La quasi-totalité des soixante migrants du parc Tarze mise à l’abri suite à l’évacuation du campement

sep article

FIL INFO – Le campement de migrants installé depuis près de quatre mois sur le terrain pollué du parc Tarze a été évacué, mardi 13 novembre, suite à un arrêté du maire de Grenoble. La plupart des soixante personnes ont été orientées vers un hébergement relevant du droit d’asile ou un logement de droit commun.

 

 

Quartier Jean Macé à Grenoble, une trentaine de familles de demandeurs d'asile massés sur le terrain pollué du parc Henri-Tarze, depuis trois mois pour la plupart d'entre eux. dimanche 27 octobre © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Quartier Jean-Macé à Grenoble, une trentaine de familles de demandeurs d’asile massés sur le terrain pollué du parc Henri-Tarze, pour la plupart depuis trois mois, 27 octobre 2018. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La préfecture de l’Isère vient de procéder à l’évacuation du campement d’une soixantaine de migrants massés sur le petit terrain du parc Tarze, quartier Jean-Macé à Grenoble.

 

Une occupation « illicite », dénoncée par la préfecture dans un communiqué. « Ce terrain, dont l’occupation créait des troubles à la tranquillité publique, se trouvait dans un état d’insalubrité avancé », précise-t-elle.

 

Les familles venues de Macédoine et de Serbie avec enfants et malades seront au final restées près de quatre mois sur un terrain pollué par des remblais contaminés, par définition non équipés de toilettes, ni de sanitaires.

 

La très grande majorité des soixante migrants du campement du Parc Tarze avaient pourtant droit à un logement, au regard de « leur situation administrative et de leur vulnérabilité », reconnaît la préfecture. Les familles avaient d’ailleurs entrepris leurs démarches auprès des services idoines depuis un bon moment déjà… sans résultats jusqu’alors.

 

 

La Ville aurait joué des coudes

 

La préfecture aurait-elle laissé sciemment pourrir la situation, en espérant que le campement disparaisse de lui-même ? En septembre dernier, elle avait, au demeurant, tenté de régler le problème, de manière plus expéditive, en envoyant la police évacuer le campement, sans se préoccuper de reloger les migrants.

 

Quartier Jean Macé à Grenoble, une trentaine de familles de demandeurs d'asile massés sur le terrain pollué du parc Henri-Tarze, depuis trois mois pour la plupart d'entre eux. dimanche 27 octobre © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Quartier Jean-Macé à Grenoble, une trentaine de familles de demandeurs d’asile massés sur le terrain pollué du parc Henri-Tarze, dimanche 27 octobre © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La Ville de Grenoble aurait pour sa part pesé de tout son poids pour inciter la préfecture à faire appliquer la loi sur l’asile.

 

C’est en tout cas ce que laissait entendre Eric Piolle, maire de Grenoble, interpellé lors du conseil municipal de novembre dernier, par le conseil citoyen indépendant A.

 

Le maire a expliqué que la Ville voulait s’assurer qu’une solution d’hébergement était recherchée pour toutes les personnes, avant de prononcer son arrêté d’évacuation.

 

 

Cinq adultes en situation irrégulière

 

Quartier Jean Macé à Grenoble, une trentaine de familles de demandeurs d'asile massés sur le terrain pollué du parc Henri-Tarze, depuis trois mois pour la plupart d'entre eux. dimanche 27 octobre © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Campement des migrants quartier Jean-Macé, 27 octobre 2018. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

À l’issue de l’évacuation du campement, mardi 13 novembre, seize famille ont été orientées vers un hébergement pour demandeurs d’asile ou un logement de droit commun, comme le prévoit la loi.

 

Seuls cinq adultes « en situation irrégulière au regard du droit au séjour se sont vu notifier une obligation de quitter le territoire français ou une orientation pour préparer leur éloignement », indique la préfecture, précisant qu’il leur a été « proposé une aide au retour vers leur pays ».

 

SC

 

commentez lire les commentaires
1248 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.