Les bulles de Grenoble à l’arrêt jusqu’au 2 février pour cause de travaux de maintenance

sep article
Le Grand challenge le plus grand parcours d

FIL INFO – Le téléphérique de Grenoble reliant les quais de l’Isère à la Bastille sera à l’arrêt durant quatre semaines, du 7 janvier au 1er février 2019. La Régie Grenoble-Bastille procède en effet à ses travaux de maintenance et contrôles annuels. De lourdes opérations menées par les mêmes prestataires que l’an dernier.

 

 

Les Grenoblois y sont habitués, les visiteurs de passage un peu moins : les fameuses bulles de Grenoble resteront “à quai” durant la fermeture annuelle du téléphérique menant à la Bastille. Du lundi 7 janvier jusqu’au vendredi 1er février inclus, la Régie Grenoble-Bastille et ses partenaires procéderont ainsi aux travaux de maintenance annuels sur la remontée mécanique.

 

Les bulles de Grenoble ont fêté leurs 40 ans en 2016. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les bulles de Grenoble ont fêté leurs 40 ans en 2016. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Dans le détail, les quatre semaines de travaux seront notamment consacrées au contrôle magnétographique du câble tracteur, datant de 2003. « Pour ce faire, il nous faudra débrayer de ce câble les huit cabines », explique la Régie du téléphérique. Un câble d’une longueur de 1 405 mètres et d’un diamètre de 33 millimètres, qui forme une boucle assurant la montée et la descente des bulles de Grenoble.

 

 

Des contrôles de la bonne tenue du système

 

Autres opérations en prévision : le contrôle annuel en magnétoscopie de la poulie motrice, celui des structures métalliques « en gare basse, haute et au pylône intermédiaire », ou encore celui des câbles porteurs en ligne et en station supérieure. « Les mêmes examens seront effectués sur les câbles de tension de ces câbles porteurs ainsi qu’aux deux élingues de sécurisation de ceux-ci », précise Grenoble-Bastille.

 

Plus de bulles dans le ciel grenoblois durant quatre semaines © Chloé Ponset - Place Gre'net

Plus de bulles dans le ciel grenoblois durant quatre semaines. © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

Ce n’est pas tout : l’échange des câbles de tension porteurs est également au programme. Des câbles d’une longueur de 10 mètres qui relient les câbles porteurs aux contrepoids, pesant chacun… 46 tonnes. Leurs axes principaux d’attache seront ainsi échangés, tandis que le système mécanique sera entièrement sondé en magnétoscopie pour avoir l’assurance de sa bonne santé.

 

 

Coût des travaux 2019 : 60 000 euros hors taxes

 

Restent les travaux courants de maintenance, tels l’échange des roulements de l’arbre rapide et des sept courroies principales, ainsi que la révision du moteur thermique de secours. Ce dernier, « un Ford 6 cylindres 300 Inch/cube », équipait certaines Ford Mustang des années 60, rappelle au passage Grenoble-Bastille.

 

En 2017, frappé par la foudre, le téléphérique de Grenoble avait été frappé par la foudre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

En 2017, le téléphérique de Grenoble avait été frappé par la foudre. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Les sociétés impliquées n’ont pas changé depuis l’année dernière : le cabinet Éric basé à Seyssinet-Pariset assure toujours la maîtrise d’œuvre, tandis que la société Halec, localisée à Crolles, est en charge des contrôles magnétographiques et magnétoscopiques. L’Apave, historiquement association des propriétaires d’appareils à vapeur, procède de son côté aux contrôles et aux essais des installations électriques. Coût total des travaux pour cette année 2019 ? 60 000 euros hors taxes.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
912 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.