Des poubelles "marrons" devant un restaurant de la place Notre Dame à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net.

La Métropole de Grenoble généralise la collecte des déchets alimentaires

La Métropole de Grenoble généralise la collecte des déchets alimentaires

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Après une année d’expérimentation réussie auprès d’habitants, de commerçants et autres professionnels, Grenoble-Alpes Métropole va généraliser la collecte des déchets alimentaires sur 80 % du territoire d’ici 2022. Et s’apprête à renforcer, dans le même temps, la promotion du compostage individuel à domicile et collectif. La solution de recyclage la plus écologique selon la Métro.

 

 

De gauche à droite : Pascal Clouaire, Georges Oudjaoudi, Christophe Ferrari, Mme Incardona et Daniel Bessiron. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Pascal Clouaire, Georges Oudjaoudi, Christophe Ferrari, Mme Incardona et Daniel Bessiron. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« On peut se féli­ci­ter des résul­tats encou­ra­geants de cette expé­rience de col­lecte des déchets ali­men­taires », estime Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole.

 

L’élu a ainsi fait part de sa satis­fac­tion, fin 2018, au sein du res­tau­rant gre­no­blois La Côtelette. Un éta­blis­se­ment qui a par­ti­cipé à l’o­pé­ra­tion lan­cée un an plus tôt, tout comme 67 autres : com­merces de bouche, super­mar­chés ou res­tau­rants col­lec­tifs. Sans comp­ter 3 500 foyers tes­teurs dans les quar­tiers de la Capuche à Grenoble et de la Commanderie à Échirolles.

 

 

Faire « maigrir les poubelles grises » et obtenir un compost de qualité

 

Cette expé­rience, qui a concerné 2 % des Métropolitains, a per­mis de récol­ter 110 tonnes de déchets ali­men­taires chez les par­ti­cu­liers et 120 tonnes chez les com­mer­çants. Des “déchets” qui ont tous fini au centre de com­pos­tage de Murianette. Face à ces résul­tats convain­cants, la Métropole a décidé de géné­ra­li­ser cette col­lecte sur 80 % du ter­ri­toire métro­po­li­tain d’ici 2022.

 

Poubelles grises entassées suite à la grève des éboueurs de la Métro

Poubelles grises entas­sées suite à la grève des éboueurs de la Métro. © Véronique Serre – Place Gre’net

Autre point mar­quant : la qua­lité du tri* effec­tué au cours de cette phase expé­ri­men­tale. « Ce point clé prouve, une fois de plus, l’ex­trême impli­ca­tion des Métropolitains et leur moti­va­tion à s’ap­pro­prier cette nou­velle pra­tique de tri », se réjouit Grenoble-Alpes Métropole. « Notre objec­tif com­mun est de faire mai­grir les pou­belles grises et de valo­ri­ser ces déchets pour obte­nir un com­post de qua­lité uti­li­sable sur le ter­ri­toire », ajoute Christophe Ferrari.

 

Après les sec­teurs de Grenoble et d’Échirolles en mars 2019, Eybens, Gières, Poisat, Seyssins, Claix, Domène et Murianette rejoin­dront pro­gres­si­ve­ment le dis­po­si­tif jus­qu’à début 2020. Dans le même temps, tous les pro­fes­sion­nels pour­ront béné­fi­cier de la col­lecte des déchets ali­men­taires, en se calant sur le calen­drier de déploie­ment pour les particuliers.

 

 

« Il ne fallait pas que le dispositif vienne accroître leurs difficultés » 

 

« Nous avons beau­coup appris puis­qu’il a fallu entrer dans les cui­sines, maî­tri­ser le voca­bu­laire, connaître les débits et toutes les dis­po­si­tions à prendre, se sou­vient Georges Oudjaoudi, vice-pré­sident délé­gué à la pré­ven­tion, la col­lecte et la valo­ri­sa­tion des déchets de la Métropole. Autant de choses aux­quelles le ser­vice public n’est pas habi­tué, étant la plu­part du temps dans la rue à ramas­ser les conte­neurs. » Et l’élu de sou­li­gner « le volon­ta­risme » des expé­ri­men­ta­teurs, tout en rap­pe­lant qu”« il ne fal­lait pas que le dis­po­si­tif vienne accroître leurs dif­fi­cul­tés ».

