Festival Migrant'scène 2018

Le fes­ti­val Migrant’Scène bat son plein dans l’ag­glo­mé­ra­tion avec un autre regard sur la migration

Le fes­ti­val Migrant’Scène bat son plein dans l’ag­glo­mé­ra­tion avec un autre regard sur la migration

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Le fes­ti­val Migrant’Scène se pour­suit à Grenoble. Fort de son suc­cès, il gagne des spec­ta­teurs d’an­née en année. Concerts, pièces de théâtre, expo­si­tions… La Cimade Grenoble, asso­cia­tion de soli­da­rité avec les migrants et réfu­giés, a vu les choses en grand pour cette édi­tion, avec des dizaines d’événements dans l’agglomération.

S’informer et par­ta­ger. C’est l’ob­jec­tif de Migrant’Scène, fes­ti­val orga­nisé par La Cimade Grenoble qui a débuté le 10 novembre en fan­fare avec Grenoble Klezmer Kollectiv et se pour­suit avec un pro­gramme très riche dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise jus­qu’au 8 décembre.

Reportage d’Anaïs Mariotti

Mardi, pour la soi­rée « Regards croi­sées » au Plateau dans le quar­tier Mistral, la (petite) salle était pleine. Sans scène, sans micro, les artistes de la com­pa­gnie Madior, des migrants séné­ga­lais et algé­riens, ont raconté leurs his­toires à tra­vers des textes, des poèmes, de la musique… devant des spec­ta­teurs attentifs.

Reportage d’Élisa Montagnat

Le fes­ti­val Migrant’Scène est orga­nisé depuis le début des années 2000 dans une soixan­taine de villes en France. Un fes­ti­val « pour par­ler autre­ment des migrants et d’im­mi­gra­tion, à tra­vers les arts, le cinéma, le théâtre… L’objectif étant de ren­con­trer des migrants et leurs cultures », explique Daniel Delpeuch, béné­vole de la Cimade Grenoble en charge de l’événement.

Une fré­quen­ta­tion qui aug­mente chaque année

Pour le béné­vole, le bilan, à mi-che­min du fes­ti­val, est très posi­tif : « Sur les huit pre­miers jours, nous avons eu 800 spec­ta­teurs ! Nous avons effec­ti­ve­ment un bon public, qui vient de plus en plus nom­breux par rap­port aux années pré­cé­dentes. Je crois que beau­coup de per­sonnes ont envie de se ren­sei­gner sur le sujet de la migration. »

Les habi­tants de l’ag­glo­mé­ra­tion inté­res­sés par le sujet n’ont que l’embarras du choix avec une dizaine d’événements encore pré­vus d’ici au 8 décembre. Les ren­dez-vous sont variés, comme le 24 novembre à L’Autre rive d’Eybens qui pro­jet­tera le film Un vil­lage de Calabre. L’histoire du maire d’une petite com­mune d’Italie qui décide de céder les loge­ments vides à ceux qui n’en ont pas. Un débat sui­vra ensuite la projection.

Le festival Migrant'Scène se poursuit jusqu'au 8 décembre à Grenoble. Fort de son succès, il gagne des spectateurs d'année en année.

Lors de la soi­rée « Regards Croisés », le direc­teur artis­tique de la com­pa­gnie Madior, Abou, Fall a convaincu Rachid Benssardj de par­ta­ger ses textes avec le public, ce qu’il n’a­vait jamais fait.

De la musique aussi, avec, par exemple, un concert impro­visé (“Jam ses­sion”) spé­cial Migrant’Scène à la Bobine le 26 novembre. Encore une fois, le par­tage est maître-mot : cha­cun vient avec son ins­tru­ment, la scène est ouverte.

Un invité d’hon­neur ani­mera la soi­rée : Youssouph Koutoudio, auteur, com­po­si­teur et interprète.

Soirée qui sera sui­vie, tou­jours à la Bobine, d’une variante, une ses­sion impro­vi­sée de slam (“Slam Session”), le 29 novembre.

Des pièces de théâtre qui font réflé­chir sur le thème de l’immigration

Pour ceux qui seraient plus adeptes du théâtre, la MC2 vous pro­pose de décou­vrir la pièce Irak à jamais, les 27 et 28 novembre. Des Irakiens racontent le pays de leur enfance qu’ils ont dû quit­ter quand la guerre a éclaté. Une plon­gée dans cette époque révo­lue, car les auteurs pré­sen­te­ront ce spec­tacle en langue arabe, sou­reth (dia­lecte de l’araméen) et fran­çaise. Le tout sur­ti­tré bien évidemment.

La compagnie Madior a animé la soirée Regards Croisés dans le quartier Mistral mardi 20 novembre

La com­pa­gnie Madior a animé la soi­rée Regards Croisés dans le quar­tier Mistral mardi 20 novembre 2018. © Élisa Montagnat

Un peu plus tard, les 30 novembre et 1er décembre, au théâtre Sainte-Marie-d’en-bas, la pièce Adieu Wien ou les res­ca­pés de l’a­po­ca­lypse joyeuse plon­gera les spec­ta­teurs dans la France des années 1940. Ils décou­vri­ront un couple d’ar­tistes réfu­giés qui tente de gagner l’Espagne dans l’es­poir d’embarquer vers les États-Unis.

Le fes­ti­val finira en beauté avec, non pas un concert, ni de la danse, ni une pièce, mais une per­for­mance artis­tique réa­li­sée par de jeunes mineurs étran­gers, accom­pa­gnée d’une ins­tal­la­tion visuelle… À décou­vrir le 8 décembre au Théâtre 145.

Élisa Montagnat

Pour aller plus loin : le pro­gramme com­plet de l’édition iséroise.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EMo

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La Petite Pause, premier “sas” d'hébergement pour les réfugiés ukrainiens en Isère... mais pas le seul
La Petite Pause, un des pre­miers “sas” d’hé­ber­ge­ment pour les réfu­giés ukrai­niens en Isère

FOCUS - La Petite Pause, ancienne crèche de la rue Abbé-Grégoire à Grenoble, est transformée en lieu de primo-accueil des réfugiés ukrainiens depuis le début Lire plus

L'association grenobloise SOS Attitude en Moldavie pour venir en aide aux réfugiés ukrainiens
Ukraine : la Métropole de Grenoble, très mobi­li­sée, a voté une sub­ven­tion excep­tion­nelle de 50 000 euros

EN BREF - La Métropole de Grenoble a acté, lors du conseil métropolitain du 25 mars 2022, une subvention exceptionnelle pour financer des actions en Lire plus

La longue route vers la France des réfugiés ukrainiens. DR
Réfugiées ukrai­niennes à Grenoble : « Nous avons toutes laissé nos vies en Ukraine »

TÉMOIGNAGES - Depuis le début de la guerre en Ukraine, près de trois millions de réfugiés ont fui leur pays. Pour leur venir en aide, Lire plus

La préfecture annonce avoir d'ores et déjà reçu 150 ressortissants ukrainiens depuis le début de la guerre
Déjà 150 réfu­giés ukrai­niens en Isère, un gui­chet unique et un gym­nase ouvert à Grenoble

EN BREF - La préfecture de l'Isère indique avoir reçu 150 ressortissants ukrainiens et délivré 87 autorisations provisoires de séjour, tandis que près de 4300 Lire plus

Particuliers, associations, entreprises: où s'inscrire pour proposer un accueil aux réfugiés ukrainiens?
Particuliers, asso­cia­tions, entre­prises : où s’ins­crire pour pro­po­ser un accueil aux réfu­giés ukrainiens ?

FIL INFO - "Les services de l’État en Isère sont pleinement mobilisés pour organiser l’accueil de ressortissants ukrainiens sur le territoire", déclare la préfecture de Lire plus

Centre d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence de Voreppe : des condi­tions de vie jugées « indignes » par les résidents

FOCUS - Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées à l'appel de plusieurs collectifs, ce mardi 1er mars 2022, devant les locaux d'Ajhiralp, à Grenoble, Lire plus

Flash Info

|

29/06

9h48

|

|

28/06

15h14

|

|

28/06

9h18

|

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 36 : « Les dif­fi­cul­tés à exer­cer le métier de jour­na­liste dans cer­tains quartiers »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Abonnement| Burkini à Grenoble : les réac­tions pleuvent après la déci­sion du Conseil d’État confir­mant la sus­pen­sion par­tielle du nou­veau règle­ment des piscines

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin