Quatre acteurs étaient présent pour présenter les grands principes du micro crédit personnel © quitterie breau

Microcrédit muni­ci­pal : la Ville de Grenoble pro­meut son dis­po­si­tif, en perte d’attractivité

Microcrédit muni­ci­pal : la Ville de Grenoble pro­meut son dis­po­si­tif, en perte d’attractivité

FOCUS – Face à la baisse du recours au ser­vice d’accès au micro­cré­dit, la Ville de Grenoble en rap­pelle ses avan­tages. Ce dis­po­si­tif natio­nal, pro­posé par le Centre com­mu­nal d’ac­tion sociale via une plate-forme d’aide finan­cière en ligne, per­met d’accompagner de façon très per­son­na­li­sée la ges­tion des bud­gets de publics en grande difficulté.

Le griffon est l'emblème du Credit Municipal présent credit wikipedia

Le grif­fon, emblème du Crédit muni­ci­pal. DR

Les can­di­dats au micro­cré­dit se font de plus en plus rares à Grenoble. Le nombre d’appels pour recou­rir à ce ser­vice de cré­dit géré par son Pôle inclu­sion finan­cière du CCAS est en effet en baisse. Et, par réper­cus­sion, le nombre de dos­siers rete­nus. En cause, selon Eric Piolle, maire de Grenoble, un manque de com­mu­ni­ca­tion de la Ville. Mais aussi la méfiance des tra­vailleurs sociaux face aux risques de surendettement.

La Banque de France a en effet enre­gis­tré en 2017 une moyenne de 180 000 dos­siers de sur­en­det­te­ment. La majo­rité des per­sonnes concer­nées se trou­vait dans des couches sociales très défa­vo­ri­sées. Les deux tiers étaient des adultes iso­lés et la moi­tié des cré­di­teurs n’a­vait plus aucune capa­cité de remboursement…

Autre expli­ca­tion : les taux hyper-concur­ren­tiels des prêts en ligne. Certains éta­blis­se­ments pro­posent ainsi des offres à 1 % d’intérêt sur 12 mois. Soit moins que le taux d’in­fla­tion de 2,1 % éta­bli par l’Insee (en juin 2018).

En com­pa­rai­son, ceux du Crédit muni­ci­pal, à hau­teur de 4,5 %, font pâle figure. Mais, insistent les res­pon­sables du dis­po­si­tif, le sys­tème de micro­cré­dit per­son­nel per­met un accom­pa­gne­ment bien plus per­son­na­lisé. Et repose sur une coor­di­na­tion d’ac­teurs sociaux, ban­caires et ins­ti­tu­tion­nels très efficace.

Des prêts avant tout pour finan­cer la vie quotidienne

Le maire de Grenoble était également présent pour défendre ce dispositif d'envergure national © quitterie breau

Le maire de Grenoble était pré­sent pour défendre ce dis­po­si­tif d’en­ver­gure natio­nal © Quitterie Breau

« Nous lais­sons l’accompagnement social aux pro­fes­sion­nels et béné­voles des CCAS ou du Secours catho­lique qui savent très bien le faire », pré­cise Arnaud Rousset, direc­teur géné­ral du Crédit muni­ci­pal de Lyon.

En effet, comme le rap­pelle Claire Cotte, délé­guée dépar­te­men­tale du Secours catho­lique de l’Isère, 99 % de la popu­la­tion est aujourd’hui ban­ca­ri­sée. « Il est devenu très dif­fi­cile en France de ne pas uti­li­ser les ser­vices ban­caires – carte ban­caire, ché­quier – pour pro­cé­der au paie­ment de ses achats. » Le phé­no­mène d’ex­clu­sion est donc redou­table, une fois les limites de l’en­det­te­ment franchies.

D’autant que les prêts sont quasi exclu­si­ve­ment conclus en vue de finan­cer les néces­si­tés de la vie quo­ti­dienne. La moi­tié des recours concerne la mobi­lité pro­fes­sion­nelle, 25 % le finan­ce­ment de tra­vaux ou d’é­qui­pe­ments pour le loge­ment, les 25 % res­tant sont sur­tout des­ti­nés aux frais de santé.

Lutter avant tout contre l’usure

La lutte contre l’exclusion ban­caire fait par­tie des prin­cipes fon­da­teurs du Crédit muni­ci­pal, rap­pelle Arnaud Rousset. « Cet éta­blis­se­ment a été créé pour com­battre l’usure. C’est vrai­ment dans son essence même que de se tour­ner vers des publics en dif­fi­culté et les gens exclus du sys­tème ban­caire ». Rien d’é­ton­nant dès lors à ce que le Crédit muni­ci­pal se soit lancé dans le micro­cré­dit depuis 2006.

Le Crédit muni­ci­pal est bien l’acteur his­to­rique des « micro » prêts (dont fait par­tie le micro-cré­dit). Depuis deux siècles, l’a­gence lyon­naise prête ainsi « sur gage ». Sur simple dépôt au comp­toir de l’ac­cueil, une per­sonne dans le besoin acquiert ainsi 60 à 70 % de la valeur esti­mée du bien déposé. Très sou­vent des bijoux. Et le tout sans aucune condi­tion de res­sources pour une durée de rem­bour­se­ment éta­lée sur 6 à 60 mois.

Le « prê­teur » pour­suit un seul objec­tif : retrou­ver son bien. Même si le mon­tant des prêts a aug­menté ces der­nières années – le pla­fond natio­nal est passé de 3 000 à 5 000 euros – les micro-prêts d’une moyenne de 700 euros res­tent mon­naie courante.

Quatre acteurs étaient présent pour présenter les grands principes du micro crédit personnel © quitterie breau

Claire Cotte, délé­guée dépar­te­men­tale du Secours catho­lique de l’Isère, Alain Denoyelle, adjoint à l’ac­tion sociale, Eric Piolle, maire de Grenoble et Arnaud Rousset, direc­teur géné­ral du Crédit muni­ci­pal de Lyon. © Quitterie Breau

Présent depuis 2008 sur Grenoble, la struc­ture ban­caire lyon­naise a signé en 2009 une conven­tion de par­te­na­riat avec le CCAS et l’antenne du Secours catho­lique de l’Isère.

Le pre­mier prend en charge les habi­tants gre­no­blois, le Secours catho­lique tous les autres. Charge au Crédit muni­ci­pal d’oc­troyer les cré­dits. Soit envi­ron 400 cré­dits au total depuis dix ans.

Un bon taux de rem­bour­se­ment des crédits

Un maillage du ter­ri­toire effi­cace pour accom­pa­gner les ménages en dif­fi­culté vers l’autonomie. La ges­tion du bud­get ména­ger quo­ti­dien est bien le pre­mier objec­tif de l’aide. Tout comme détec­ter leurs capa­ci­tés de rem­bour­se­ment per­son­nelles. Les ser­vices d’ac­cueil peuvent éga­le­ment les orien­ter vers d’autres dis­po­si­tifs comme celui d’ac­cès au droit commun.

« L’accompagnement per­son­na­lisé démarre dès l’ac­cueil, dès les coups de fil, rap­pelle la délé­guée au Secours catho­lique. On a plus de 300 appels par an. Une tren­taine de per­sonnes sont reçues en entre­tien. C’est l’oc­ca­sion de faire de l’ac­com­pa­gne­ment bud­gé­taire à ce moment-là. »

Une exper­tise com­mune des acteurs qui assure au Crédit muni­ci­pal de Lyon la bonne garan­tie des rem­bour­se­ments. « Au niveau natio­nal, le taux de sinis­tra­lité n’est que de 9 % en nombre, et de 6 % en mon­tant, pré­cise d’ailleurs son direc­teur. Le rem­bour­se­ment de cré­dits a ainsi lieu dans des condi­tions tout à fait satis­fai­santes, contrai­re­ment à ce qui est ima­giné à tort. »

Quitterie Breau

Une nou­veauté dans l’accompagnement

Petite nou­veauté dans le cadre du dis­po­si­tif : la prise en charge par le CCAS du sys­tème de boni­fi­ca­tion des prêts. « La boni­fi­ca­tion du CCAS consiste à prendre en charge une par­tie du taux d’intérêt du cré­dit », explique la Ville. En effet, le rem­bour­se­ment du prêt et de ses inté­rêts revient au cré­di­teur. Mais c’est au ser­vice du CCAS d’oc­troyer un mon­tant final tiré du cal­cul de la boni­fi­ca­tion pour hono­rer le paie­ment de la der­nière échéance du créditeur.

C’est en l’occurrence sur ce point pré­cis que réside la plus-value de la prise en charge du dis­po­si­tif. « Si on prend 3 000 euros emprun­tés sur trente-six mois, ça revient pour le CCAS à rever­ser en fin de cré­dit au ménage pour un bien d’é­qui­pe­ment un mon­tant de 119 euros », explique Alain Denoyelle.

Le dis­po­si­tif est ainsi plus attrac­tif. Et la pré­ven­tion des risques bud­gé­taires ren­forcé, en habi­tuant les béné­fi­ciaires à consti­tuer une épargne. Un dis­po­si­tif per­for­mant jusqu’au bout donc. Car mal­gré des injonc­tions publi­ci­taires plu­tôt agres­sives, le sys­tème de boni­fi­ca­tion peut éga­le­ment être perçu comme une dimi­nu­tion du taux ini­tial pour atteindre un taux avoi­si­nant les 2 %.

Des taux inabor­dables appa­ren­tés à ceux des « cré­dits à la consom­ma­tion » ? Le res­pon­sable de l’an­cien monts-de-Piété s’en défend : « aucun béné­fice n’est réa­lisé sur ceux-ci ». Seul éta­blis­se­ment ban­caire et public, certes « à voca­tion sociale », à le pra­ti­quer, celui-ci se féli­cite d’autre part de ne béné­fi­cier d’au­cune sub­ven­tion de l’État. Et de prê­ter aussi faci­le­ment sans aucune condi­tion de ressources.

QB

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Précarité étu­diante : la « tour­née des facs » des dépu­tés Nupes a fait étape sur le cam­pus de l’Université Grenoble Alpes

REPORTAGE - Les députées de l'Isère Cyrielle Chatelain et Élisa Martin étaient de passage sur le campus de l'Université Grenoble Alpes, ce jeudi 1er décembre Lire plus

Transition écologique et innovations sociales: la Métropole lance sa Stratégie économique Grenoble-Alpes 2030
Transition éco­lo­gique et inno­va­tions sociales : la Métropole lance sa Stratégie éco­no­mique Grenoble-Alpes 2030

FOCUS - La Métropole de Grenoble a adopté sa "Stratégie économique Grenoble-Alpes 2030", présentée aux élus métropolitains le 18 novembre 2022, puis à l'occasion du Lire plus

Le salon Artisa doit accueillir quelque 180 exposants jusqu'au 4 décembre inclus. Il se présente comme "la plus grande galerie d'artisanat d'art de la région". DR
Grenoble : les salons Artisa et Naturissima ouvrent simul­ta­né­ment à Alpexpo

ÉVÈNEMENT - Près de trois cents exposants attendent le public à Alpexpo du mercredi 30 novembre au dimanche 4 décembre 2022, à l'occasion des salons Lire plus

Alan Confesson, président de la CCIAG et Frank Leroy, son directeur devant la centrale de chauffage Biomax sur la Presqu'île scientifique à Grenoble, mercredi 23 novembre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
« On ne peut pas se pas­ser pour le moment du char­bon et du fioul » selon le pré­sident de la Compagnie de chauf­fage de l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

FOCUS - Pas très vertueux, le réseau de chauffage urbain du territoire grenoblois ? Au contraire, il n’a jamais été aussi vertueux, affirme Alan Confesson, Lire plus

Changement cli­ma­tique : la métro­pole de Grenoble dédie un fonds d’aide à l’in­ves­tis­se­ment des communes

FLASH INFO - Le conseil métropolitain vient de voter un Pacte financier et fiscal de solidarité, permettant l'aide à l'investissement des communes. Ce fonds d'aide Lire plus

RER grenoblois: après l'engagement d'Emmanuel Macron, la Région dit attendre des "annonces concrètes"
RER gre­no­blois : après l’en­ga­ge­ment d’Emmanuel Macron, la Région Aura attend des « annonces concrètes »

EN BREF - Suite à l'annonce d'Emmanuel Macron sur les projets de RER métropolitains définis comme "grande ambition nationale", Éric Piolle, le maire de Grenoble, Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h09

|

|

02/12

9h15

|

|

02/12

8h06

|

|

01/12

18h57

|

|

01/12

17h21

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Agenda

Je partage !