Les communistes isérois déterminés à investir le terrain métropolitain sur fond de colère populaire

sep article

FOCUS – À l’image du PCF national, la fédération iséroise du Parti communiste change de tête. L’ancienne sénatrice Annie David passe la main à Jérémy Giono au poste de secrétaire départemental. Son objectif : porter les thématiques retenues lors du congrès extraordinaires du parti et occuper le terrain sur l’ensemble du département, avec la Métropole en ligne de mire… mais pas que.

 

 

Les changements de direction au Parti communiste français ne concernent pas que le national. Tandis que Fabien Roussel vient de succéder à Pierre Laurent au poste de secrétaire national du PCF, la section iséroise du parti compte pour sa part un nouveau secrétaire départemental en la personne de Jérémy Giono. Le jeune militant de Pont-de-Claix vient ainsi remplacer l’ancienne sénatrice de l’Isère Annie David.

 

Jérémy Giono, nouveau secrétaire départemental du PCF © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jérémy Giono, nouveau secrétaire départemental du PCF. © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Annie souhaitait passer la main depuis un petit moment, mais elle reste membre de la direction et continuera à mettre son expérience à profit, notamment pour tout ce qui est du lien avec les élus sur le territoire », précise le nouveau secrétaire départemental.

 

Décrivant le changement d’organigramme du parti comme « une continuité dans une logique », Jérémy Giono ne retire aucune gloire particulière de ses nouvelles fonctions : « J’ai surtout gagné le droit de prendre des coups », ironise-t-il.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
951 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. et ils ont bien raisons de ne pas laisser le terrain libre.
    Ils ont de vraies valeurs.
    Le seule soucis: le nom. Appeler son parti : parti communiste c’est comme appeler national socialiste.
    le jour où ils prendront conscience de ceci (même appeler nouveau) et se souviendrons de l’histoire ils auront une adhésion de masse

    sep article