© Musée archéologique de Grenoble.

Le “prieur Guy“, vedette de la nouvelle animation proposée par le musée archéologique de Grenoble

Le “prieur Guy“, vedette de la nouvelle animation proposée par le musée archéologique de Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le musée archéologique Grenoble – Saint-Laurent a présenté sa nouvelle animation scénographique résultant de l’étude anthropologique d’un des squelettes présents sur son parcours de visite permanent : celui du « prieur Guy ». Une étude anthropologique de longue haleine confortant le musée au rang des plus grands sites archéologiques et anthropologiques de France.

 

 

Jean-Pascal Jospin, le directeur du musée archéologique de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Pascal Jospin, le direc­teur du musée archéo­lo­gique de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Le prieur Guy fait désor­mais par­tie de notre par­cours per­ma­nent. C’est donc un plus que nous pro­po­sons à nos visi­teurs », se féli­cite Jean-Pascal Jospin, direc­teur du musée archéo­lo­gique de Grenoble. Ce der­nier a pré­senté, le 21 décembre, « le prieur Guy », la toute der­nière ani­ma­tion ajou­tée au par­cours de la visite.

 

Une ani­ma­tion qui résulte de l’é­tude anthro­po­lo­gique menée sur l’un des nom­breux sque­lettes visibles par les visi­teurs. Ces osse­ments, situés dans la nef de l’é­glise actuelle, sont très pro­ba­ble­ment ceux du pre­mier ou second moine à avoir dirigé le prieuré de Saint-Laurent au début du XIsiècle.

 

Les recherches anthro­po­lo­giques lui redon­nant chair ont ainsi per­mis de retra­cer en images l’ar­ri­vée de l’ec­clé­sias­tique au prieuré. Mais aussi d’illus­trer le déve­lop­pe­ment de sa com­mu­nauté monas­tique avec la construc­tion de bâti­ments conven­tuels. Sans oublier d’é­vo­quer l’é­pi­sode de sa mise au tom­beau. La scé­no­gra­phie va même jus­qu’à rap­pe­ler la cam­pagne de fouilles entre­prise de 1978 à 1995 par Renée Colardelle, direc­trice du musée jus­qu’en 2011.

 

 

« Nous avions à faire ici à des anonymes »

 

« Dans ce par­cours consa­cré à l’é­vo­lu­tion des pre­mières églises paléo­chré­tiennes, il man­quait un peu d’hu­ma­nité », déclare Jean-Pierre Barbier, pré­sident du dépar­te­ment de l’Isère. C’est désor­mais chose faite. Ce grâce aux his­to­riens et anthro­po­logues qui ont livré les conclu­sions sur le mys­té­rieux per­son­nage du prieur Guy, au terme d’une étude poussée.

 

Musée archéologique Grenoble Saint-Laurent © F. Pattou

Musée archéo­lo­gique Grenoble Saint-Laurent © F. Pattou

« L’objectif ini­tial était de mieux connaître cette popu­la­tion de plus de 1 500 sque­lettes abri­tés au sein de ce qui était un mau­so­lée au Vsiècle, pour deve­nir ensuite une église puis un monas­tère au XIsiècle et d’en faire la paléo­dé­mo­gra­phie », explique Jean-Pascal Jospin.

 

La suite ? En 2004, est née l’i­dée de racon­ter leur his­toire, de décou­vrir ce qu’ils étaient durant leur vie et de par­ta­ger tout cela avec un large public. Mais là, ce ne fut que frus­tra­tion et désappointement.

 

Et pour cause. « Nous avions à faire ici à des ano­nymes ! Aucun indi­vidu n’é­tait connu, ne serait-ce que par une pré­ci­sion sur un tom­beau  », se sou­vient le direc­teur. Un écueil de taille auquel il convient d’a­jou­ter la dis­per­sion des osse­ments, bien sou­vent sépa­rés de leur sépul­tures, bou­le­ver­sées au fil de l’histoire…

 

 

Un squelette de deux mètres, nommé « le géant » candidat au rôle du prieur Guy

 

Pourquoi ce choix du prieur Guy ? D’abord parce qu’il exis­tait des traces de ce tout pre­mier abbé du prieuré dans les archives. D’autre part, « nous savions par un frag­ment de sa pierre tom­bale qu’il avait sa tombe à Saint-Laurent », pré­cise le res­pon­sable du musée. Mais si son exis­tence ne fai­sait aucun doute, com­ment faire le lien avec l’un des squelettes ?

 

Représentation du squelette du prieur Guy. © Musée archéologique de Grenoble.

Représentation du sque­lette du prieur Guy. © Musée archéo­lo­gique de Grenoble.

