Grenoble accueille le Festival mortel, fête des morts dans la pure tradition mexicaine : une première en France

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

FIL INFO – Fêter les morts à la mexicaine ? C’est ce que propose le Festival mortel, samedi 26 janvier au Palais des sports de Grenoble. En s’inspirant de la tradition du “Dia de los muertos” mexicain, le Festival mortel promet rythmes latinos, spectacles variés, parades de crânes géants, costumes et maquillages… pour une soirée endiablée jusqu’au bout de la mort.

 

 

S’il est bien natu­rel de pleu­rer les morts, pour­quoi ne pas éga­le­ment les fêter ? C’est ce que font les Mexicains chaque année le 2 novembre, à l’oc­ca­sion d’un Dia de los muer­tos (« Jour des morts ») joyeux et car­na­va­lesque. Et c’est ce que sont invi­tés à faire les Grenoblois samedi 26 jan­vier au Palais des sports, à l’oc­ca­sion d’un « Festival mor­tel » direc­te­ment ins­piré de l’es­thé­tique et de l’es­prit de la tra­di­tion mexi­caine.

 

Le Palais des sports de Grenoble accueille samedi 26 janvier le Festival mortel, événément inédit inscrit dans la tradition du Dia de los muertos mexicain.Une procession du Dia de los muertos au Mexique. DR

Une pro­ces­sion du Dia de los muer­tos au Mexique. DR

 

Au pro­gramme de cet évé­ne­ment inédit en France ? De la musique, de la danse, de la zumba, une pro­ces­sion de crânes géants, et bien d’autres sur­prises encore. Sans oublier natu­rel­le­ment des cos­tumes… et des maquillages aux cou­leurs de la mort, comme la repré­sente le Dia de los muer­tos. Soit des visages blancs ornés de volutes noires ou colo­rées et d’un sou­rire caus­tique, consti­tuant une esthé­tique aussi typique qu’u­nique au monde.

 

 

Bientôt d’autres « Festivals mortels » en France ?

 

De 20 heures à (très) tard dans la nuit, les quelque 4 000 Grenoblois atten­dus au ren­dez-vous fête­ront les mots au rythme de sono­ri­tés latines. Le « line-up » de la soi­rée ? C’est le groupe Salseron Salsa de Grenoble et son réper­toire endia­blé qui ouvri­ront les fes­ti­vi­tés. Suivis de l’Electro-Swing de Dj Little Tune, de la musique urbaine latino de Ruben Conga, et du son club­bing de Franck R pour conclure la fête.

 

 

« Nous espé­rons offrir […] une expé­rience mémo­rable », explique au Petit Bulletin l’or­ga­ni­sa­teur de l’é­vé­ne­ment, Eduardo Rocha, lui-même d’o­ri­gine mexi­caine. L’engouement est en tout cas de mise : pas moins de 18 000 per­sonnes se disent inté­res­sées par l’é­vé­ne­ment sur sa page Facebook. Un accueil qui amène Eduardo Rocha à envi­sa­ger, dès à pré­sent, d’ex­por­ter son Festival mor­tel dans d’autres villes de France.

 

FM

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2418 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.