­sa­tions syn­di­cales par­ti­cipent à cette jour­née de mobi­li­sa­tion. Pariant même sur une « grève géné­rale », elles pro­mettent une « France en pause ». Sur Grenoble, la CGT, Solidaires Isère et Force ouvrière annoncent ainsi plu­sieurs actions et ras­sem­ble­ments par voie de tracts ou sur les réseaux sociaux.

 

Manifestation à Grenoble en décembre 2018. Pour le 5 janvier, le rassemblement est prévu devant les locaux du Medef Isère © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation à Grenoble en décembre 2018. Pour le 5 jan­vier, le ras­sem­ble­ment est prévu devant les locaux du Medef Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

La poli­tique menée par Emmanuel Macron est tou­jours dans le viseur. « Le gou­ver­ne­ment et le patro­nat nous envoient dans le mur de l’au­to­ri­ta­risme et de la misère », écrit ainsi la CGT Isère dans l’un de ses tracts. C’est d’ailleurs pour­quoi la “grande” mani­fes­ta­tion gre­no­bloise du mardi 5 février est pré­vue à 14 heures au croi­se­ment Libération-Vallier… pré­ci­sé­ment devant le siège du Medef Isère.

 

 

Des assemblées générales et des piquets de grève

 

La CGT appelle aussi à des assem­blées géné­rales sur tous les lieux de tra­vail, à des « piquets de grève devant les entre­prises, ser­vices et col­lec­ti­vi­tés » et à des ras­sem­ble­ments dans les zones com­mer­ciales et indus­trielles. Le but ? Une jour­née « éco­no­mie morte », et la créa­tion de « cahiers reven­di­ca­tifs ». Dans les­quels s’ex­pri­me­ront les « reven­di­ca­tions pro­fes­sion­nelles et de ter­ri­toire ». Soit une réponse au Grand débat promu par l’État.

 

Drapeau de la CGT. © Léa Raymond - Place Gre'net

Drapeau de la CGT. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Les per­son­nels des écoles mater­nelles et élé­men­taires de Grenoble ayant déjà pré­venu la Ville de leur arrêt de tra­vail, la muni­ci­pa­lité a décidé de fer­mer une nou­velle fois les can­tines sco­laires. Les sala­riés de Carrefour sont, eux aussi, appe­lés à ces­ser le tra­vail, et un ras­sem­ble­ment est prévu devant le Carrefour de Meylan. Enfin, la CGT et Précaires soli­daires annoncent un autre ras­sem­ble­ment, cette fois devant l’a­gence Pôle Emploi La Bruyère de Grenoble.

 

 

Rassemblements devant des lycées et blocage du campus

 

Lycéens et étu­diants entendent, eux aussi, se mobi­li­ser. L’UNL Isère annonce ainsi « des actions mati­nales et uni­taires » à par­tir de 9 heures du matin devant les lycées Stendhal et Eaux Claires de Grenoble. Suivies d’un ras­sem­ble­ment devant le rec­to­rat à midi, avant de rejoindre la mani­fes­ta­tion de Vallier-Libération. Les reven­di­ca­tions ? « Plus de moyens pour l’é­du­ca­tion et les classes popu­laires » et « l’ar­rêt des vio­lences poli­cières », écrit le syn­di­cat lycéen.

 

Manifestation étudiante et lycéenne à Grenoble en décembre 2018. © Jules Peyron - Place Gre'net

Manifestation étu­diante et lycéenne à Grenoble en décembre 2018. © Jules Peyron – Place Gre’net

 

Du côté du cam­pus, des actions de blo­cage sont éga­le­ment pré­vues. Pas des bâti­ments en tant que tels, comme ce fut le cas en fin d’an­née sco­laire 2018, mais des accès tram­way via des ralen­tis­se­ments. « L’idée, ce n’est pas de faire un blo­cage qui dure­rait des semaines et semaines, mais de mar­quer le coup », explique Quentin Berzal de Solidaires étu­diants. La hausse des frais d’ins­crip­tion des étu­diants étran­gers est, une fois encore, dans le col­li­ma­teur.

 

Des blo­cages, pré­cise Quentin Berzal, qui viennent aussi en réponse à la posi­tion de la pré­si­dence de l’Université Grenoble-Alpes (UGA). « Il y a eu des échanges pour faire bana­li­ser la jour­née de demain, afin que les étu­diants puissent se rendre à la mani­fes­ta­tion sans qu’il y ait de sanc­tions, d’ab­sence ou de cours à rat­tra­per », explique le mili­tant. « C’est devant le refus de Patrick Lévy [pré­sident de l’UGA, ndlr] que ces blo­cages ont été orga­ni­sés », ajoute-t-il.

 

 

Présence des Gilets jaunes

 

Le mili­tant de Solidaires étu­diants nous indique par ailleurs que des Gilets jaunes seront pré­sents sur le cam­pus dès le matin pour par­ti­ci­per à ces actions de blo­cage. Une alliance qui n’a rien de sur­pre­nant puisque que les Gilets jaunes et les étu­diants menaient déjà, le ven­dredi 1er février, une action com­mune contre cette réforme des frais d’ins­crip­tion. Il est vrai que des mili­tants de Solidaires étu­diants avaient, dès le début, rejoint les Gilets jaunes en Isère.

 

Les Gilets jaunes appellent à soutenir la journée de grève nationale du 5 février. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les Gilets jaunes appellent à sou­te­nir la jour­née de grève natio­nale du 5 février. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Quid, pré­ci­sé­ment, de la mobi­li­sa­tion des Gilets jaunes à l’oc­ca­sion de cette jour­née de grève natio­nale ? Sur les réseaux sociaux, le mou­ve­ment relaie volon­tiers l’ap­pel aux mani­fes­ta­tions des syn­di­cats. Si aucune action spé­ci­fique ne semble à l’ordre du jour, nul doute que nombre de Gilets jaunes seront aux côtés des mani­fes­tants devant le Medef à 14 heures. Et pour la suite ? « L’hiver sera chaud, chaud, chaud », pro­met par avance le syn­di­cat Solidaires.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
8438 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.