 

Une ques­tion res­tée en sus­pens. Jusqu’au jour où il a fallu iden­ti­fier un sque­lette de près de deux mètres appelé, faute de mieux, « le géant ». La seule et unique pré­sence de sa tombe dans la nef au XIsiècle, juste à la fin du par­cours, a consti­tué un élé­ment de poids. En tout cas, de quoi faire de l’abbé un excellent can­di­dat au baptême.

 

En outre, d’autres élé­ments d’ordre his­to­rique sont venus confor­ter his­to­riens et archéo­logues dans leur intui­tion  En consé­quence de quoi, « nous avons donc pris le risque de faire l’é­tude anthro­po­lo­gique de l’in­di­vidu », raconte Jean-Pascal Jospin.

 

 

L’analyse anthropologique du squelette a tranché

 

Les résul­tats ? Les anthro­po­logues ont pu déter­mi­ner que le sque­lette appar­te­nait bien à une per­sonne ayant vécu au XIe siècle. Et même de pré­ci­ser que ce n’é­tait pas un cava­lier ni un com­bat­tant. L’analyse de sa den­ti­tion et de sa crois­sance osseuse régu­lière ont révélé qu’il menait « une vie plu­tôt calme, cor­res­pon­dant à celle d’un reli­gieux ». Par ailleurs, l’ec­clé­sias­tique se nour­ris­sait bien et avec des ali­ments, pour l’é­poque, de qua­lité. Les scien­ti­fiques ont éga­le­ment pu cer­ner ses origines.

 

Les fouilles sont évoquées dans la vidéo. © Musée archéologique de Grenoble.

Les fouilles sont évo­quées dans la vidéo. © Musée archéo­lo­gique de Grenoble.

 

Sa taille, son visage allongé et sa mâchoire pro­émi­nente carac­té­risent à leurs yeux une ascen­dance aris­to­cra­tique nor­dique. Une hypo­thèse qui tient la route quand on sait qu’à cette époque « le recru­te­ment des prieurs s’ef­fec­tuait dans les hauts lignages », indique le musée.

 

Comment le moine est-il mort ? Aucun constat de trau­ma­tisme sur ses os ne leur a per­mis de pré­ci­ser les causes de son décès. Si ce n’est que sa mort est sur­ve­nue entre 60 et 70 ans. Une four­chette tem­po­relle qui, selon les textes retrou­vés dans les archives, pour­rait cor­res­pondre à celle de la gou­ver­nance du monas­tère à l’é­poque du prieur Guy.

 

 

Raconter la vie du religieux et décrire l’environnement monastique du XIe siècle

 

Bien que cela ne soit pas une cer­ti­tude abso­lue, le rap­pro­che­ment entre le per­son­nage du prieur et du sque­lette géant a fini par faire consen­sus entre les dif­fé­rents inter­ve­nants. Dès lors, com­ment racon­ter l’his­toire du prieur Guy ? Cette nar­ra­tion débute en fin de par­cours, dans les esca­lier remon­tant à l’accueil.

 

Une des séquences de la vidéo retraçant la vie du prieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une des séquences de la vidéo retra­çant la vie du prieur. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Parvenu à cet endroit, le visi­teur déclenche une mise en lumière de la tombe et du sque­lette, situés juste sous ses pieds. Dans le même temps, un frag­ment d’é­pi­taphe reste éclairé en per­ma­nence à hau­teur d’é­paule. Ensuite, juste avant de sor­tir de la nef, le musée invite le public équipé d’au­dio-guides à vision­ner un film d’a­ni­ma­tion fai­sant revivre le prieur Guy.

 

Les objec­tifs de cette mise en scène ? Raconter les secrets de sa décou­verte et ce que l’on a pu com­prendre de sa vie d’homme en mon­trant le reli­gieux dans l’en­vi­ron­ne­ment de la vie monas­tique au XIe siècle.

 

 

« Le XXIe siècle va être consacré à la reconstitution de l’histoire des populations »

 

Jean-Pascal Jospin, le directeur du musée archéologique de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Pascal Jospin, direc­teur du musée archéo­lo­gique de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Dans le cadre du prieur Guy, c’est sur­tout l’an­thro­po­lo­gie qui a apporté le plus d’in­for­ma­tions, affirme Jean-Pascal Jospin. Dans les années qui viennent, dans les sciences auxi­liaires de l’ar­chéo­lo­gie, c’est dans cette dis­ci­pline que nous allons faire les plus grands pro­grès », pré­dit le direc­teur du musée archéologique.

 

« Le XXIe siècle va être consa­cré à la recons­ti­tu­tion de l’histoire des popu­la­tions, des mala­dies, de l’a­li­men­ta­tion, et ce prin­ci­pa­le­ment grâce aux études anthro­po­lo­giques et géné­tiques », augure-t-il, lais­sant poindre une pointe de passion.

 

Joël Kermabon

 

« Nous attachons une attention particulière à nos musées »

 

Le musée archéo­lo­gique de Grenoble fait par­tie du réseau des dix musées pré­sents dans le giron du dépar­te­ment de l’Isère. Si le pro­jet du prieur Guy a pu abou­tir c’est aussi « grâce au finan­ce­ment excep­tion­nel du dépar­te­ment », tient d’ailleurs à pré­ci­ser Jean-Pierre Barbier, son président.

 

Des dépenses qui ont notam­ment concerné le trai­te­ment du site du musée. Tels l’a­mé­na­ge­ment d’une pas­se­relle, l’ins­tal­la­tion d’un sys­tème vitré pour per­mettre la vision de la tombe du prieur, l’a­jout d’au­dio-guides. Sans oublier la prise en charge de la concep­tion de la vidéo retra­çant l’his­toire du prieur.

 

Patrick Curtaud, vice-président à la culture du département de l'isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Patrick Curtaud, vice-pré­sident à la culture du dépar­te­ment de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous avons régu­liè­re­ment aug­menté le bud­get dédié à la culture depuis 2015, avec au total sur trois ans une aug­men­ta­tion de 51 % », explique Patrick Curtaud le vice-pré­sident à la culture du Département.

 

Ce der­nier l’af­firme, « il est impor­tant d’a­voir dans les musées dépar­te­men­taux des expo­si­tions tem­po­raires de manière régu­lière en sus des expo­si­tions per­ma­nentes ». De quoi don­ner une attrac­ti­vité sup­plé­men­taire aux musées. « C’est la rai­son pour laquelle nous avons fait des efforts dès le bud­get 2016 », se féli­cite le vice-pré­sident. Qui ne peut man­quer de rap­pe­ler l’ou­ver­ture à Vif, ce avant l’été 2020, d’un onzième musée dépar­te­men­tal : le musée Champollion.

 

« Ce qui a été fait au musée d’ar­chéo­lo­gie cor­res­pond tout à fait à ce que nous vou­lions faire, avec Jean-Pierre Barbier, pour la pro­mo­tion de la culture en géné­ral et du patri­moine. Le bud­get de la culture n’est pas une variable d’a­jus­te­ment », estime Patrick Curtaud.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Rassemblement des bibliothécaires en grève contre le passe sanitaire devant la bibliothèque d'étude et du patrimoine, mercredi 8 septembre 2021© Séverine Cattiaux- Place Gre'net
Grève illimitée contre le passe sanitaire dans les bibliothèques : Éric Piolle renvoie les grévistes vers le préfet

FOCUS - Continuant à s'opposer au contrôle du passe sanitaire, les agents grévistes des bibliothèques de la Ville de Grenoble ne lâchent rien. Et entament Lire plus

Mistral : opération de police après la vidéo virale de dealers Lionel Beffre, préfet de l'Isère et Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère lors de l'opération de police menée quartier Mistral. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Après la vidéo de dealers armés, l’État montre ses muscles au cœur du quartier Mistral à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Une importante opération de police (et de communication) a eu lieu ce mercredi 26 août 2020 au cœur du quartier Mistral Lire plus

L'ex-premier adjoint à la ville de Grenoble Jérôme Safar annonce porter plainte en diffamation contre Manon Aubry et la liste emmenée par le maire sortant.
Manon Aubry dénonce la corruption et le clientélisme à Grenoble, Jérôme Safar porte plainte

  EN BREF - L'ex-premier adjoint à la Ville de Grenoble Jérôme Safar annonce porter plainte en diffamation contre Manon Aubry et la liste Grenoble Lire plus

Troupe de danseurs amateurs - Les gens d'à côté compagnie Malka
Création expérimentale : la compagnie Malka dévoile les premiers pas de “Vies violences – Les gens d’à côté”

REPORTAGE VIDÉO - La compagnie Malka présentait, jeudi 15 février à l’Espace culturel René Proby de Saint-Martin-d’Hères, les premiers pas de sa nouvelle création Vies Lire plus

Dans une vidéo mise en ligne, Dieudonné réplique à l'interdiction de la ville de Grenoble d'accueillir son spectacle le 28 octobre prochain.
Interdit de spectacle à Grenoble, Dieudonné réplique dans une vidéo

Eric Piolle interdit le spectacle de Dieudonné à Grenoble le 28 octobre pour risque de trouble à l'ordre public ? L'humoriste réplique sur le terrain Lire plus

Soutenance réussie pour Éric Piolle en vue d'obtenir le label Ville et pays d'art et d'histoire. Un avis favorable a été rendu au ministère de la Culture.
La Ville de Grenoble confiante dans l’obtention du Label Ville d’art et d’histoire

« Une ville puzzle en permanente réinvention. » C'est ainsi que le maire de Grenoble Éric Piolle décrit sa ville, après avoir soutenu sa candidature pour Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

24/09

22h40

|

|

24/09

14h42

|

|

24/09

9h18

|

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin