Climate Friday versus Black Friday : offensive citoyenne à Grenoble pour contrer un « vendredi noir pour la planète »

sep article



FOCUS – Ce vendredi 23 novembre en début de soirée place aux Herbes, Il est encore temps, le mouvement de citoyens pour le climat, participait au Climate Friday, le jour du fameux Black Friday. L’occasion d’une action de sensibilisation contre « le marketing agressif », l’un des facteurs de la surconsommation matraquée à l’envi par les grandes enseignes.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

A moins de vivre coupé du monde, le Black Friday ne vous aura sans doute pas échappé ce ven­dredi 23 novembre. Nous avons en effet tous subi cette satu­ra­tion de mes­sages publi­ci­taires ou d’in­vi­ta­tions par mail nous inci­tant à consom­mer à grands ren­forts de rabais défiant toute concur­rence.

 

D’ailleurs qui n’a pas vu ces scènes de folie consu­mé­ristes sur­réa­listes où des gens se pié­tinent presque à l’en­trée d’un grand maga­sin pour être les pre­miers à ache­ter l’ob­jet convoité ?

 

Un jour de sur­con­som­ma­tion à outrance au cours duquel sont bien sou­vent écou­lés des articles pro­duits dans des pays où la main d’œuvre est sous payée et la pro­tec­tion sociale inexis­tante. De quoi géné­rer « un pillage accru des res­sources de la pla­nète, une pol­lu­tion catas­tro­phique des milieux aqua­tiques et des mil­lions de tonnes de CO² reje­tées pour leur trans­port », s’in­digne le mou­ve­ment citoyen pour le cli­mat Il est encore temps de Grenoble.

 

 

Un « vendredi noir » pour le climat

 

En réponse, plu­sieurs col­lec­tifs* ont créé un évé­ne­ment en forme de contre-feu, le Climate Friday, qui se pour­sui­vra jusqu’à ce dimanche 25 novembre. Un évé­ne­ment, qui se déroule dans toute la France mais aussi en Europe, et vise à « sen­si­bi­li­ser, agir et mobi­li­ser contre la sur­con­som­ma­tion ».

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Les ani­ma­teurs gre­no­blois du mou­ve­ment Il est encore temps sont ainsi pas­sés à l’of­fen­sive pour la « jus­tice cli­ma­tique », ce ven­dredi 23 novembre sous la halle de la place aux Herbes. Comment ? Avec une action de sen­si­bi­li­sa­tion contre « le mar­ke­ting agres­sif », fac­teur de la sur­con­som­ma­tion, dont Tiphanie Lucchina, son orga­ni­sa­trice, nous explique les res­sorts.

 

 

 

Recouvrir les panneaux publicitaires en ville

 

Outre cette action, quelques per­sonnes visi­ble­ment très moti­vées s’ac­tivent autour d’af­fiches colo­rées en cours de confec­tion. Sur l’une d’entre-elles, un contre-mes­sage publi­ci­taire : « La publi­cité vous veut-elle du bien ? » ou encore « Tout doit dis­pa­raître ! Stop pub ! ».

 

nor

À quoi vont-elles pou­voir ser­vir ? À recou­vrir les pan­neaux publi­ci­taires dans les abri­bus ou arrêt de tram tous ou presque pris d’as­saut par les enseignes à l’oc­ca­sion du Black Friday. Une tâche à laquelle se sont livrés quelques mili­tants ce ven­dredi noir et qui va se pour­suivre jus­qu’à ce dimanche 25 novembre. C’est jus­te­ment ce mar­ke­ting effréné qu’ont voulu stig­ma­ti­ser les citoyens pour le cli­mat.

 

L’action de sen­si­bi­li­sa­tion menée ce ven­dredi soir pré­voyait une sorte de hap­pe­ning met­tant en scène l’é­norme de quan­tité de pros­pec­tus ou autres sup­ports publi­ci­taires pro­duits par toutes sortes d’en­seignes jus­qu’à atteindre la satu­ra­tion. Retour en image sur une per­for­mance quelque peu… étouf­fante pour le béné­vole d’Alternatiba qui s’est de bonne grâce prêté au jeu.

 

 

 

« Donner plutôt que jeter, recevoir plutôt qu’acheter… »,

 

Également sur place, un stand d’information pour inci­ter la popu­la­tion à s’approprier le sujet du centre com­mer­cial Neyrpic à Saint-Martin‑d’Hères. « Nous sommes ici aujourd’­hui parce que nous dénon­çons l’hy­per consom­ma­tion et qu’à Saint-Martin-d’Hères nous avons un pro­jet qui est vrai­ment dans cette ligne là au lieu d’un vrai centre-ville  », explique Élisabeth Letz du col­lec­tif Neyrpic autre­ment.

 

L’opposante aime­rait que puisse être ima­gi­née une réelle alter­na­tive à ce centre com­mer­cial. « L’objectif de notre col­lec­tif c’est de cocons­truire ce pro­jet avec les habi­tants, les asso­cia­tions, les entre­pre­neurs, les com­mer­çants, l’Université et les éta­blis­se­ments sco­laires », déclare-t-elle.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Grenoble n’est pas la seule ville de France ou des ini­tia­tives simi­laires sont menées. Un peu par­tout des actions sont pré­vues pour faire décou­vrir des sys­tèmes alter­na­tifs de cir­cu­la­tion des biens et sen­si­bi­li­ser au gas­pillage ali­men­taire. Notamment grâce à  des mini-vil­lages des alter­na­tives, des “gra­ti­fé­rias” (mar­chés gra­tuits), ou des “disco soupes”.

 

« Donner plu­tôt que jeter, rece­voir plu­tôt qu’a­che­ter... », résume l’un des slo­gans de l’é­vé­ne­ment. Mais pas seule­ment. Dénoncer le sur­em­bal­lage en pro­po­sant de lais­ser les embal­lages inutiles dans des cad­dies à la sor­tie des caisses de super­mar­chés ou encore orga­ni­ser des actions contre Amazon comme l’ont fait les Amis de la Terre sont autant de gestes forts. Ce qui ne dis­pense pas d’in­ter­pel­ler les poli­tiques, notam­ment par le biais de la pla­te­forme de lobby citoyen de United4Earth

 

Joël Kermabon

 

 

  • * Le mou­ve­ment Citoyen pour le cli­mat #iles­ten­co­re­temps, Plastic Attack France, Zero Waste France, Boycott citoyen et I‑Boycott.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2203 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.