Les Grenoblois invités à mesurer la qualité de l’air grâce à des micro-capteurs

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

EN BREF – L’observatoire Atmo Auvergne Rhône Alpes lance une opération de mesure citoyenne de la qualité de l’air au second semestre 2019. Les habitants de Grenoble, Clermont-Ferrand et de la communauté de communes Pays du Mont-Blanc pourront, à l’aide de micro-capteurs, mesurer en temps réel les niveaux de pollution de l’air. Une campagne de recrutement de volontaires est lancée.

 

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette grenobloise. © Patricia Cerinsek

L’année 2019 commence mal en ce qui concerne la qualité de l’air à Grenoble. Dès le 1er janvier, la préfecture de l’Isère a en effet activé la vigilance pollution dans le bassin grenoblois.

 

Un pic de pollution dû à l’augmentation du taux de particules (PM10), probablement causée par la forte activité touristique de cette fin d’année dans la vallée alpine. De quoi augurer une année compliquée, comme l’a été 2018.

 

En mai dernier, la Commission européenne renvoyait la France devant la Cour de justice européenne pour « dépassement des valeurs limites de qualité de l’air fixées et manquement à l’obligation de prendre des mesures appropriées pour écourter le plus possible les périodes de dépassement ».

 

En mai 2018, Bruxelles épinglait la France pour non-respect des seuils de la qualité de l’air. © Patricia Cerinsek

En mai 2018, Bruxelles épinglait la France pour non-respect des seuils de la qualité de l’air. © Patricia Cerinsek

Quatorze zones critiques étaient pointées du doigt : l’Ile-de-France, Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Saint-Étienne, Valence, la vallée de l’Arve, Strasbourg, Reims, Montpellier, Toulouse, la Martinique… et Grenoble.

 

 

Des micro-capteurs connectés aux smartphones

 

La ville de Grenoble se retrouve souvent dans le viseur des études sur la pollution de l’air. Ce qui en fait un terrain d’observation idéal pour Atmo, fédération des associations agréées de surveillance de la qualité de l’air en France.

 

La situation géographique de Grenoble dans une cuvette aggrave la pollution atmosphérique. © Véronique Serre

La situation géographique de Grenoble dans une cuvette aggrave la pollution atmosphérique. © Véronique Serre

L’observatoire Atmo Auvergne Rhône-Alpes s’apprête donc à lancer une expérimentation dans l’agglomération en 2019. Le principe ? Proposer aux Grenoblois de mesurer eux-mêmes la qualité de l’air qu’ils respirent, à l’aide de micro-capteurs.

 

La démarche est simple. Les personnes intéressées s’inscrivent à la captothèque. Si leur candidature est acceptée, la plateforme leur permet alors d’emprunter un micro-capteur de mesure de la qualité de l’air.

 

Ce dernier fonctionne avec une application téléchargeable sur smartphone qui donne la possibilité de consulter directement les données. Il ne reste plus qu’à arpenter les rues grenobloises pendant que l’outil mesure en temps réel les niveaux de pollution dans la ville.

 

 

Placer les citoyens au cœur du système de surveillance

 

Avec cette expérimentation, l’observatoire Atmo Auvergne Rhône Alpes veut permettre aux citoyens de s’approprier les enjeux de la qualité de l’air, les placer au centre du système de surveillance.

 

Une trentaine de Grenoblois avaient expérimenté l'usage de micro-capteurs dans le cadre de l'opération Mobicit'air. © DR Atmo Auvergne Rhône-Alpes

Une trentaine de Grenoblois avaient expérimenté l’usage de micro-capteurs dans le cadre de l’opération Mobicit’air. © Atmo Auvergne Rhône-Alpes

Les micro-capteurs connectés facilitent en effet la compréhension de ces questions environnementales et sont même susceptibles d’entraîner des changements d’usage au quotidien. Ces outils de mesure à la pointe du progrès ont d’ailleurs fait l’objet d’un colloque international en novembre dernier à Lille qui a permis de révéler leur potentialité.

 

La capitale des Alpes n’est pas la première ville française à s’équiper de ces petits outils technologiques qui ont le vent en poupe. À Paris, le projet Air Citizen propose des mesures citoyennes de la qualité de l’air depuis 2015. Idem à Rennes, avec l’opération Ambassad’air.

 

À Grenoble, l’expérimentation Mobicit’air menée en 2016-2017 avait toutefois déjà introduit le concept. Une trentaine de Grenoblois s’étaient en effet portés volontaires pour promener leurs micro-capteurs partout dans l’agglomération. Un premier essai concluant selon Atmo, qui compte donc étendre l’opération.

 

 

Déjà plus de 300 volontaires

 

Certains usent déjà de leurs micro-capteurs depuis le début de cet hiver 2018-2019, dans le cadre de l’expérimentation intitulée Checkbox. Un tour de chauffe avant le lancement officiel de la captothèque au second semestre 2019.

 

Un salarié du BTP manœuvre une mini-pelle sur un chantier dans Grenoble. © Sidonie Hadoux

Les travailleurs de l’agglomération sont invités à participer à cette campagne. © Sidonie Hadoux

Pour l’instant, Atmo Auvergne Rhône-Alpes est à la recherche de volontaires. La campagne s’adresse aux habitants et travailleurs de l’agglomération grenobloise.

 

Le nombre de places est limité mais déjà 301 personnes ont candidaté à Clermont-Ferrand, Grenoble et dans la communauté de communes pays du Mont-Blanc, selon le compteur du site captotheque.fr au 2 janvier 2019.

 

D’autres projets sont prévus sur le territoire de la métropole pour 2019. Études collaboratives et ateliers de construction de mini-stations de qualité de l’air devraient ainsi contribuer à sensibiliser le public. Une année tournée vers la question cruciale de la qualité de l’air à Grenoble, avant d’entrevoir peut-être une amélioration en 2020 ?

 

Jules Peyron

 

commentez lire les commentaires
3350 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Proposition: en 2020, changer de municipalité à Grenoble, et changer de majorité Métropolitaine.

    sep article
  2. Tiens, je ne sais pas pourquoi mais en lisant ça : https://www.midilibre.fr/2019/01/02/il-y-a-moins-de-cons-mais-avec-internet-ils-se-voient-plus,6355732.php j’ai pensé à deux gus qui n’arrêtent pas de crier au complot 😀

    Bon, dès qu’il est question pollution, Pierre Misère et GAM montent au créneau pour être non pas contre la pollution mais plutôt pour car dénigrant toute mesure qui serait en faveur d’une lutte contre. A part vociférer sur internet, quelles sont les propositions ? (qui ne rentrent pas dans le champ de l’article du Midi Libre bien entendu)

    sep article
  3. sep article
  4. Si c’est pour qu’à la fin, les #Grenoblois se fassent embrouiller par la municipalite #Piolle, le #Smtc via #Mongaburu , et leurs potes politisés qui reprennent la chason en coeur du « tout va bien »? Ça sert à quoi donc? Ils nous sortirons à nouveaux des stat orientées et pipeau a 2 balles!

    sep article
  5. sep article
  6. L’office de lutte anti-fraude de l’Union Européenne va adorer…

    sep article
  7. sep article