© Joël Kermabon - Place Gre'net

Vers des Alpes sans sida ? Le défi est lancé pour 2030

Vers des Alpes sans sida ? Le défi est lancé pour 2030

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – À l’occasion de la trentième Journée mondiale de lutte contre le sida, fin 2018, le Comité de coordination régionale de lutte contre le VIH (Corevih Arc alpin) a pris l’engagement d’éradiquer la maladie dans les Alpes. « Vers des Alpes sans sida en 2030 », tel est l’ambitieux défi que ce collectif se propose de relever. Notamment en intensifiant le recours au dépistage, à l’information et à la prévention. Mais aussi en traitant toute personne infectée pour stopper la contagion. 

 

 

© Corevih

© Corevih

Éradiquer le sida dans les Alpes à l’ho­ri­zon 2030 ? C’est pos­sible. C’est du moins ce qu’a assuré le  le Comité de coor­di­na­tion régio­nale de lutte contre le VIH (Corevih Arc alpin), réuni fin 2018 au CHU Grenoble-Alpes. Un enga­ge­ment pris à l’oc­ca­sion de la Journée mon­diale de lutte contre le sida.

 

« Des Alpes sans sida en 2030 », telle est l’am­bi­tion de ce col­lec­tif réunis­sant les centres hos­pi­ta­liers de l’Isère, de Savoie et Haute-Savoie. Mais pas seule­ment puisque des centres de dépis­tages et des asso­cia­tions les ont rejoints. En tout cas, un vrai défi quand on sait qu’on a recensé en 2017 pas moins de 2 622 per­sonnes vivant avec la mala­die dans le seul arc alpin.

 

Cette cam­pagne au long cours résulte de réflexions, de dis­cus­sions, de débats et de concer­ta­tions sur plu­sieurs mois. Y par­ti­cipent des élus, des soi­gnants, des tra­vailleurs sociaux, ainsi que des per­sonnes vivant avec le VIH ou au contact des popu­la­tions concer­nées. Ce fai­sant, se féli­cite le Corevih, « nous avons emboîté le pas à la pers­pec­tive de l’Organisation des nations unies de ter­ri­toires où l’é­pi­dé­mie d’in­fec­tion par le VIH aura pris fin ».

 

 

« Ensemble, nous pouvons aller vers une génération sans sida », 

 

Concrètement ? Le Corevih s’en­gage à faire en sorte qu’à l’ho­ri­zon 2030 le sida ait com­plè­te­ment dis­paru dans les Alpes et qu’il n’y ait plus aucun décès dû à la mala­die. Comment ? Notamment via la pré­ven­tion, l’in­for­ma­tion et en inten­si­fiant le recours au dépis­tage pour jugu­ler la conta­mi­na­tion de l’infection.

 

Olievier Épaulard, professeur d'infectiologie au CHU Grenoble-Alpes et président du Corevih Arc alpin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Olivier Épaulard, pro­fes­seur d’in­fec­tio­lo­gie au CHU Grenoble-Alpes et pré­sident du Corevih Arc alpin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Mais aussi en tor­dant le cou aux pré­ju­gés et dis­cri­mi­na­tions qui per­durent, stig­ma­ti­sant encore trop sou­vent les per­sonnes malades.

 

Un défi de taille, d’au­cuns dirait une uto­pie. Non, assure Olivier Épaulard, pro­fes­seur d’in­fec­tio­lo­gie au CHU Grenoble-Alpes et pré­sident du Corevih arc alpin. « Nous sommes à un tour­nant cru­cial de l’é­pi­dé­mie d’in­fec­tion par le virus […] Nous avons des trai­te­ments très effi­caces pour contrô­ler l’in­fec­tion mais pas pour l’é­ra­di­quer, dans un contexte où nous n’a­vons pas de vac­cin […] Mais, ensemble, nous pou­vons aller vers une géné­ra­tion sans sida », explique-t-il.

 

 

Dépister régulièrement les personnes exposées au VIH

 

Pour par­ve­nir à ce but ambi­tieux, le Corevih compte agir sur plu­sieurs leviers. Tout d’a­bord, mettre un coup d’ac­cé­lé­ra­teur à la pré­ven­tion com­bi­née contre le VIH et les infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles (IST).

 

Pour ce faire, tout l’en­jeu consiste à réduire le temps entre la conta­mi­na­tion et le dépis­tage, estimé actuel­le­ment à trois ans en France. « Il faut abso­lu­ment com­pri­mer ce délai, puisque c’est durant cet inter­valle que se pro­duit la conta­mi­na­tion », insiste Olivier Épaulard.

 

© Corevih

© Corevih

Ainsi, est-il envi­sagé « de dépis­ter cha­cun au moins une fois dans sa vie » et d’autre part « de dépis­ter régu­liè­re­ment les per­sonnes expo­sées ». Ce, grâce à des tests en labo­ra­toire, ou encore au plus près des per­sonnes à risque via des auto­tests en accès libre dans toutes les pharmacies.

 

Là ne s’ar­rêtent pas les actions. Il va s’a­gir éga­le­ment de trai­ter toute per­sonne chez qui l’in­fec­tion est découverte.

 

Et pour cause  : « Le trai­te­ment est aujourd’­hui beau­coup plus simple, ce qui fait que la per­sonne ne par­vien­dra jamais au stade sida, pré­cise le Corevih. Elle ne pré­sen­tera, dès lors, aucune des com­pli­ca­tions aux­quelles expose le virus et ne sera plus conta­gieuse après quelques mois, bri­sant ainsi la chaîne de le conta­mi­na­tion. »

 

Enfin, pour les per­sonnes vivant avec le VIH, l’ob­jec­tif reste de pour­suivre les efforts déjà entre­pris en vue d’a­mé­lio­rer leur qua­lité de vie.

 

 

La PrEp, une petite pilule bleue pour éviter d’être contaminé

 

Autre levier, celui de la santé sexuelle. Un domaine plus vaste que celui de la pré­ven­tion des infec­tions, estime Olivier Épaulard. Ainsi, les phar­ma­cies par­te­naires de l’o­pé­ra­tion ont-elles déjà dis­tri­bué gra­tui­te­ment 9 500 pré­ser­va­tifs mas­cu­lins et fémi­nins. Sans oublier le trai­te­ment d’ur­gence post-expo­si­tion à une prise de risque et le trai­te­ment pré­ven­tif au quo­ti­dien pour les per­sonnes exposées.

 

Les différents acteurs du Corevih devant un tramway frappé aux couleurs de la campagne. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les dif­fé­rents acteurs du Corevih devant un tram­way frappé aux cou­leurs de la cam­pagne. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

L’occasion pour Olivier Épaulard d’in­sis­ter sur la PrEP, une petite pilule bleue qui existe depuis plus de deux ans. Cette der­nière doit se prendre avant ou après un éven­tuel contact avec le VIH pour évi­ter de se faire conta­mi­ner. « Cela marche aussi bien que le pré­ser­va­tif », assure Olivier Épaulard. Deux pré­cau­tions valant mieux qu’une, rien n’empêche d’u­ti­li­ser conjoin­te­ment les deux modes de prévention.

 

Quant à la recherche scien­ti­fique, elle est bien sûr au cœur de la stra­té­gie du Corevih. Tout par­ti­cu­liè­re­ment sur le plan épi­dé­mio­lo­gique. « Il nous faut ima­gi­ner d’autres actions inno­vantes pour pro­duire de nou­velles don­nées scien­ti­fiques », appelle de ses vœux Olivier Épaulard.

 

 

Parmi les défis : dépister 95 % des personnes infectées

 

« Notre objec­tif inter­mé­diaire pour 2022 est d’at­teindre les “quatre 95”, expose l’in­fec­tio­logue. Dépister 95 % des infec­tés, trai­ter 95 % au moins des dépis­tés, rendre indé­tec­tables 95 % des per­sonnes trai­tées et faire en sorte que 95 % des per­sonnes trai­tées se déclarent en bonne santé. »

 

Si cer­tains chiffres sont d’ores et déjà atteints, le Codevih regrette que d’autres ne le soient pas encore… « Le plus dif­fi­cile à atteindre est pro­ba­ble­ment le pre­mier d’entre eux », recon­naît Olivier Épaulard.

 

Présentation de la campagne « Des Alpes sans sida 2030 » au CHU Grenoble-Alpes. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Présentation de la cam­pagne « Des Alpes sans sida 2030 » au CHU Grenoble-Alpes. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le Corevih entend par ailleurs lut­ter contre les pré­ju­gés dont  sont vic­times les malades por­teurs du VIH. Xavier Duché, séro­po­si­tif depuis vingt-quatre ans, qui, selon ses propres mots, en est « à un stade déjà bien avancé », essaie de faire, à son niveau, « bou­ger les choses ». Non, le sida n’est pas une mala­die hon­teuse. Non elle ne touche pas que les per­sonnes homo­sexuelles ou les usa­gers de drogues.

 

« Je suis pour ma part hété­ro­sexuel et c’est vrai que j’au­rais dû me pro­té­ger. Mais à l’é­poque on ne par­lait pas encore de pré­ven­tion », regrette-t-il. Le plus grave, selon Xavier Duché, c’est la dis­cri­mi­na­tion qui per­siste encore et tou­jours envers les per­sonnes atteintes du VIH. Une forme de double peine bien dif­fi­cile à affron­ter et dont il s’ex­plique, en pre­nant tou­te­fois soin de pré­ci­ser qu’il n’a pas eu à subir cette forme de rejet.

 

 

 

« Nous pouvons y mettre fin »

 

Toujours est-il que « la baisse spec­ta­cu­laire de la mor­ta­lité liée au VIH en France est un suc­cès majeur », se réjouissent les acteurs du Corevih. Une baisse qui ne doit pas faire oublier que l’é­pi­dé­mie est tou­jours active. « Il est impor­tant de se mobi­li­ser, tous et toutes, pour sai­sir cette pos­si­bi­lité his­to­rique. Aujourd’hui, ensemble, nous pou­vons y mettre fin », conclut, opti­miste, Olivier Épaulard.

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Couv Coronavirus vus au microscope électronique. DR
Le variant Delta « largement majoritaire » chez les personnes testées positives en Auvergne-Rhône-Alpes

FLASH INFO - Le taux d'incidence du Covid-19 a augmenté de 63% dans la population d'Auvergne-Rhône-Alpes sur les deux premières semaines de juillet, selon Santé Lire plus

Le Docteur Patricia Pavese, chef du service de maladies infectieuses au CHU de Grenoble, insiste sur l'application des gestes barrières. © Tim Buisson - Place Gre'net
Patricia Pavese, chef du service infectiologie du CHU de Grenoble : “J’ai l’espoir d’un vaccin anti-covid avant l’été 2021”

  TROIS QUESTIONS À - Patricia Pavese, chef du service Infectiologie au CHU de Grenoble, a bon espoir de voir un vaccin anti-Covid-19 arriver sur Lire plus

24 membres du personnel hospitalier du CHU de Grenoble ont été contaminés par le coronavirus. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
Crise du Covid en Isère : les soignants en première ligne face au manque de lits, de personnels et de coordination

  ENQUÊTE - À Grenoble comme partout, l'épidémie de Covid-19 s'accélère. Pour tenter de faire face, les hôpitaux et cliniques de l'agglomération déprogramment massivement les Lire plus

Les personnes munies d'une ordonnances peuvent se faire au CHU dans descendre de leur voiture. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
Le CHU de Grenoble propose des tests de dépistage du Covid-19 en voiture, à vélo ou à pied

  EN BREF – Pour suivre de près l'épidémie de Covid-19 à l'heure du déconfinement, le CHU de Grenoble propose désormais un service de tests Lire plus

Photographie Métropole de Grenoble ©Eléonore Bayrou
Le fonds de solidarité de la Métro pour les très petites entreprises est ouvert

  FIL INFO – Les TPE du territoire métropolitain peuvent s'inscrire depuis lundi 11 mai pour recevoir l’aide financière de la Métro. La dotation de 1 000 Lire plus

Tous les soirs depuis le 24 mars, de nombreux voisins se joignent à la fête © Anissa Duport-Levanti - Place Grenet
Un concert d’assiettes exceptionnel avec Radio Covid-19 Berriat pour la fin du confinement

  REPORTAGE VIDÉO – Tous les soirs depuis le début du confinement, Radio Covid-19 Berriat profite des applaudissements destinés aux soignants pour divertir le quartier Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

|

22/09

10h12

|

|

22/09

9h49

|

|

21/09

19h03

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin