Deux gilets jaunes accusent la fac de médecine de Grenoble de censurer leur “coach virtuel”

sep article



EN BREF – Alain et Marie Rochedy sont allés manifester avec leurs gilets jaunes devant la faculté de médecine mardi 22 janvier entre 10 heures et 13 heures. Ils crient à la censure du « coach virtuel » qu’ils ont créé pour venir en aide aux étudiants en première année de médecine. Ce à quoi la faculté répond qu’elle ne peut pas promouvoir auprès de ses élèves des méthodes non agréées.

 

 

Alain et Marie Rochedy ont manifesté ce mardi de 10 à 13h devant la faculté. © Alain Rochedy

Alain et Marie Rochedy ont mani­festé mardi 22 jan­vier devant la faculté. © Alain Rochedy

Leur mani­fes­ta­tion n’aura pas fait grand bruit devant la faculté de méde­cine de Grenoble, ce mardi 22 jan­vier. Les deux retrai­tés gilets jaunes, qui devaient pas­ser la jour­née sur place, ont même décidé, devant le manque d’af­fluence, de quit­ter les lieux en début d’a­près-midi.

 

Ce manque de visi­bi­lité, c’est jus­te­ment ce que déplore Alain Rochedy. Ce der­nier tente ainsi en vain depuis des années de faire connaître sa for­ma­tion Avanst Educ aux étu­diants en Paces (pre­mière année com­mune des études de santé).

 

Une aide gra­tuite pour venir en sou­tien à tous ceux qui pré­parent le concours. Pourtant, lors­qu’on évoque la pla­te­forme devant Hugo et Nathan, deux étu­diants en cin­quième année de méde­cine, leur réponse est la même : « Jamais entendu par­ler ».

 

 

Une aide aux étudiants censurée par la faculté ?

 

Créée en 2015 par Alain Rochedy, la start-up Éditions Dilingco exploite un por­tail de for­ma­tion. Les étu­diants en pre­mière année de méde­cine peuvent y trou­ver gra­tui­te­ment des QCM et « un coach vir­tuel bre­veté qui encadre l’u­ti­li­sa­teur en fonc­tion de ses acquis », explique le chef d’en­tre­prise. Pour aller plus loin, les uti­li­sa­teurs sont éga­le­ment diri­gés vers un cahier de prise de notes édité par les Éditions Dilingco et dis­po­nible à l’a­chat pour une ving­taine d’eu­ros.

 

La faculté de médecine de Grenoble, c'est plus de 1500 étudiants en PACES. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

La faculté de méde­cine de Grenoble compte plus de 1500 étu­diants en Paces. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Seulement voilà, très peu d’é­tu­diants connaissent cette alter­na­tive. Et son fon­da­teur n’hé­site pas à crier à la cen­sure de la faculté. « Sous pré­texte de contrôle de la péda­go­gie, seuls les outils et docu­ments déve­lop­pés en interne sont uti­li­sables par les étu­diants. »

Le bouche à oreille ? « Les jeunes qui connaissent le site ne le disent pas à leurs cama­rades par peur de se faire dou­bler. » À 69 ans, l’an­cien ingé­nieur confie d’un air désa­busé : « C’est dépri­mant que je ne perce pas. »

 

Face aux accu­sa­tions de cen­sure, la faculté de méde­cine apporte une réponse très claire par la voie de sa direc­trice Caroline Van Der Heijde : « Monsieur Rochedy est quel­qu’un que nous connais­sons depuis long­temps. Nous lui avons déjà répondu plu­sieurs fois et nous l’a­vons reçu il y a deux ans. Il sou­haite que nous fas­sions la pro­mo­tion de ses outils auprès de nos étu­diants et que les pro­fes­seurs valident son tra­vail. Mais il n’est pas pro­fes­seur de méde­cine, et n’est pas habi­lité par le minis­tère. » Après quoi elle pré­cise : « Nous sommes patients et il n’a peut-être pas com­pris. Mais j’ai l’im­pres­sion de redire la même chose à chaque fois. »

 

 

Un « acte II » prévu la semaine prochaine

 

Aujourd’hui, le retraité le recon­naît : « Mon entre­prise et moi avons fait une erreur immense en vou­lant s’a­dres­ser aux pre­mières années de méde­cine. » Sa pla­te­forme de for­ma­tion en ligne concerne avant tout les œno­logues et caves coopé­ra­tives vini­coles. Mais c’est en voyant son neveu tom­ber en dépres­sion à la suite de son échec au concours de pre­mière année de méde­cine que l’ex-ingé­nieur a voulu déve­lop­per un outil gra­tuit des­tiné aux étu­diants en Paces.

 

Alain et Marie Rochedy réutilisent le symbole de la révolte populaire de ces derniers mois, le gilet jaune, pour manifester contre la "censure" dont ils se disent victimes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Alain et Marie Rochedy s’emparent du sym­bole de la révolte popu­laire de ces der­niers mois, le gilet jaune, pour mani­fes­ter contre la « cen­sure » dont ils se disent vic­times. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Trop tard pour lais­ser tom­ber : « C’est un bou­lot immense. La fac aurait dû me dire dès le début que ça ne l’in­té­res­sait pas. Mais ma fina­lité c’est d’être utile. C’est logique que je n’a­ban­donne pas. »

 

Alors Alain Rochedy res­sor­tira peut-être le gilet jaune la semaine pro­chaine pour un « acte II ». Pourquoi s’emparer de ce sym­bole d’une contes­ta­tion qui dure depuis le 17 novembre par­tout en France ?

 

« C’est le même pro­blème que les gilets jaunes à qui on impose des déci­sions. On peut appli­quer ça à la méde­cine. S’opposer à des déci­sions impo­sées, que ce soit la méde­cine ou le prix du gasoil, c’est du pur gilets jaunes. » Pourtant, le retraité l’af­firme : « J’espère qu’il n’y aura pas d’acte II ». À condi­tion cepen­dant, que la faculté de méde­cine réponde à ses nou­velles sol­li­ci­ta­tions d’ici là…

 

Jules Peyron

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
5145 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Bonjour,

    Une petite contre­vé­rité est énon­cée dans l’ar­ticle : je ne veux pas une pro­mo­tion du cahier de prise de note Anatomie os et muscles, mais seule­ment que l’UFR de méde­cine de Grenoble ne s’op­pose plus à son exper­tise.
    J’ai reçu, par erreur de des­ti­na­taire, un cour­riel où les res­pon­sables de l’UFR impo­saient à son pro­fes­seur d’a­na­to­mie, à l’en­contre de son accep­ta­tion ini­tiale, de ne pas exper­ti­ser l’ou­vrage !

    La cen­sure dépasse le cadre régio­nal puisque les cour­riels que j’a­dresse au pré­sident de la confé­rence des doyens des facul­tés de méde­cine fran­çaises (sorte de fédé­ra­tion des UFR de méde­cine) sont offi­ciel­le­ment retrans­mis et trai­tés par l’UFR de Grenoble.
    Je me trouve donc dans l’im­pos­si­bi­lité de trou­ver un pro­fes­seur d’a­na­to­mie de l’en­sei­gne­ment supé­rieur, le seul habi­lité, pour exper­ti­ser le cahier de prise de notes.
    Sans vali­da­tion offi­cielle de qua­lité et de la per­ti­nence pour les PACES, l’ou­vrage ne peut pas être pré­sent sur les rayon­nages des biblio­thèques de fac de méde­cine.
    Si vous n’ap­pe­lez pas cela de la cen­sure, sur­tout pour les étu­diants qui ne peuvent pas se payer des pré­pas pri­vées, alors que le coach vir­tuel avansteduc.com est gra­tuit, que le cahier de prise de notes n’est pas indis­pen­sable, et à pour voca­tion prin­ci­pale d’être sur les rayon­nages de biblio­thèques d’UFR de méde­cine, alors c’est quoi ?
    Pas de bouche à oreille, pas de pré­sence du cahier de prise de notes en biblio­thèques : le site est très peu uti­lisé.
    Aux quelques étu­diants gre­no­blois qui uti­lisent presque quo­ti­dien­ne­ment les QCM d’a­na­to­mie depuis plus de deux mois main­te­nant, pour­quoi n’en faite vous pas la pro­mo­tion ? (étrange ?!)

    Autre point à cor­ri­ger : « Mais il n’est pas pro­fes­seur de méde­cine, et n’est pas habi­lité par le minis­tère ».
    Le cour­riel du chargé de mis­sion auprès des UFR de méde­cine va à l’en­contre de l’op­po­si­tion gre­no­bloise à exper­ti­ser, et valide l’ac­cep­ta­tion ini­tiale de son pro­fes­seur d’a­na­to­mie : « La ques­tion s’a­dresse aux conser­va­teurs des biblio­thèques des Facultés de Médecine qui ont une auto­no­mie de ges­tion. En revanche, elles peuvent prendre l’a­vis d’en­sei­gnants de la spé­cia­lité pour véri­fier si le contenu est exact et s’il peut être mis à la dis­po­si­tion des étu­diants pour leur révi­sion du pro­gramme offi­ciel d’en­sei­gne­ment comme pour leurs exa­mens, et cela même s’il s’a­git d’un don. D’ailleurs, il existe sou­vent une com­mis­sion d’ac­qui­si­tion des ouvrages pour en vali­der la qua­lité scien­ti­fique. » 

    Depuis la ren­trée 2017, les 2 par­tiels annuels de pas­sage en 2ème année ont été rem­pla­cés à l’UFR de méde­cine de Grenoble par un contrôle continu sélec­tif.
    Le logi­ciel de contrôle et de clas­se­ment a‑t-il été réa­lisé par une société pri­vée ? Laquelle ? Y a‑t-il eu un appel d’offre ?

    Quel est le prix des poly­co­piés que le tuto­rat vend aux étu­diants de pre­mière année ? Quelle est la rému­né­ra­tion horaire des tuteurs lors­qu’ils assurent pour l’UFR de Grenoble une séance de tra­vail ?

    Aux res­pon­sables du tuto­rat méde­cine de Grenoble, aux tuto­rats des UFR des autres aca­dé­mies, je vous mets au défi d’in­for­mer vos col­lègues de pre­mière année de notre action gilets jaune.
    Si vous avez l’hon­nê­teté de publier sur votre forum le lien vers l’ar­ticle de Place Gre’nette, vous aurez droit à mes excuses de vous avoir soup­çonné de par­tia­lité.

    Les com­men­taires sont très durs, sur­tout si vous connais­siez les cir­cons­tances qui m’ont amené à réa­li­ser, année après année, un tel coach vir­tuel.
    Aux auteurs des com­men­taires et autres ama­teurs, mon adresse cour­riel est vtraining@dilingco.com, pré­ci­sez-moi votre télé­phone, je me ferai un plai­sir de vous nar­rer, à une table de café (Place Grenette ?), une incroyable his­toire.

    Alain Rochedy
    Président de la SAS Éditions Dilingco

    sep article
  2. A tous,
    Sauf qu’il y a une petite contre­vé­rité : je ne veux pas une pro­mo­tion du cahier de prise de note Anatomie os et muscles. Seulement que l’UFR de méde­cine de Grenoble ne s’op­pose plus à son exper­tise.
    Je rap­pelle que j’ai reçu, par erreur de des­ti­na­taire, un cour­riel où les res­pon­sables de l’UFR impo­saient à son pro­fes­seur d’a­na­to­mie, contre son gré, de ne pas exper­ti­ser l’ou­vrage !
    Je rap­pelle aussi que la cen­sure dépasse le cadre régio­nal puisque les cour­riers que j’a­dresse au pré­sident de la confé­rence des doyens de facul­tés de méde­cine fran­çaise sont offi­ciel­le­ment retrans­mis et trai­tés par l’UFR de Grenoble.
    Et sans vali­da­tion offi­cielle de qua­lité et de la per­ti­nence pour les étu­diants de pre­mière année de méde­cine, l’ou­vrage ne peut pas être pré­sent dans les biblio­thèques de fac de méde­cine.
    Si vous n’ap­pe­lez pas cela de la cen­sure, sur­tout pour les étu­diants qui ne peuvent pas se payer des pré­pas pri­vées, alors que le coach vir­tuel avansteduc.com est gra­tuit, alors c’est quoi ?

    Alain Rochedy
    Président de la SAS Éditions Dilingco

    sep article
  3. c’est presque un article « gorafi ».
    En gros : le gars gueule car on ne lui ouvre pas grand les portes. Alors que si il trac­tait, jouait sur le bouche à oreille les étu­diants auraient vus / tes­tés / pris la solu­tion et en auraient par­lés. Le coté « viral » aurait imposé de facto la solu­tion (tou­jours si elle avait une valeur per­çue suf­fi­sante).
    Là le Monsieur attend que la fac pousse sa solu­tion et ceci devrait lui être du?!
    Il dit inves­tir X res­sources sans avoir demandé ou même s’être posé a ques­tion du consen­te­ment ? Alors qu’une simple ques­tion lui aurait per­mis de voir les freins / la volonté de la fac, où même d’un prof.
    pour le coté start up, l’IHM laisse à dési­rer (doux euphé­misme) et le contenu ne s’ouvre pas sur Mozzilla (??!!)

    C’est triste pour le Monsieur mais il y a quand même des reven­di­ca­tions plus impor­tantes que d’autres
    (par exemple que la 1ere année soit un « mas­sacre » pour les étu­diants, le pro­cess de recru­te­ment et même le besoin d’ac­com­pa­gne­ment psy pour cer­tains qui se sont hyper inves­tis et qui tombent/ décom­pressent).

    sep article
  4. Un site qui semble déve­loppé par un sta­giaire débu­tant avec des textes illi­sibles et des gra­phiques dif­fi­ciles à appré­hen­der. Pas éton­nant qu’il n’in­té­resse pas les étu­diants en méde­cine. Qu’il construise un site de qua­lité pro­fes­sion­nelle et les étu­diants ne le bou­de­ront pas.

    sep article
  5. Interroger des étu­diants en CINQUIÈME année au sujet d’une pla­te­forme créé il y a MOINS DE QUATRE ANS pour les étu­diants de PREMIÈRE année n’é­tait peut-être pas le plus judi­cieux…

    « S’opposer à des déci­sions impo­sées, que ce soit la méde­cine ou le prix du gasoil, c’est du pur gilets jaunes. », dit M. Rochedy.
    Pour ma part, on m’im­pose l’heure à laquelle le fac­teur passe et celle à laquelle la bou­lan­ge­rie ouvre. Grâce à M. Rochedy, je sais main­te­nant com­ment réagir : j’en­file un GJ pour aller pro­tes­ter devant mon bureau dis­tri­bu­teur et ma bou­lan­ge­rie.

    sep article
  6. Le site est gra­tuit mais
    « Pour aller plus loin, les uti­li­sa­teurs sont éga­le­ment diri­gés vers un cahier de prise de notes édité par les Éditions Dilingco et dis­po­nible à l’achat pour une ving­taine d’euros »
    Et pour­quoi la faculté de méde­cine recom­man­de­rait cette prépa en ligne plus qu’une autre prépa pri­vée ?
    Est-ce que c’est ça l’esprit gilet jaune ?

    sep article