 

Des poubelles "marrons" destinées aux déchets alimentaires devant un restaurant de la place Notre Dame à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net.

Des pou­belles « mar­rons » des­ti­nées aux déchets ali­men­taires devant un res­tau­rant de la place Notre-Dame à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net.

 

Seul 1 % des foyers sol­li­ci­tés ont refusé de prendre part à l’ex­pé­rience, ce qui dénote une « sen­si­bi­li­sa­tions forte », juge la Métropole. Les par­ti­cu­liers volon­taires ont reçu gra­tui­te­ment bio-seaux et sacs com­pos­tables, à dépo­ser une fois pleins dans de nou­velles pou­belles mar­rons. Les 10 à 20 tonnes de déchets ainsi récol­tés, puis com­pos­tées chaque mois à Murianette, ont ensuite servi de fer­ti­li­sants natu­rels sur les sur­faces agri­coles de la val­lée du Grésivaudan.

 

 

Trente huit tonnes de cartons également collectées auprès des professionnels

 

Commerçants et autres pro­fes­sion­nels ont qua­si­ment reçu les mêmes maté­riels pour une col­lecte s’o­pé­rant une à deux fois par semaine, selon les besoins. Le deuxième pas­sage étant pour sa part fac­turé, la plu­part des pro­fes­sion­nels n’ont tou­te­fois sous­crit qu’à une seule col­lecte hebdomadaire.

 

Jean-Jacques Incardona du restaurant La Côtelette a fait partie des professionnels impliqués dans l'expérimentation © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Jacques Incardona du res­tau­rant La Côtelette a fait par­tie des pro­fes­sion­nels impli­qués dans l’ex­pé­ri­men­ta­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Autre pan de l’ex­pé­ri­men­ta­tion menée par la Métropole auprès des pro­fes­sion­nels : les car­tons, embal­lages ô com­bien encombrants.

 

Plus de 110 com­mer­çants ont ainsi uti­lisé, depuis novembre 2017, quatre points de dépôts tem­po­raires amé­na­gés pour y dépo­ser leurs embal­lages. Soit au total, pas moins de 38,5 tonnes collectées.

 

Les éplu­chures, reliefs de repas, pain ras­sis, marc de café et pro­duits péri­més repré­sentent de leur côté 30 % du poids de nos ordures ména­gères. L’équivalent de 18 000 tonnes par an dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, soit envi­ron 80 kg de déchets par habitant.

 

D’où l’im­por­tance de bien trier ses déchets pour les trans­for­mer en com­post mais aussi en bio­gaz, une éner­gie renou­ve­lable. Cette der­nière, qua­si­ment inex­ploi­tée aujourd’­hui, pour­rait cou­vrir les besoins en éner­gie de 700 loge­ments de 100 m2 ou ali­men­ter en car­bu­rant des bus ou des bennes à ordures ména­gères. « Une manne qu’il s’a­git aujourd’­hui de récu­pé­rer pour la valo­ri­ser », concluent les ser­vices de la Métropole.

 

Joël Kermabon

 

 

  • * La loi de tran­si­tion éner­gé­tique de 2015 impose la « sépa­ra­tion à la source » des bio-déchets, c’est-à-dire les déchets ali­men­taires et végé­taux. Objectif ? En Valoriser 65 % d’ici 2025.

 

 

Des composteurs gratuits depuis le 1er mai

 

Le dis­po­si­tif de col­lecte des déchets ali­men­taires mis en place par la Métropole va lar­ge­ment s’ap­puyer sur leur com­pos­tage à domi­cile. « Cette solu­tion reste la plus éco­lo­gique et la plus éco­no­mique puis­qu’elle n’entraîne aucun frais ni pol­lu­tion liés au trans­port », rap­pellent les ser­vices de Grenoble-Alpes Métropole.

 

Atelier de découverte du lombricompostage lors de la semaine européenne de la réduction des déchets. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Atelier lom­bri­com­pos­tage lors de la semaine euro­péenne de la réduc­tion des déchets. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

C’est ce qui a motivé la col­lec­ti­vité à ren­for­cer ses actions en matière « d’ac­com­pa­gne­ment à la pro­mo­tion du com­pos­tage indi­vi­duel et col­lec­tif en copro­priété ». Tout autant qu’au sein des éta­blis­se­ments sco­laires, des rési­dences pour per­sonnes âgées ou autres lieux collectifs.

 

Pour par­ve­nir à cet objec­tif, les usa­gers dis­posent depuis le 1er mai de com­pos­teurs de jar­din et de lom­bri­com­pos­teurs spé­cia­le­ment adap­tés aux appar­te­ments, mis gra­tui­te­ment à leur dis­po­si­tion sur demande.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La Métropole de Grenoble et Atmo ont installé, en octobre 2021, des micro-capteurs de mesure de particules fines dans 30 communes du territoire métropolitain, comme ici à Noyarey, à l'école élémentaire Le Mûrier. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Des micro-capteurs de particules fines installés dans trente communes de la métropole grenobloise

FOCUS - Dans le cadre du dispositif Capto, lancé par la Métropole de Grenoble et Atmo Auvergne Rhône-Alpes, trente communes métropolitaines ont installé des micro-capteurs Lire plus

Les 10 jours de la culture sont aussi l'occasion de découvrir des salles ou des formes artistiques. © Muriel Beaudoing - Place Gre'net. L'Hexagone Meylan Ingénieuses confidences ©bruno-thircuir.j
Les 10 jours de la culture : un moyen de découvrir le territoire métropolitain

EN BREF - Les 10 jours de la culture, organisés par la Métropole de Grenoble, s'ouvrent le 16 octobre 2021. Ils ont, cette année, deux Lire plus

De gauche à droite, Max Marty, manager général du GF38, Nicolas Cuynat, président du FCG, Christophe Ferrari, président de la Métropole, et Thierry Semanaz, vice-président de la Métropole en charge du sport, ont présenté le 7 octobre 2021 la nouvelle pelouse hybride et chauffée du Stade des Alpes, inaugurée le 21 août 2021 après trois mois de travaux. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Une nouvelle pelouse hybride et chauffée au Stade des Alpes pour le GF38 et le FCG

FOCUS - La Métropole de Grenoble a présenté le jeudi 7 octobre 2021 la nouvelle pelouse du Stade des Alpes, aux côtés des dirigeants du Lire plus

France Nature Environnement Isère organise une grande campagne de lutte contre les dépôts sauvages de déchets du 4 au 17 octobre 2021, en partenariat avec la Métropole de Grenoble. © FNE Isère
Une campagne pour inciter les habitants de la métropole grenobloise à signaler les dépôts sauvages de déchets

FLASH INFO - France nature environnement Isère organise à partir de ce lundi 4 octobre 2021 une campagne de lutte contre les dépôts sauvages, en Lire plus

Le tri des médicaments non utilisés bien ancré dans la population en Auvergne-Rhône-Alpes

  FLASH INFO — Quel état des lieux du tri des médicaments non utilisés (MNU) en Auvergne-Rhône-Alpes, et sur le territoire national? Si l'association Cyclamed Lire plus

Voilà à quoi devrait ressembler le nouveau centre de tri, qui accueillera des visites de scolaires pour éduquer au tri des déchets. © Dalkia Wastenergy
Un nouveau centre de tri, plus écologique, ouvrira à La Tronche en 2023

  FOCUS – La Métropole de Grenoble et sept collectivités locales seront bientôt copropriétaires d’un tout nouveau centre de tri, plus écologique et adapté aux Lire plus

Flash Info

|

22/01

16h03

|

|

22/01

15h43

|

|

21/01

12h23

|

|

21/01

9h48

|

|

20/01

11h24

|

|

20/01

10h02

|

|

19/01

13h19

|

|

19/01

11h57

|

|

19/01

11h18

|

|

19/01

0h33

|

Les plus lus

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Chloé LE BRET

Politique| Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère municipale à l’égalité des droits, démissionne suite à « une rupture de confiance »

Politique| Forte affluence à Grenoble pour la journée de grève dans l’Éducation nationale du jeudi 13 janvier

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin