Un millier de personnes ont pris le tram la nuit de la Saint-Sylvestre à Grenoble : un « bilan positif » pour le SMTC

sep article



FIL INFO – Le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) dresse un bilan positif de la circulation exceptionnelle des tramways durant la nuit de la Saint-Sylvestre. Une première expérimentation convaincante, estime l’autorité de transports, tout particulièrement pour ce qui concerne la partie centrale du réseau.

 

 

Le Syndicat mixte des transports en commun dresse un bilan positif de la circulation exceptionnelle des tramways durant la nuit de la Saint-Sylvestre.L'affiche qui sera placardée dans les arrêts de tramway et 300 faces de véhicules. © SMTC

Affiche pla­car­dée dans les arrêts de tram­way et sur 300 faces de véhi­cules. © SMTC

Le Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC) de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise a expé­ri­menté la cir­cu­la­tion excep­tion­nelle de tram­ways durant toute la nuit de la Saint-Sylvestre. Un tout pre­mier test pour l’au­to­rité de trans­port qui concer­nait l’en­semble des lignes de la métro­pole.

 

Son objec­tif prin­ci­pal ? Permettre aux usa­gers de mieux s’organiser en uti­li­sant notam­ment le tram­way pour ren­trer chez eux en cette nuit de fête. Pour autant, ce « cadeau » de l’au­to­rité de trans­port aux métro­po­li­tains a‑t-il séduit les usa­gers à la hau­teur des espé­rances du SMTC ?

 

 

Entre 150 et 200 voyageurs par tramway entre minuit et 3 heures du matin

 

« Nous avons eu une fré­quen­ta­tion assez impor­tante sur les lignes A et B entre minuit et 3 heures du matin. Ce qui équi­vaut à une charge maxi­male de la moi­tié, voire des trois quarts d’une rame. Soit entre 150 et 200 voya­geurs par tram­way », explique le SMTC.

 

De gauche à droite : Philippe Chervy, directeur général de la Semitag et Yann Mongaburu, président du SMTC. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Philippe Chervy, direc­teur géné­ral de la Sémitag, et Yann Mongaburu, pré­sident du SMTC, lors de la pré­sen­ta­tion du dis­po­si­tif. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un peu plus tard, entre 3 heures et 5 heures, ce der­nier a pu obser­ver quelque pics de charge. Mais, en moyenne, envi­ron une tren­taine d’u­sa­gers ont emprunté les dif­fé­rentes rames en cir­cu­la­tion.

 

« Après 4 heures, la fré­quen­ta­tion s’est for­te­ment estom­pée jus­qu’à la reprise nor­male du réseau à 5 h 30 », nous pré­cise le SMTC.

 

Quant aux ligne C, D et E, moins urbaines et connec­tées à l’hy­per-centre, elles ont vu leur fré­quen­ta­tion oscil­ler entre 10 à 90 per­sonnes par rame entre minuit et demi et 3 heures du matin. Et au final, le SMTC a enre­gis­tré une fré­quen­ta­tion totale d’en­vi­ron un mil­lier de per­sonnes durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

 

 

Près de 80 personnes mobilisées sur le réseau pour la nuit de la Saint-Sylvestre

 

Quid des inci­dents en cette nuit de de fête ? « Nous avons eu quelques inci­dents avec une ou deux bagarres pen­dant la soi­rée. Elles se sont essen­tiel­le­ment dérou­lées sur la ligne A, du fait de per­sonnes en état d’é­briété », réca­pi­tule le SMTC. Mais rien de dra­ma­tique. Un faible nombre d’in­ci­dents qui peut s’ex­pli­quer par la clien­tèle trans­por­tée, dans sa majo­rité consti­tuée de familles.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

Contrôleurs de la TAG © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

« Nous avions mobi­lisé près de 80 per­sonnes durant toute cette nuit. Les chauf­feurs, le per­son­nel dans les ate­liers et les contrô­leurs », indique le SMTC. Qui ajoute que la mis­sion des contrô­leurs consis­tait ce soir-là plus à faire de la pré­ven­tion que du contrôle stricto sensu. « Leur pré­sence ras­su­rait les gens. Ils pou­vaient aussi cal­mer les per­sonnes for­te­ment alcoo­li­sées », rap­porte le SMTC.

 

 

Une étude sur la création d’un véritable réseau de nuit

 

« Au final, un bilan posi­tif qui nous incite à renou­ve­ler le dis­po­si­tif l’an­née pro­chaine », se féli­cite le SMTC. De quoi envi­sa­ger un déploie­ment plus glo­bal à l’a­ve­nir ? « Nous res­tons là sur une soi­rée vrai­ment par­ti­cu­lière. Néanmoins, nous allons lan­cer, cette année, une étude sur la créa­tion d’un véri­table réseau de nuit. Nous fai­sons le constat d’u­sages aux­quels nous ne savons pas répondre avec les trans­ports en com­mun », déclare l’au­to­rité de trans­ports.

 

Quelle est la demande des usa­gers ? « Elle reste à la marge. Il y a des demandes des tra­vailleurs de nuit mais nous ne sommes pas sur des jauges com­pa­rables à celles de la jour­née », constate le SMTC.

 

JK

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1647 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Merci beau­coup à Place Gre’net pour ce retour, fort inté­res­sant … on lit entre les lignes qu’à par­tir de minuit le trans­port était gra­tuit, et que la demande des usa­gers  » reste à la marge » …

    sep article
    • JK

      25/01/2019
      17:46

      Nous vous lais­sons la res­pon­sa­bi­lité de votre lec­ture « entre les lignes » 😉 Si le pro­pos du SMTC reste nuancé, le terme de « gra­tuité » n’a tou­te­fois pas été pro­noncé par notre inter­lo­cu­teur.

      sep article
  2. Ce qui n’est rien !

    sep article
    • Oui, ça aurait été mieux de voir ces per­sonnes dans la rue à bord de voi­tures : la sécu­rité des autres usa­gers en auraient été ren­for­cée.
      Dites-moi, dans votre vie, il y a des trucs qui vous plaisent ? Parce qu’à part dire noir quand on dit blanc et vice-versa par pur esprit de contra­dic­tion, ça doit finir par peser sur l’hu­meur…

      sep article